Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
La Ligue des Héros

Xavier MAUMÉJEAN


Cycle : Lord Kraven  vol.


Illustration de Nicolas ARCHIERI & Michel DURAND

MNÉMOS , coll. Icares n° (21)
Dépôt légal : avril 2002, Achevé d'imprimer : mars 2002
224 pages, catégorie / prix : 17 €
ISBN : 2-911618-78-5
Format : 13,0 x 21,5 cm  
Genre : Fantasy


Autres éditions
   in Kraven, MNÉMOS, 2009
   in La Ligue des héros, l'intégrale, 2016
Sous le titre La Ligue des Héros
   POINTS, 2008

    Quatrième de couverture    
     1969 : banlieue londonienne.
     Un vieil homme est ramené dans sa famille par deux hommes en blouse blanche. D'où vient-il ? Qu'a-t-il fait ces dernières années ? Nul ne le sait. Jusqu'au jour où disques de rock et lecture de comics lui font redécouvrir l'aventure, l'héroïsme, l'honneur... et deux ou trois souvenirs.
     1902 : Londres.
     L'Angleterre victorienne imaginaire est en proie aux agressions de Peter Pan et des créatures du Pays de Nulle Part. Lord Kraven, membre prestigieux de la Ligue des Héros combat pour l'Empire et la Reine, sous les ordres de l'intrigant Baycroft...
     Entre merveilleux et réalité, les deux destins finiront par se rejoindre pour connaître un dénouement inattendu...
     Une histoire originale et foisonnante, empruntant aux comics, à la culture pop, à la Féerie et à l'Histoire...
 
     Né en 1963, Xavier Mauméjean est un auteur éclectique : Prix Gérardmer Fantastic'Arts 2000 pour Les Mémoires de l'Homme-Éléphant — sorte de Freaks victorien — , il a depuis publié Gotham, un psycho-thriller urbain.

    Prix obtenus    
Bob Morane, roman français, 2003
 
    Critiques    
     « Xavier Mauméjean, né en 1963, est diplômé en philosophie et en science des religions, il fait partie de l'étrange Club des Mendiants Amateurs de Madrid et a reçu le prix Gérardmer 2000 pour Les Mémoires de l'Homme-éléphant. » La parution de La Ligue des Héros chez Mnémos est l'occasion pour votre revue préférée de revenir sur cet auteur trop discret qui habite Valenciennes avec sa femme et leur fille.

     En 1980, David Lynch s'était emparé du personnage historique réel de John Merrick pour son magnifique Elephant Man. Vingt ans plus tard, Xavier Mauméjean transforme cet homme accablé par la maladie et les difformités en enquêteur surdoué. Il nous plonge dans le Londres de 1890 où, du fond de sa chambre d'hôpital, entre deux examens et un gala de bienfaisance victorienne, Joseph Carey Merrick mène des enquêtes policières avec l'aide de quelques amis ou membres du personnel soignant. Le résultat est époustouflant (à l'exception de la deuxième enquête centrée sur la haute-finance, la plus faible des quatre). C'est avec émerveillement et effroi que l'on pénètre l'esprit de Merrick à la poursuite des assassins londoniens, c'est avec ce même émerveillement mêlé d'effroi que l'on contemple sa chair torturée et exposée, la foire des petites gens est devenue celle des riches. Tout au long de ce roman, l'écriture de Mauméjean s'impose, inventive, somptueuse de bout en bout, sans être le moins du monde ampoulée. L'érudition est au rendez-vous, tapie sous chaque mot, omniprésente mais en rien pesante.

     Après les démences de Londres, l'auteur nous emmène à New York, surnommée Gotham, pour une visite de la Grande Babylone avant la chute de ses tours. On y suit tout d'abord la mort du publicitaire Rudy Bernstein — il s'est fait exploser la tête entre les mâchoires d'un étau ; la métaphore évoque Leviathan de Hobbes, l'état qui broie/dévore les individus... Mais ce n'est pas Bernstein qui intéresse Mauméjean ; ce dernier concentrant son récit sur un autre publicitaire, Jonathan Pike, un tueur, comme l'on dit dans la profession, un requin de la publicité qui n'a peur ni des eaux limpides ni des eaux troubles. Quoique... Profitant de l'absence de sa petite famille pour le week-end, Jonathan s'est mis en tête (alors que d'autres se la font exploser) de refaire sa salle de bain. Sur fond de réélections à haut risque et de campagne publicitaire pour un sent-bon de luxe, Samarkand, un combat à mort se prépare. Il va opposer Una Sander, l'ethno-psychiatre de l'agence publicitaire, à Jonathan Pike, le papa bricole plein aux as qui plonge peu à peu dans la psychopathie et a transformé son loft de cinq cents mètres carrés en jungle birmane. Inconsciemment, vingt-cinq ans après la chute de Saigon, l'Amérique replonge dans sa plaie préférée, la guerre du Viêt-Nam.

     Gotham est un projet littéraire d'une limpidité désarmante ; avec ce roman, Xavier Mauméjean a voulu écrire l'American Psycho des années 2000. Belle ambition, mais là où Bret Easton Ellis était gonflant en permanence (vingt pages sur les gommages pour peaux sensibles ou les cartes de visite ivoire, c'est dix-neuf de trop à chaque fois), Mauméjean se contente de construire son bouquin n'importe comment et ne réussit véritablement que les cent dernières pages, celles où, dans l'épure, s'affrontent physiquement et psychologiquement Una et Jonathan. Face à ce roman raté mais passionnant par intermittence (ah, la réparation de la salle de bain aux conséquences cataclysmiques !) le chroniqueur ne peut que vous inviter à lire les deux Leviathan, celui de Hobbes et celui, remarquable, de Paul Auster.

     Pour son troisième roman, La Ligue des héros, Xavier Mauméjean nous renvoie à Londres faire une ballade psychédélique en compagnie de Lord Kraven et des autres membres de sa ligue héroïque, tantôt en guerre contre Peter Pan et les Fées, tantôt en guerre contre les troupes du Kaiser. Voilà un hommage jubilatoire à Alan Moore et Jerry Cornélius qui rappelle le cycle de Kim Newman entamé avec Anno Dracula ; à ceci près que là où Newman se contentait d'utiliser d'innombrables personnages historiques pour tenter de masquer la vacuité de son propos, Mauméjean nous invite, lui, à un feu d'artifices d'idées, de réflexions et d'images. La Ligue des héros est une uchronie riche, exigeante, magnifiquement écrite, du niveau de La Cité entre les mondes de Francis Valéry (Denoël) ; elle aurait probablement gagné à être moins bordélique, mais la fin explique ce fouillis permanent qui, a défaut d'être légitime, n'est pas franchement gênant.

     Avec ces trois romans, Xavier Mauméjean nous emmène, de Londres à New York, à la rencontre des mythes victoriens et des ogres des temps modernes : les publicitaires. L'écriture est parfaite, les constructions romanesques ne le sont pas encore, néanmoins une telle ambition doit être récompensée. Vous savez donc, chers lecteurs, ce qu'il vous reste à faire...

CID VICIOUS
Première parution : 1/4/2002 dans Bifrost 26
Mise en ligne le : 10/9/2003


 
retour en haut de page
Dans la nooSFere : 64105 livres, 61689 photos de couvertures, 58750 quatrièmes.
8084 critiques, 35134 intervenant·e·s, 1340 photographies, 3682 Adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2019. Tous droits réservés.