Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
Douze mètres cubes de littérature

Roland FUENTÈS



Illustration de LAMY

Le ROCHER
Dépôt légal : octobre 2003
192 pages, catégorie / prix : 17,00 €
ISBN : 2-268-04911-6   
Genre : Imaginaire



    Quatrième de couverture    
     Nourries aux fines herbes de la poésie, de l'humour et de l'insolite, les histoires de Roland Fuentès ont une gravité légère et ludique. Celle de Plavnik, qui ouvre le recueil, s'applique à mettre à l'endroit la Tante en Biais dont le corps penche de travers. Dans un autre texte, un œuf se met à ronronner avant d'aspirer la mémoire de l'univers.

     Entre l'absurde et le fantastique, les aventures déroutantes se succèdent. Des prairies volent, des paysages fuient, traversant des chassés-croisés où le rêve sert de point d'équilibre.

     Même si des cataclysmes effacent en un instant hommes et maisons et que les mémoires se cognent aux pierres de la vie ou aux vents mauvais de l'Histoire, le monde de Roland Fuentès surprend par sa douce tranquillité. Ce n'est pas celui d'un juge mais d'un homme qui s'interroge en préférant toujours prendre le parti de la cocasserie et de l'étrange.

     Créé par l'Atelier Imaginaire, le Prix Prométhée récompense sur manuscrit un recueil de nouvelles. Il est décerné par un jury international francophone.

    Sommaire    
1 - Abdelkader DJEMAI, Préface, pages 7 à 9, Préface
2 - Plavnik, pages 11 à 15
3 - Le Nourrisson, pages 17 à 23
4 - ...où elles vivent à présent, pages 25 à 28
5 - Avec les chiens, pages 29 à 33
6 - Avec les singes, pages 35 à 40
7 - Une histoire, pages 41 à 44
8 - La Maladie, pages 45 à 47
9 - Les Pantois, pages 49 à 51
10 - Il, pages 53 à 57
11 - L'Histoire d'Amadeo Lutti, pages 59 à 62
12 - Un jour étrange, n'est-ce pas ?, pages 63 à 70
13 - Lignes de fuite, pages 71 à 77
14 - Le Drôle, pages 79 à 81
15 - Vous, un autre, pages 83 à 89
16 - Prendre souche, pages 91 à 95
17 - La Taupe, pages 97 à 102
18 - Juanito, pages 103 à 116
19 - Misserghin, pages 117 à 121
20 - Histoire dont vous n'êtes pas le lecteur, pages 123 à 125
21 - Douze mètres cubes de littérature, pages 127 à 135
22 - L'Oeuf, pages 137 à 138
23 - Boudu, docker à la joliette, pages 139 à 141
24 - La Ronde, pages 143 à 145
25 - La Vie scandaleuse de Georges Lee Peanut, pages 147 à 150
26 - La Plaine, pages 151 à 158
27 - Le Village, pages 159 à 160
28 - Lettre à Guy Rouquet, pages 161 à 164, Courrier
29 - ANONYME, L'Atelier Imaginaire, pages 165 à 181, Article
 
    Critiques    
     Ce recueil concrétise l'obtention par l'auteur, Roland Fuentès, du prix Prométhée de la Nouvelle. Cette récompense est décernée par l'association « L'Atelier imaginaire », qui s'attache à promouvoir de nouveaux auteurs d'expression française et à développer le goût de la nouvelle et de la poésie (à travers un autre prix, qui porte le nom de Max-Pol Fouchet) auprès des lecteurs — dixit la présentation de quatrième de couverture.
     A la lecture de ces textes, qui prennent fréquemment la forme de courtes vignettes, petits moments d'absurde et de fantastique arrachés à la trame de la réalité, on comprend ce qui a pu séduire les jurys. Un style poétique qui transparaît jusque dans les titres (« ...où elles vivent à présent », « Vous, un autre »...). De bonnes doses d'humour insolite : dans « Plavnik », la tante du jeune protagoniste est tordue ; lorsqu'il essaye de la redresser avec l'aide de Plavnik, son compagnon de jeux invisible, elle se met à pencher de l'autre côté. Des personnages attachants, notamment le protagoniste de « Douze mètres cubes de littérature », un critique qui travaille pour la gloire des livres qu'il chronique, et non pour la sienne propre. Quand il se voit proposer une énorme caisse remplie de chefs-d'oeuvre signés d'un auteur inconnu, sa vie s'écroule. Des visions surgies d'ailleurs, enfin : dans « Une histoire » (précédemment publiée dans l'anthologie De minuit à minuit sous le titre « La dernière séance »), des centaines de spectateurs naissent, vivent et meurent dans une salle de cinéma, dont l'écran reste perpétuellement blanc. Drôle d'idée pour une fin du monde...
     Ce livre regorge ainsi de vingt-six textes qui oscillent entre la short short de deux pages (« L'oeuf », vision surréaliste ou anecdote d'un homme perdu dans les brumes du sommeil ?) et des récits plus longs, qui nous donnent à entendre une nouvelle voix originale, d'ores et déjà bien rodée, dans l'imaginaire français. Un recueil qui paraît néanmoins hors collection, chez un éditeur qui ne publie pas souvent de SF ou de fantastique, et qui aura peut-être du mal à trouver sa voie parmi les amateurs du genre. Ce qu'on ne lui souhaite pas, tant on aimerait que ce livre trouve le public le plus large possible.

Bruno PARA (lui écrire)
Première parution : 1/12/2003 nooSFere


 
retour en haut de page
Dans la nooSFere : 65781 livres, 65265 photos de couvertures, 60550 quatrièmes.
8089 critiques, 36068 intervenant·e·s, 1453 photographies, 3688 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2019. Tous droits réservés.