Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Cauchemar à Staten Island

Gilles BERGAL



Illustration de DUGÉVOY

FLEUVE NOIR / FLEUVE Éditions (Paris, France), coll. Gore n° 36
Dépôt légal : janvier 1986
Première édition
160 pages, catégorie / prix : nd
ISBN : 2-265-03451-7   
Genre : Imaginaire


Autres éditions
   in La Nuit des hommes-loups, BLACK COAT PRESS, 2008

    Quatrième de couverture    
Le marin ne hurla pas longtemps. Le bras qui l'avait privé de son arme revint à la charge. Les larges griffes qui le terminaient taillèrent sans peine dans la gorge offerte.
Un flot de sang jaillit et inonda la créature, l'éclatante couleur écarlate tranchant crûment sur le blanc de sa peau.
 
    Critiques    
 
     « Cauchemar à Staten island » nous présente une vision moderne du fantastique, une vision que n'aurait pas reniée le maître Stephen King. L'épouvante et le cauchemar surgissent ici dans un cadre qui peut sembler banal. Mais qu'on ne s'y trompe pas, tous les ingrédients pour susciter la peur sont là.
     L'histoire est simple. Il s'agit de créatures malsaines qui peuplent les égouts et qui ont besoin de trouver de la nourriture pour survivre. En fait, ces créatures sont des rebuts de la société, des êtres monstrueux, quasiment invincibles, qui n'hésitent pas à tuer pour se procurer de la nourriture. Le livre n'est pas sans rappeler C.H.U.D., le film de Douglas Cheek, dans lequel il est question de créatures qui vivent dans les sous-sols de New York, se métamorphosent et sèment la terreur. Mais le parallèle s'arrête là. Car l'intrigue et le traitement du sujet sont différents.
     L'entrée de Gilles Bergal dans la collection Gore ne constitue pas une surprise. Rappelons qu'il a déjà publié de nombreuses nouvelles dans différentes revues et fanzines et qu'il est en outre l'auteur de deux recueils « L'appel de la Banshee » et « Créatures des ténèbres ». Dans ses nouvelles, il faisait déjà preuve d'un talent certain et d'une créativité toute personnelle. Ce n'est que justice de le voir entrer au Fleuve Noir. On pouvait toutefois nourrir quelque inquiétude quant à la rédaction d'un roman, qui est une entreprise de longue haleine. Le passage de la nouvelle au roman n'est pas toujours aisé. Il est parfois difficile de tenir la distance. Mais qu'on se rassure, Gilles Bergal s'est parfaitement adapté aux contraintes romanesques et aux exigences de la collection. Ce livre en est la vivante démonstration.
     Gilles Bergal est une valeur sûre de la littérature fantastique française ; en plus, il est jeune et sympathique. Assurément, il ira loin.

Frédéric KURZAWA
Première parution : 1/4/1987 dans Fiction 385
Mise en ligne le : 21/7/2008


 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 71541 livres, 82350 photos de couvertures, 66796 quatrièmes.
8476 critiques, 38469 intervenant·e·s, 1491 photographies, 3725 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2021. Tous droits réservés.