Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Avilion

Robert HOLDSTOCK

Titre original : Avilion, 2009
Première parution : Gollancz, juillet 2009

Cycle : La Forêt des mythagos  vol. 5 

Traduction de Florence DOLISI
Illustration de Alain BRION

GALLIMARD (Paris, France), coll. Folio SF n° 502
Dépôt légal : mars 2015
Roman, 528 pages, catégorie / prix : F9
ISBN : 978-2-07-046253-7
Format : 10,8 x 17,8 cm  
Genre : Fantasy



    Quatrième de couverture    
     Moitié humaine par son père, moitié imago par sa mère, Yssobel a entrepris un dangereux voyage vers Avilion, le cœur du bois des Ryhope, afin d'y retrouver un roi du passé grièvement blessé : Peredur. Mais en chemin elle s'est perdue. Jack, son frère, est persuadé que son grand-père paternel, George Huxley, peut l'aider à retrouver Yssobel. Il décide de quitter la forêt des mythagos et de rejoindre pour la première fois de sa vie l'autre monde, cette Angleterre moderne dans laquelle se trouve la demeure familiale d'Oak Lodge. Confrontés aux difficultés de leur quête respective, Yssobel et Jack vont découvrir à quel point il est douloureux d'être écartelé entre deux réalités, celle du Sang et celle de la Sève.

     Avilion est le dernier roman de Robert Holdstock, son ultime incursion dans la forêt des mythagos. Une odyssée sensuelle, cruelle et pleine de dangers, dont les moindres ne sont pas ceux de la psyché.

     Robert Holdstock (1948-2009) a travaillé dans la recherche médicale avant de se consacrer à l'écriture à partir de 1975. Avec La forêt des mythagos (World Fantasy Award 1985 et Grand Prix de l'Imaginaire 2003) et le Codex Merlin, il a écrit deux des cycles majeurs de la fantasy contemporaine.

    Cité dans les Conseils de lecture / Bibliothèque idéale des oeuvres suivantes :    
 
Jean-Pierre Fontana : Sondage Fontana - Fantasy (liste parue en 2002)  pour la série : La Forêt des mythagos
André-François Ruaud : Cartographie du merveilleux (liste parue en 2001)  pour la série : La Forêt des mythagos

 
    Critiques des autres éditions ou de la série    

 
Edition DENOËL, Lunes d'Encre (2012)


 
     Le cycle de « La Forêt des mythagos » est assurément le grand-œuvre du regretté Robert Holdstock, et figure d'ores et déjà parmi les classiques de la fantasy. Avilion, écrit et publié bien après les volumes précédents, est le cinquième — et ultime... — roman prenant place dans le bois de Ryhope, et il vient en quelque sorte boucler la boucle, puisque les événements qui y sont rapportés sont les conséquences directes de ce qui nous fut conté dans le premier tome du cycle (lecture préalable indispensable).
     Petit retour en arrière : le bois de Ryhope, en Angleterre, est un vestige de la forêt primordiale, inchangé depuis l'ère glaciaire. Plus grand à l'intérieur qu'il n'y paraît à l'extérieur, il abrite tout un monde fascinant de créatures et personnages mythiques générés par l'inconscient, les fameux « mythagos », ainsi que les a baptisés George Huxley après toute une vie de recherches passionnées les concernant.
     Les héros de cet ultime volet sont Yssobel et Jack, les enfants de Steven Huxley, victorieux de son frère Christian, et de la princesse celte Guiwenneth pour laquelle ils se sont affrontés. Les enfants sont donc pour moitié humains et pour moitié mythagos, partagés en-tre le Sang et la Sève : Yssobel a son côté « rouge » et son côté « vert », quand Jack parle de — et avec — son « fantôme ».
     Tous deux ont longtemps vécu avec leurs parents dans une villa romaine en plein bois de Ryhope. Mais le départ inopiné de Guiwenneth mettra fin à cette vie calme et heureuse. Yssobel se lance sur les traces de sa mère — mais tout autant, en fin de compte, sur celles de son grand-père maternel Peredur, le vieux roi, et de son oncle paternel Christian, ressuscité à la tête de l'armée intemporelle Légion — et cherche donc à se rendre en Avilion, au cœur de la forêt, que l'on connaissait jusqu'à présent sous le nom de Lavondyss. Jack, de son côté, attiré par la lisière du bois, pense trouver auprès de son défunt grand-père George, dans la vieille demeure d'Oak Lodge, les réponses qui le mettront sur la trace de sa sœur.
     Ce double voyage en sens inverse est ainsi le point de départ du roman, qui emprunte largement les traits d'une saga familiale sur trois générations. Mais cette saga, qui pourrait se jouer uniquement sur le mode intimiste, vire à l'épopée en se confrontant, dans les bois, à la légende arthurienne ou encore à L'Odyssée. Et le résultat, pour déconcertant qu'il soit au premier abord — malgré la petite musique familière qui se met très tôt en place, avec le récit des aventures de Jack « à l'extérieur » — , est à la hauteur des attentes du lecteur qui s'était régalé avec les quatre volumes précédents. Avilion vient ainsi parachever le complexe édifice de « La Forêt des mythagos » de la manière la plus subtile, en jouant sur une multitude de registres.
     Le roman brille à tous points de vue : écrit dans une langue impeccable, il est riche de personnages complexes et attachants — Yssobel et Jack au premier chef, mais ils ne sont pas les seuls — , et parvient à renouveler utilement les thématiques développées dans les volumes précédents. Le voyage en Avilion, quête des origines envisagée sous l'angle familial, se révèle ainsi, une fois encore, une brillante incursion dans le bois de Ryhope, aussi fascinante qu'intelligente, comme il se doit, et il y a fort à parier que l'amateur de l'œuvre de Robert Holdstock ne sera pas déçu par ce roman qui a pris bien malgré lui une forme testamentaire. On y retrouve en effet tout ce que l'on a pu apprécier auparavant dans le cycle, sans que l'auteur ne se répète véritablement pour autant — ce qui, en soi, relève déjà du tour de force.
     Ce roman « approfondi » véhicule ainsi toute une gamme de sensations et de réflexions autrement plus subtiles que les lieux communs de la « big commercial fantasy », dont il constitue en quelque sorte l'antidote. On le louera pour sa finesse, son astuce, sa délicatesse aussi, qui en font le brillant témoignage d'un écrivain au sommet de son art. Lecture chaudement recommandée, même si elle ne saurait donc être envisagée isolément.
 

Bertrand BONNET
Première parution : 1/10/2012
dans Bifrost 68
Mise en ligne le : 3/4/2016




 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 70385 livres, 80371 photos de couvertures, 65540 quatrièmes.
8455 critiques, 37632 intervenant·e·s, 1487 photographies, 3722 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2020. Tous droits réservés.