Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Danlo

David ZINDELL

Titre original : The Broken God

Cycle : Un requiem pour l'homo sapiens  vol. 2 

Traduction de Marianne THIRIOUX
Illustration de Luis ROYO

Florent MASSOT PRESENTE , coll. Espace infini
Dépôt légal : mars 2003
Roman, 480 pages, catégorie / prix : 14,90 €
ISBN : 2-84588-072-3   
Genre : Science-Fiction



    Quatrième de couverture    
     Sur Chute de Glace, planète au climat hivernal et hostile, le jeune Danlo « le sauvage », adopté et élevé parmi les Alaloïs, un peuple néandertalien qu'un virus est en train de décimer, rejoint le monde civilisé à la recherche de son identité. Comme son père disparu, Danlo se met en tête de devenir pilote afin de retrouver la trace des Architectes, adeptes d'une secte apocalyptique, qui détiennent la clé du virus dévastateur. Pourchassé par un membre de l'ordre des Guerriers-Poètes, il devra faire preuve d'un courage extrême pour survivre dans un univers déroutant où les hommes peuvent devenir des dieux.

     Sur les traces de Danlo, David Zindell nous entraîne au rythme d'un Requiem pour l'homosapiens, titre de ce nouveau cycle de Space Opera grandiloquent.

     Né en 1952, diplômé de l'université du Colorado, David Zindell a étudié la philosophie, la physique, l'anthropologie, la linguistique, et les mathématiques. Il fait preuve d'un talent de conteur exceptionnel.
     Possédant une des plus belles plumes de la littérature de science-fiction, il a d'emblée conquis le respect de ses plus éminents collègues.

     « Un spectaculaire créateur de monde. » The Times
     « Il a su façonner un fantastique univers épique de notre futur galactique. » Robert Silverberg
 
    Critiques    
     Nous voilà de retour sur Chute de Glace, la planète au climat hivernal, théâtre des événements d'Inexistence, le précédent roman de la série baptisée « D'un requiem pour l'homo sapiens ». Le personnage principal est désormais Danlo 1, un jeune garçon, le fils de Mallory Ringess, le protagoniste du premier tome. Mais, quand ce livre commence, dix ans après les faits relatés dans Inexistence, Danlo ne connaît pas ses origines. Il fait partie d'une tribu d'Alaloïs, cette peuplade esquimaude chez qui s'était réfugié son père ; mais on lui a caché l'identité de ses parents. Sa tribu est moribonde, du fait de la propagation d'un virus foudroyant. Seul Soli, un vieillard, survit avec lui, mais pas pour longtemps : il a tout juste le temps de faire de Danlo un Alaloï adulte, par un rite de passage barbare. Ceci indique le caractère initiatique de ce roman, comme c'était le cas du volume initial.
     Une fois seul, Danlo n'a d'autre choix que de se diriger vers la cité d'Inexistence, où il espère trouver de l'aide. Ce n'est que le début de ses aventures, au cours desquelles il se rendra compte qu'il aspire à devenir pilote, comme son père, Mallory Ringess, disparu depuis de longues années (mais vivant, le lecteur le sait depuis le prologue, narré à la première personne par Ringess). Les événements qu'il vit lui feront découvrir quelques vérités, certaines pas très agréables à entendre, mais son éducation, en milieu hostile et dans le respect de l'honnêteté, lui permettra de s'en accommoder.
     Ce qui faisait le charme d'Inexistence se retrouve ici. Tout d'abord, des personnages forts, et notamment la paire que forment Danlo et son élève et ami Hanuman, très différents, l'un renfermé et pessimiste, l'autre plus extraverti et foncièrement optimiste. Ensuite, un vrai talent de conteur, même si Zindell se laisse parfois aller à quelques séquences longuettes — ce livre compte presque cinq cents pages, et il ne s'agit que de la première moitié d'un roman ! Une habileté consommée dans l'art de ménager les rebondissements et de garder intact l'intérêt du lecteur tout au long de ces pages. Enfin, une véritable envie de créer une sorte de livre-univers, en abordant un très grand nombre de sujets, qui vont de l'ADN à la religion, en passant par l'architecture ou la politique. Cela peut de temps à autre sembler un peu trop roboratif, mais cela se lit sans difficulté.
     Peut-être David Zindell aurait-il pu chercher à se renouveler davantage, puisqu'on a parfois l'impression de relire le même livre qu'Inexistence, mais si l'auteur maintient cette qualité sur toute la série, on ne lui en tiendra pas rigueur, loin de là.

Notes :

1. Au passage, on regrettera que le nom du personnage ait servi à donner un titre ridicule au roman. Sans doute Le dieu brisé — 1 ne semblait-il pas suffisamment accrocheur...


Bruno PARA (lui écrire)
Première parution : 22/4/2003 nooSFere


 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 68995 livres, 76563 photos de couvertures, 64048 quatrièmes.
8383 critiques, 36573 intervenant·e·s, 1476 photographies, 3709 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2020. Tous droits réservés.