Encyclopédie Infos & Actu Recherche Association Sites hébergés
Bienvenue sur le site nooSFere.
Le javascript est nécessaire à l'affichage du menu dynamique.

recherche rapide
    nooSFere > Encyclopédie > Littérature Choisir un autre habillage   
    Critiques    
    Littérature    
    Identification    
    Série    
 

Le Maître du temps

(titre original : Time Master)

Louise COOPER

 
    Omnibus    
(omn) /    Le Maître du temps
 
    Volumes de la série    
1 /    L'Initié
2 /    Le Paria
3 /    Le Maître

    Critiques    
     Inutile de revenir sur les couvertures qui illustrent la version poche de la présente trilogie. Après tout, on s'en souvient, ces étranges dégueulis verdâtres manquèrent de peu le Razzie 2004 de la pire couverture... Cependant, s'il faut reconnaître une qualité à ce viol esthétique caractérisé, c'est de ne tromper personne sur le contenu : sous la croûte, le pus. Malgré la caution de Michael Moorcock en quatrième de couverture (l'a-t-on drogué ? torturé ? menacé de révéler qu'il était l'auteur d'Elric ?), ce texte constitue un grave préjudice envers la littérature de genre en laissant croire à des milliers de lecteurs abusés (oui, bon, d'accord, des centaines) qu'il s'agit là de fantasy, alors que la réutilisation systématique et souvent malheureuse de ses apparences évidentes en fait tout au plus une pâle imitation des canons du genre. On assiste donc, impuissant, au plaquage des lieux communs les plus éculés sur un univers creux (après trois tomes, je cherche encore le paysage...). La magie, par exemple. On n'attendait pas de Louise Cooper la poésie et l'inventivité d'un Zelazny ou d'une Le Guin. Certes pas. Reste qu'un minimum d'originalité aurait été la bienvenue. Ici, la magie se résume à une espèce de puissance énergétique qui sourd du héros quand il n'est pas content. Boum ! je te dégomme à coup de rayon laser. Ou alors, il s'agit de contrôler l'esprit d'autrui en lui imposant sa force mentale. Je parie que tu n'as jamais vu ça, jeune Padawan. Autre élément important de cette littérature : le bestiaire. Eh bien, figurez-vous que dans le monde de Louise Cooper, il y a... mais oui ! Des chevaux ! Ça alors. Quant à l'histoire, impossible de se départir de l'impression de l'avoir déjà lu une bonne centaine de fois... en mieux. Imaginez un enfant, orphelin (bien sûr), rejeté par les siens (bien sûr) à cause d'un pouvoir immense et néfaste qu'il ne contrôle (bien sûr) pas, récupéré par l'école de magie locale. Son destin va croiser celui de personnages hautement inattendus : le meilleur ami qui devient un traître, la femme fatale séductrice et trompeuse, la jeune (et laide) paysanne qui transcende sa condition pour devenir l'âme sœur du héros (scoop : la vraie beauté est à l'intérieur). Le tout dans un univers qui sublime le manichéen pour atteindre le binaire total ; non, ce n'est pas en renommant (de façon complètement inédite, d'ailleurs) le Bien et le Mal en Lumière et Chaos qu'on arrivera à se détacher des modèles de morale puritaine dont la naïveté ferait sourire même le plus bigot des Mormons. Ajoutez à cela une écriture lourdissime et vous aurez une idée de ce qu'il faudra vous garder d'acheter la prochaine fois que vous ouvrirez les portes d'une librairie.

Thibaud ELIROFF
Première parution : 1/7/2004
dans Bifrost 35
Mise en ligne le : 3/8/2005

 
Base mise à jour le 24 septembre 2017.
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2017. Tous droits réservés.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique. Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.