Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
La Villa des mystères

Federico ANDAHAZI

Titre original : Las Piadosas

Traduction de Claude BLETON
Illustration de Éric SCALA

GALLIMARD (Paris, France), coll. Folio SF n° 161
Dépôt légal : janvier 2004
158 pages, catégorie / prix : F5
ISBN : 2-07-042649-1   
Genre : Fantastique



    Quatrième de couverture    
     Été 1816 : le temps est exécrable sur les rives du lac Léman. Désœuvrés, Lord Byron, Percy et Mary Shelley, Claire Clairmont et le docteur Polidori, hôtes illustres de la villa Diodati, se lancent un défi littéraire : écrire l'histoire gothique ultime, la plus sombre, la plus originale.
     Polidori, secrétaire et souffre-douleur de Byron, jaloux du talent de son maître, reçoit d'étranges lettres anonymes qui l'informent de l'existence des jumelles Legrand, des comédiennes scandaleuses, courtisanes, célèbres et méprisées. Et qui surtout lui proposent un étrange pacte littéraire...
     Qui lui écrit ces lettres scellées à la cire noire ?
     Que devra-t-il donner en échange du chef-d'œuvre dont il rêve ?
     Cette Villa des mystères est le théâtre d'un roman gothique moderne qui explore des régions insoupçonnées, troublantes, de la sexualité, et revisite avec malice un moment fondateur des littératures de l'imaginaire : la création du Frankenstein de Mary Shelley.

     Federico Andahazi est né en 1963 à Buenos Aires où il exerce aujourd'hui le métier de psychiatre parallèlement à sa carrière d'écrivain. La Villa des mystères est son deuxième roman.

    Cité dans les Conseils de lecture / Bibliothèque idéale des oeuvres suivantes :    
 
    Critiques    
     L'anecdote est connue. C'est en 1816, au décours d'une soirée à la villa Diodati et à la suite d'un tournoi littéraire lancé entre Lord Byron, son étrange secrétaire Polidori, le poète Shelley et sa femme Mary, qu'est né Frankenstein et, du même coup, un genre qui s'appellera plus tard la science-fiction. Cette page d'histoire figure déjà dans le Frankenstein délivré de Brian Aldiss.
     De ce pari naquit aussi un autre texte, Le Vampire, qui parut peu après sous la signature de Lord Byron. Celui-ci s'empressa de démentir l'avoir écrit et Polidori dut en reconnaître la paternité. Bien que moins important que le futur Dracula de Stoker, Le Vampire est pourtant le premier récit de la littérature vampirique (voir à ce sujet un article de Francis Lacassin).

     Andahazi revient sur les circonstances qui ont entouré la création de deux des plus fameuses figures de la SF et du fantastique. De bien étranges circonstances, car, dans cette version, Polidori ne trouve son inspiration qu'après la rencontre de bien étranges sœurs et d'une abominable créature, avide non de sang mais de sperme...

     S'achevant par une stupéfiante révélation sur l'ensemble de la littérature du XIXème siècle, La Maison du mystère est un savoureux roman fantastique, beaucoup plus ironique qu'effrayant, où l'intrigue sert de prétexte à une maligne parabole sur l'écriture et sur le sacrifice personnel qu'elle peut demander. Voilà quelque 150 pages vite dévorées qui valent le détour.

Pascal PATOZ (lui écrire)
Première parution : 15/3/2004 nooSFere


     Repris en poche après une première édition chez Métailié (dont on ne se lasse pas de vanter la justesse de vue éditoriale), La Villa des mystères est une œuvre courte, issue de l'imagination délirante et débridée d'un auteur argentin inconnu sous nos longitudes. C'est l'occasion pour le lecteur francophone de faire une incursion jubilatoire du côté du fantastique « Rio de la Platesque », genre très particulier dont les plus illustres représentants s'appellent Borges, Cortazar ou Quiroga. C'est qu'à l'instar des anglais (et au contraire des français, décidément irrécupérables), les sud-américains n'ont pas de problèmes de conscience post-idéologique à l'idée d'écrire (et à fortiori, de lire) du fantastique, allant même (quelle impudence) jusqu'à classer parmi leurs classiques des œuvres qui relèvent purement et simplement de ce genre si décrié dans nos contrées.

