Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Le Héros blessé au bras

Georges-Olivier CHÂTEAUREYNAUD



GRASSET
Dépôt légal : 1987
Première édition
246 pages
ISBN : 2-246-39111-3


Critiques
     Dans La Faculté des Songes qui lui valut le Renaudot 1982, et dans Le Congrès de Fantomologie, on décelait déjà cette propension è passer de plain-pied de la réalité au fantasme onirique, selon un processus qui mette implicitement en question chacune de ces deux saisies du monde. Le héros blessé au bras renouvelle la manœuvre, en nuances et diversité. Car ce recueil, qui rassemble des fictions écrites entre 1976 et l'an dernier, n'est pas un livre-concept animé par une thématique homogène. On le lit plutôt comme le répertoire changeant d'un illusionniste, dont les ruptures d'ambiance garantissent le charme.
     Avec une égale acuité, Châteaureynaud est capable de mêler l'étrange aux médias contemporains (Le petit homme d'or, Trois autres jeunes tambours), comme à la plus banale nostalgie amoureuse (Essuie mon front, Lily Miracle). Ou, par décalage, il crée des mondes particuliers : celui du héros blessé au bras dans une guerre de convention, celui de La ville aux mille musées, où les créateurs sont réduits à vivre traqués dans les riches vestiges d'une culture passée, et le pays de fortune où s'achète pour rien une demeure labyrinihique qu'aurait aimée Borges (La demeure de l'amour est vaste).
     Chaque nouvelle a sa couleur, son décor, son sujet propre. Avec le recul cependant, pour le lecteur qui laisse le travailler l'entrecroisement des textes, des constantes se dégagent. Telle la nostalgie du temps écoulé, qu'on voudrait modifier par quelque subtile uchronie, ou préserver après la mort, en même temps que s'envie ou se cultive l'esprit d'enfance, capable de reconstruire le réel selon les lois du rêve. De ce point de vue, il faut souligner la qualité du récit final, Le Verger, originellement publié dans la Collection « L'Instant romanesque » de chez Balland. L'argument de ce texte représentait en soi un défi littéraire : avec l'histoire d'un enfant déporté dans un camp d'extermination, et dont l'esprit trouve un refuge précaire dans un très beau verger visible de lui seui, comment éviter les pièges du misérabilisme et de la sensibilité larmoyante ? Châteaureynaud y parvient avec une force expressive exemplaire. La clarté toute simple de sa langue, éminemment travaillée sans qu'elle en montre rien, n'y est pas étrangère.

Alain DARTEVELLE
Première parution : 1/9/1987 dans Fiction 389
Mise en ligne le : 28/1/2003

retour en haut de page

Dans la nooSFere : 79746 livres, 92786 photos de couvertures, 75771 quatrièmes.
9093 critiques, 43294 intervenant·e·s, 1660 photographies, 3783 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres et ne publions pas de textes.
Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2023. Tous droits réservés.