Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
La Forêt sombre

LIU Cixin

Titre original : Hei'an senlin, 2008
Cycle : Le Problème à trois corps  vol. 2 

Traduction de Gwennaël GAFFRIC

ACTES SUD (Arles, France), coll. Babel n° 1643
Dépôt légal : septembre 2019, Achevé d'imprimer : janvier 2020
Retirage
Roman, 736 pages, catégorie / prix : 11,50 €
ISBN : 978-2-330-12511-0
Format : 11,0 x 17,6 cm
Genre : Science-Fiction

Bien que la quatrième de couverture mentionne Stephan Martiniere comme illustrateur de la couverture, celle-ci ne ressemble pas au style habituel de l'auteur. Martiniere ayant réalisé l'illustration de couverture du grand format, il est fort possible qu'il y ait une erreur de copier-coller ici, d'autant plus que cette illustration ressemble beaucoup à certaines de Josh Pierce, du reste crédité sur la réédition poche du dernier tome de la trilogie.



Quatrième de couverture

L’humanité le sait désormais : dans un peu plus de quatre siècles, la flotte trisolarienne envahira le système solaire. La Terre doit impérativement préparer la parade, mais également faire face aux intellectrons qui permettent aux Trisolariens d’espionner toutes les conversations et tous les ordinateurs. En revanche, ils sont incapables de lire dans l’âme humaine.
   Le Conseil de défense planétaire imagine donc un nouveau projet : le programme Colmateur. Quatre individus seront chargés d’élaborer chacun de leur côté des stratégies pour contrer l’invasion ennemie. Livrés à eux-mêmes, ils devront penser seuls, et brouiller les pistes. Trois des hommes désignés sont des personnalités politiques et des scientifiques éminents, mais le quatrième est un parfait anonyme. Ce dernier ignore totalement la raison pour laquelle on lui confie cette mission. Tout ce qu’il sait, c’est qu’il est désormais l’un des Colmateurs, et que les Trisolariens veulent sa mort.
   Après Le Problème à trois corps, Liu Cixin revient avec une suite haletante et magistrale.

Né en 1963, Liu Cixin est une véritable légende de la SF en Chine. Sa trilogie à succès est disponible chez Actes Sud : Le Problème à trois corps (2016), La Forêt sombre (2017) et La Mort immortelle (2018).

Critiques des autres éditions ou de la série
Edition ACTES SUD, Exofictions (2022)

Après le succès de curiosité du Problème à trois corps, Actes Sud publie un an après le deuxième volet de la trilogie de Liu Cixin, La forêt sombre. On a le sentiment qu’au bout de plusieurs parutions la collection Exofictions trouve enfin sa vitesse de croisière. Elle s’est fendue à l’occasion d’une quatrième de couverture en nette amélioration. Espérons qu’une petite main aura la brillante idée de refaire celle du premier tome lors d’une réédition chez Babel (l’équivalent Poche d’Actes Sud).

Autant tuer le suspens immédiatement : l’auteur a créé un space opera monumental.  Les mystérieuses prémisses plantées dans le premier volume donnent lieu ici à des développements et un début de conclusion aux dimensions d’une épopée. Qu’on se le dise, la SF de Grand-Papa, celle d’Isaac Asimov, celle d’Arthur Clarke est de retour et tant pis pour les grincheux. Long (650 pages), un peu poussif -hard SF oblige- l’objet avance dans le marasme éditorial actuel comme un croiseur dessiné par Manchu.

Rappelons les faits. Durant la Révolution culturelle, la jeune Ye Wenjie assiste impuissante à la lapidation de son père par des Gardes Rouges. Son aversion pour une Humanité vouée à la violence trouve des années plus tard un débouché au hasard d’une affectation dans un observatoire astronomique en Mongolie. Elle rentre en contact avec une espèce extraterrestre, les Trisolariens, condamnés à fuir une planète à l’agonie. Décidés à envahir la Terre et aidés en cela par une organisation humaine secrète, ceux-ci bloquent toute avancée en matière de recherche fondamentale.

Dans le second volume, l’Humanité prépare sa défense. Face à un adversaire au courant de ses moindres faits et gestes, elle nomme quatre Colmateurs ayant pour mission d’élaborer dans le plus grand secret des plans d’actions. Des moyens quasi illimités leurs sont alloués. En réaction les Trisolariens leurs opposent quatre Fissureurs terriens chargés de percer leurs stratégies. Tous les humains ne sont pas d’accord avec cette marche à suivre. Certains prônent une solution d’évasion sélective, très courante d’ailleurs dans la SF anglo-saxonne, mais à laquelle s’oppose violemment Zhang Beihai.

Le plus insignifiant des Colmateurs, Luo Ji, attire particulièrement l’animosité des envahisseurs, car il est indéchiffrable. Amoureux d’un fantôme, il semble se réfugier dans ses rêves et oublier sa mission au désespoir des autorités. Héraut d’une nouvelle science, la cosmosociologie, un souvenir de la psychohistoire d’Asimov, ce scientifique ressemble à un Harry Seldon revu par Haruki Murakami. A ses côtés on retrouve le malicieux commissaire Shi Qiang et un autre fort personnage le commissaire politique Zhang Beihai, une spécialité bien chinoise, militaire de devoir autant idéologue que génial stratège. Comme Luo Ji il détient les clefs de l'avenir. Mais leurs chemins divergent.

La narration s’étale sur deux cent ans. Des humains disparaissent, d' autres choisissent l’hibernation pour devancer l’appel dans leur désir de combattre les Trisolariens. Comment vit t-on à l'ombre d'une menace s'étalant sur plusieurs siècles ? Liu Cixin aborde là un thème traité jadis par John Brunner dans Le Creuset du temps. La fin élégante en forme de paradoxe de Fermi ne déçoit pas. Vivement la suite.

 

SOLEIL VERT (site web)
Première parution : 11/9/2022
dans nooSFere

retour en haut de page

Dans la nooSFere : 77967 livres, 89476 photos de couvertures, 73916 quatrièmes.
8688 critiques, 42390 intervenant·e·s, 1628 photographies, 3751 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres et ne publions pas de textes.
Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2022. Tous droits réservés.