Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
La Fille de King Kong

Fernando ARRABAL

Titre original : Hija de King Kong, 1988

Traduction de Paola APPELIUS

ACROPOLE
Dépôt légal : mars 1988
256 pages, catégorie / prix : 98 FF
ISBN : 2-7357-0085-2   



 
    Critiques    
     « Le roman n'est pas un prolongement, mais une explosion de son théâtre », cite la quatrième de couverture, comme pour donner le ton. Eh bien non, pas du tout. La Fille de King Kong serait même aux antipodes des résonances politiques, de la violence exacerbée, de l'autopsie familiale et de ces motifs sanguinolents auxquels nous ont « habitué » le théâtre du petit espagnol, et sa filmographie.
     De même, la connivence que suppose le titre de ce roman-ci avec l'imagerie de Schoedsack et Cooper, et qu'entretient d'ailleurs l'illustration-collage signée Arrabal, avec beauté et grasse sur fond de buildings, doit se dénoncer comme un autre mensonge. En effet, point de rhétorique primaire opposant belle et bête pour le plaisir des rustres, dans ce livre serein — au moins de ton — , étonnamment feutré, et comme émerveillé, d'une fille plongée dans l'absurde de l'existence. La Fille de Cervantès aurait mieux convenu à cette enfilade de chapitres ultra-courts, monologues d'une orpheline évadée de son couvent et faisant les ménages, et se laissant séduire, et couchant sans plaisir avec le pâle Martial qui oeuvre à la ville comme souteneur brillant, jusqu'à le mettre à mort...
     L'histoire se passe maintenant, mais la jeune fille se trouve ailleurs, dans l'admiration folle qu'elle voue au créateur de sa mythologie intime, dans la complicité qu'elle s'invente avec Miguel de Cervantès. Cent chapitres pour un livre de 257 pages, tous construits sur un moule identique : une appréhension lâche de la réalité et la conscience d'accompagner les instants forts, les passions et les peines de l'auteur du Quichotte. De glissade en dérive au travers des siècles, l'intrigue progresse en évoquant la manière presque sexuelle dont une vrille, par à coups réguliers, pénètrerait un mur de carton-pâte, un pan de décor. Un décor... Ce doit être ainsi que la narratrice, et qu'Arrabal sans doute — lui qui se targue de n'avoir fait l'amour, jamais, avec la moindre femme — , voient la vie et les êtres actuels. Ce faisant, ils prouvent que l'imagination et le plaisir du texte constituent la meilleure machinerie à remonter le temps.


Alain DARTEVELLE
Première parution : 1/9/1988 dans Fiction 400
Mise en ligne le : 19/11/2002


 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 66572 livres, 67342 photos de couvertures, 61432 quatrièmes.
8090 critiques, 36400 intervenant·e·s, 1463 photographies, 3690 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2019. Tous droits réservés.