     De fait, le lecteur se plongera avec délectation dans ce hold-up littéraire qu'est La Villa des mystères. Hold-up, car il y est question d'une des plus grandes supercheries de l'histoire de la littérature (dont on s'abstiendra évidemment de souffler mot ici), hold-up car Federico Andahazi manie la plume avec une telle légèreté qu'il est impossible de lâcher la chose avant de l'avoir lue jusqu'au bout (voire relue).

     Situé au tout début du XIXe siècle, La Villa des mystères gravite autour du fameux séjour à la Villa Diodati de cinq personnages peu recommandables, lesquels se donnent comme défi littéraire d'écrire la meilleure histoire de fantastique gothique qui puisse se concevoir. Vous l'aurez compris, il s'agit là de Percy et Mary Shelley, Lord Byron et Claire Clairmont, tous quatre flanqués du sombre docteur Polidori, raté patenté et secrétaire jaloux de Byron.

     De ce séjour tout sauf anodin naîtra l'un des plus grands romans de la littérature contemporaine, Frankenstein ou le Prométhée moderne, signé Mary Shelley. En parallèle, c'est aussi l'occasion pour Lord Byron de livrer un demi-roman, jamais achevé, dont le thème sera repris par Polidori (au très grand agacement de Byron, qui l'avait renvoyé depuis peu) à l'occasion de son chef-d'œuvre Le Vampire. Voilà pour la vraie réalité de la vraie vie.

     Dans le roman de Andahazi, les choses se découpent selon l'Histoire, mais sont vues à travers le prisme (déformant) du fantastique. Polidori y joue le rôle d'un homme frustré, brûlant d'accoucher du chef-d'œuvre qui lui ouvrira enfin les portes de la gloire, lui donnant ainsi la juste revanche dont il rêve depuis des années sur son patron/rival Byron.

     Alors que le docteur Polidori est l'objet des moqueries des autres convives du séjour, alors que la tempête se déchaîne sur le lac Léman et que la Lune gibbeuse inonde la lande de gouttelettes photoniques blanchâtres (il faut faire gothique, on vous dit), une manifestation surnaturelle change le cours du roman (une manifestation qui n'est d'ailleurs pas sans rappeler le très délirant Pizzeria Inferno de Michele Serio (critique in Bifrost 31) publié là encore — mais est-ce vraiment un hasard ? — chez Métailié).

     Rongeant son frein dans le placard puant qu'on lui a assigné comme chambre, Polidori trouve une étrange lettre, écrite par un monstre, qui lui conte l'histoire pleine de stupre et de fornication des jumelles Legrand. Affamées de sexe et de sperme, les deux sœurs (désormais vieilles) n'ont-elles pas un secret à cacher ? Et quel funeste pacte acceptera Polidori en obéissant à ces mystérieuses lettres ?
     Si le propos tient évidemment du roman gothique, Andahazi s'amuse énormément à nous décrire les scènes pornographiques les plus rudes avec une plume très XIXe siècle. On rit beaucoup, on tremble parfois, mais on reste stupéfait par la maestria avec laquelle l'auteur tisse son histoire. Chapitres courts et incisifs, haute tenue littéraire, pour un scénario évidemment abracadabrant, mais somme toute parfaitement crédible. Bref, un coup de maître pour un roman hommage à lire absolument. Félicitons au passage Folio « SF » de l'avoir inscrit à son catalogue.

Patrick IMBERT
Première parution : 1/4/2004 dans Bifrost 34
Mise en ligne le : 9/5/2005


 
retour en haut de page
Dans la nooSFere : 65722 livres, 64972 photos de couvertures, 60478 quatrièmes.
8089 critiques, 36020 intervenant·e·s, 1452 photographies, 3687 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2019. Tous droits réservés.