Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
L'Empire du centurion

Sean McMULLEN

Titre original : The Centurion's Empire, 1998
Traduction de Thierry ARSON
Illustration de Grégoire HÉNON

J'AI LU (Paris, France), coll. Millénaires n° (6076)
Dépôt légal : février 2003
Première édition
Roman, 448 pages, catégorie / prix : 20 €
ISBN : 2-290-32735-2
Genre : Science-Fiction



Quatrième de couverture
     An 71 de notre ère, quelque part dans l'Empire romain. Pour avoir survécu, cinq jours durant, à une immersion dans les eaux glacées de la mer Tyrrhénienne à la suite d'un naufrage, le futur centurion Vitellan Bavalius attire l'attention des Temporiens, une société secrète qui dans l'ombre veille sur le monde.
     Les Temporiens ont en effet mis au point le Poison d'Immortalité, élixir qui permet après ingestion de se voir confié à la glace pour n'en être réveillé que quelques années, voire quelques siècles, plus tard. C'est ainsi que Vitellan renaîtra à travers les âges lors d'une épopée qui s'étendra sur plus de deux millénaires, et le mènera des Alpes du Ier siècle au Los Angeles de 2029, en passant par la France médiévale à feu et à sang. Devenu le centre d'intérêt de tous, assassins, sectateurs, pouvoirs religieux et sociétés secrètes à l'affût des secrets de la vie éternelle, il découvrira que la haine comme l'amour le poursuivent aussi par-delà le temps et l'espace... Mêlant avec une rare habileté le roman historique et le récit d'anticipation, L'empire du centurion est une formidable fresque à grand spectacle qui traverse les siècles, une étonnante relecture du thème classique du voyage dans le temps.

     Avec huit romans et de nombreuses nouvelles publiées dans les plus prestigieuses revues, Sean McMullen s'est imposé depuis une vingtaine d'années comme l'un des plus éminents auteurs de science-fiction venu d'Australie. Il a reçu à quatre reprises l'Australian Science-Fiction Award et s'est durant dix ans (de 1988 à 1998) fait le porte-parole des œuvres de science-fiction de son pays pour la revue spécialisée américaine Locus. Acclamé par la critique, L'empire du centurion est son premier roman publié en France.
Critiques
     Celcinius, médecin dans une cité étrusque, découvre par hasard le « poison d'immortalité », qui permet de conserver les corps dans la glace en état de vie suspendue quasi indéfiniment, tout en pouvant se faire réveiller autant de fois que l'on veut à n'importe quel moment de l'histoire. Il fonde les Temporiens, une société secrète composée d'hommes et de femmes dont le but est de diriger le monde grâce à la longévité exceptionnelle que leur confère le poison.
     En l'an 71, le bateau sur lequel se trouve Vitellan Bavalius, soldat de l'armée romaine, sombre en pleine mer au cours d'une tempête. Cinq jours plus tard, la marée recrache Vitellan sain et sauf. Cette formidable résistance au froid attire l'attention des Temporiens, qui ont l'intention d'en faire un des leurs. Mais l'organisation est victime de sa trop grande paranoïa : les deux seuls détenteurs de la formule du poison d'immortalité meurent au cours d'un incendie provoqué par un cambrioleur. Ils ne laissent aucune trace écrite derrière eux, comme le veut la coutume, et l'organisation se désintègre.
     Un peu plus tard, Vitellan, devenu Centurion, se retrouve en possession des dernières réserves de poison d'immortalité. Commence alors pour lui un voyage sans retour dans le temps, qui le conduira, après quelques haltes, sur les rivages du XXIe siècle...

     Le thème du voyage dans le temps (fût-il un aller simple) possède ses chants des sirènes et ses propres écueils. Si McMullen n'a pas su résister aux premiers, il est en revanche parvenu à éviter ces derniers, tout en barrant de façon très classique.
     Ce qui ne suffit malheureusement pas au lecteur pour atteindre les rivages de l'extase livresque. Entre un traducteur qui a visiblement des problèmes côté français et un écrivain au style des plus malheureux, il a même sérieusement intérêt à s'arrimer au mat s'il veut revoir un jour la côte. Notre auteur australien a pourtant quelques idées. Rien d'original, certes, mais une façon de traiter son sujet qui change un tantinet de la vision purement anglo-saxonne. Mais quelle écriture ! Misère ! ! Cela donne des personnages peu attractifs et un récit au rythme mal géré (quand il y en a !). Et le plus rédhibitoire : des changements de point de vue qui se succèdent à un rythme effréné sans transition, d'où une confusion quasi permanente qui finit par lasser.
     La partie historique n'a aucun intérêt. McMullen n'a pas su rendre ses reconstitutions assez vivantes pour que l'on suive les pérégrinations de son héros avec plus qu'un intérêt poli. La partie « futuriste » (an 2028) est plus intéressante. Malheureusement, c'est aussi la partie où le nombre de défauts s'accroît. Outre ceux cités ci-dessus, on ajoutera, pour faire bonne mesure, des ficelles grosses comme des cordes d'amarrage, des facilités et des raccourcis irritants, sans parler d'un deus ex machina qui donne envie de hurler de frustration.

     Bref, un ratio plaisir/nombre de pages sous la moyenne pour un livre dont on se passera sans regret.

Sandrine GRENIER
Première parution : 1/7/2003 dans Bifrost 31
Mise en ligne le : 1/8/2004

retour en haut de page

Dans la nooSFere : 78543 livres, 90697 photos de couvertures, 74506 quatrièmes.
8858 critiques, 42701 intervenant·e·s, 1656 photographies, 3770 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres et ne publions pas de textes.
Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2022. Tous droits réservés.