Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
De beaux Lendemains ? - Histoire, société et politique dans la science-fiction

ANTHOLOGIE

Textes réunis par Patrick J. GYGER & Gianni HAVER




ANTIPODES , coll. Médias et Histoire
Dépôt légal : janvier 2002
Première édition
Anthologie, 216 pages, catégorie / prix : nd
ISBN : 2-940146-23-3   
Genre : Science-Fiction



    Quatrième de couverture    
     Trop occupés à fouiller le passé, les historiennes et les historiens n'ont que rarement abordé les représentations d'un futur imaginé. Celui-ci est pourtant un terrain de recherche extrêmement riche pour les sciences humaines. Les sociétés hypothétiques, au centre de la représentation du futur proposé par les œuvres d'anticipation, sont construites sur l'allégorie des craintes et des espoirs propres à leur époque de production. La science-fiction propose ainsi des visions extrêmes : ces mondes inexistants, qu'ils soient idéaux ou pervertis, à haute technologie ou mystiques, égalitaires ou hiérarchisés, pacifiques ou conquérants, ne font que caricaturer et déformer la représentation du réel. Ces œuvres sont autant de loupes — à la fois déformantes et grossissantes — qui révèlent leur temps.

     Dans cet ouvrage, le cinéma et la littérature de science-fiction ont été observés du point de vue de l'histoire, mais également de celui de l'analyse littéraire et musicale, de l'anthropologie, de la sociologie, de l'architecture et de la théologie. Cette approche interdisciplinaire offre un vaste panorama où se dessinent des représentations sociales et leurs enjeux politiques.
 
    Critiques    
     L'an dernier, la Faculté des Sciences politiques de l'Université de Lausanne organisait, en partenariat avec la Maison d'Ailleurs d'Yverdon, un colloque intitulé Entre sociétés utopiques et dérives totalitaires — Histoire et projets politiques dans la science-fiction : une approche intermédiatique. Si, comme le dit l'introduction, « le colloque est bien à l'origine de cet ouvrage, ce dernier ne se résume pas à la simple collecte des actes », en ce sens que les textes ont été remaniés à la lumière des débats qui eurent lieu alors, cette remarquable série d'essais présente toutes les caractéristiques d'une publication universitaire dans la grande tradition du genre : que les allergiques à ce type de prose se le tiennent donc pour dit, et passent leur chemin. Mais pour les amateurs, il est trop rare d'avoir entre les mains un florilège (traitant de science-fiction) d'une telle tenue académique pour ne pas d'abord s'en réjouir.
     Premier constat : les dix articles présentent, à des degrés divers, un intérêt certain, et l'ensemble fait montre d'une réjouissante érudition et d'un professionnalisme sans faille (jusqu'à la réalisation matérielle de l'objet, y compris la correction orthographique !)
     Second constat : deux articles seulement traitent spécifiquement de littérature. Mais tant Détournement d'utopies et pensée politique que Politiques du corps dans le cyberpunk proposent d'excellentes approches, à recommander chaudement aux lecteurs de Galaxies.
     Troisième constat : avec pas moins de sept articles, le cinéma se taille ici la part du lion. Les trois études sociologiques sur les films catastrophe et post-cataclysmiques se complètent fort bien, même si l'érudition du « futur conjugué au passé antérieur » est parfois un peu lourde. Les approches spécifiques de Total Recall (superbe, mais il faut dire que la matière, fort ambiguë, s'y prête bien) et de Dark City (très bien vu, et de plus par des étudiantes) sont de grands moments de l'ouvrage. La SF comme théodicée narrative, très riche au plan philosophique, laissera un peu, pour prometteuse qu'elle soit, le lecteur sur sa faim, du moins pour ce qui est de la SF proprement dite. Seul 2069... revêt ici un caractère plus anecdotique, mais la confidentialité du film y est pour beaucoup.
     Deux curiosités à relever : premièrement, tous les articles ont été écrits par des citoyens helvétiques, revendiquant (à deux exceptions près) leurs liens avec l'Université de Lausanne ; deuxièmement, tous les auteurs sont jeunes (nés entre 1959 et 1979, ils ont pour la plupart autour de la trentaine).
     Un petit regret tout de même : on trouvera dans ce livre plus de multidisciplinarité que d'interdisciplinarité, les articles juxtaposant les médias plutôt que les combinant. Mais la voie montrée par cet ouvrage est la bonne : c'est exactement ce dont la SF a besoin pour entrer davantage à l'Université, et obtenir (n'en déplaise à certains), au bout du compte, une reconnaissance qui (bien souvent par sa propre faute) lui fait encore cruellement défaut.


Bruno DELLA CHIESA
Première parution : 1/6/2002 dans Galaxies 25
Mise en ligne le : 1/2/2004


 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 69636 livres, 78452 photos de couvertures, 64748 quatrièmes.
8417 critiques, 36952 intervenant·e·s, 1478 photographies, 3711 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2020. Tous droits réservés.