Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Le Dernier vœu

Andrzej SAPKOWSKI

Titre original : Ostatnie Zyczenie, 1993
Première parution : Pologne : SuperNowa, 1993
Cycle : La Saga du Sorceleur  vol. 1 

Traduction de Laurence DYÈVRE
Illustration de Étienne LE ROUX

POCKET (Paris, France), coll. Science-Fiction / Fantasy n° 5862
Date de parution : 14 avril 2005
Dépôt légal : avril 2005, Achevé d'imprimer : mars 2005
Réédition
Recueil de nouvelles, 416 pages, catégorie / prix : 8
ISBN : 2-266-15143-6
Format : 10,8 x 17,8 cm
Genre : Fantasy


Autres éditions
   BRAGELONNE, 2003, 2008
   in Sorceleur, 2012
   in Sorceleur : Les Origines, 2016
   BRAGELONNE, 2017, 2019, 2019, 2022
   CASTELMORE, 2019
   MILADY, 2011, 2011, 2013, 2015

Quatrième de couverture
Géralt de Riv est une créature mi-humaine mi-magique. A la fois mage et guerrier, c'est un mercenaire redoutable, un chasseur de monstres dont la réputation n'est plus à faire : c'est le meilleur sorceleur jamais connu. Son étrange apparence — de longs cheveux blancs et des yeux nyctalopes — fait de lui un héros solitaire. Tueur à gages parfait, il va de ville en ville pour gagner sa vie. Il croise sur sa route nombre de personnages pittoresques, qui lui offrent parfois l'amitié ou l'amour. Mais Géralt de Riv, armé de sa dague et de son humour caustique, ne cherche qu'une chose : retrouver sa part d'humanité perdue.
 
Andrzej Sapkowski est avec Stephen King et Michael Crichton l'auteur le plus populaire de son pays. Les aventures de Géralt de Riv ont été adaptées au cinéma, à la télévision, en BD et en jeu de rôles !
Critiques des autres éditions ou de la série
Edition BRAGELONNE, (2003)

     Bien que rien ne l'indique, Le Dernier vœu n'est pas un roman mais un recueil composé de six nouvelles séparées par les sept chapitres d'un septième récit. Ces textes narrent plusieurs aventures de Geralt de Riv, ni sorcier, ni tueur à gages, ni mercenaire, mais tout cela à la fois et davantage encore : il est un « sorceleur », c'est-à-dire un mage et un meurtrier d'exception que l'on recrute dans les situations désespérées. Sa réputation est telle qu'il ne manque pas de propositions d'embauche, mais il ne vend ses services que si la cause est conforme à son éthique : dans cette « époque pourrie » où pullule « la vermine en tout genre », il s'est fixé pour but de nettoyer le monde des démons qui y rôdent, striges, brouxes, kikimorrhes, vyppères, etc.
     Bref, il s'agit d'un héros d'Heroic Fantasy assez classique, un surhomme quasi invincible, plus ou moins justicier auto-proclamé. Au premier degré, cela promet de l'action à grand spectacle, au second, une idéologie — si l'on doit en chercher une — que le lecteur bougon pourra trouver un peu douteuse. Soulignons toutefois que le sorceleur est plus proche des créatures et des sorciers qu'il combat que des hommes ordinaires puisqu'il est lui-même une sorte de monstre : il illustre l'éternel paradoxe du mercenaire qui élimine ses semblables pour créer un monde où il n'aura finalement plus sa place.
     Son aspect de nyctalope aux cheveux blancs rappelle évidemment le personnage d'Elric le nécromancien, mais Geralt ne possède pas la personnalité torturée et ambivalente de celui-ci. Au contraire, c'est un personnage assez entier qui se remet peu en question, et en ce sens, il est plus proche de Conan. En fait, Geralt parvient à trouver une place intermédiaire entre ces deux grandes heroic-figures, grâce à des récits bien menés où les personnages secondaires sont souvent plus ambigus et donc plus intéressants que le sorceleur lui-même. On y trouve de plus quelques bonnes surprises : des histoires assez étoffées, un peu d'humour, un soupçon de truculence, certaines transpositions très distanciées de contes comme Blanche-Neige ou La Belle et la Bête...

     Fait notable, Andrzej Sapkowski est un compatriote de Stanislas Lem. Certes, son origine polonaise est difficile à percevoir à la lecture, au contraire de l'influence anglo-saxonne, mais Sapkowski est présenté par l'éditeur comme « l'un des cinq auteurs best-sellers polonais », qui « dépasse ainsi, dans son pays, Stephen King, Michael Crichton ou John Grisham ». Son œuvre est traduite en sept langues et aurait même fait l'objet d'adaptations en BD et au cinéma.
     Même si l'on finit par se méfier des habituels dithyrambes de Bragelonne, on reconnaîtra volontiers le talent de conteur de ce nouvel auteur. Pour qui n'est pas allergique à l'Heroic Fantasy — c'est une condition évidemment nécessaire — la lecture s'avérera agréable, le personnage du sorceleur s'imposant d'emblée comme un héros marquant du genre.

Pascal PATOZ (lui écrire)
Première parution : 1/8/2003
dans Asphodale 4
Mise en ligne le : 1/6/2004

retour en haut de page

Dans la nooSFere : 78009 livres, 89481 photos de couvertures, 73959 quatrièmes.
8690 critiques, 42418 intervenant·e·s, 1628 photographies, 3752 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres et ne publions pas de textes.
Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2022. Tous droits réservés.