Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
La Fille de la voleuse de rêves

Michael MOORCOCK

Titre original : The Dreamthief's Daughter, 2001

Cycle : Von Bek  vol.

Traduction de Michel PAGEL
Illustration de Gilles FRANCESCANO

L'ATALANTE (Nantes, France), coll. La Dentelle du Cygne n° (51)
Dépôt légal : janvier 2002
384 pages, catégorie / prix : 19 €
ISBN : 2-84172-195-7   
Genre : Fantasy



    Quatrième de couverture    
     Faites œuvre du diable : telle est depuis trois siècles la devise des von Bek...
     1933 : la folie meurtrière nazie s'empare de l'Allemagne. Retiré dans son fief, le dernier des Bek n'en est pas à l'abri. La légende veut que sa famille détienne d'illustres objets de pouvoir qui suscitent la convoitise des nouveaux maîtres : le Saint-Graal, depuis l'épopée du « Chien de guerre », l'épée noire ancestrale Ravenbrand. Viennent s'en emparer le major SS Gaynor von Minct et son lieutenant Klosterheim...
     Sur un autre plan du Multivers, une armée de la Loi conduite par la duchesse dévoyée Miggea assiège la cité de Tanelorn. Elric, le dernier empereur sorcier de Melniboné, doit combattre pour garder la possession de son épée Stormbringer, la dévoreuse d'âmes.
     Elric, Ulric : ne sont-ils pas deux incarnations du même champion éternel ? Ne doivent-ils pas s'unir intimement pour espérer vaincre dans une guerre qui met en jeu l'existence même de toute chose ?
     Voici le dernier roman de Michael Moorcock ; il y prolonge à la fois la saga VON BEK et l'épopée d'ELRIC LE NÉCROMANCIEN.
 
    Critiques    
     Ce quatrième récit 1 issu de la lignée des von Bek eut tout autant pu être rattaché au cycle d'Elric le Nécromancien tant celui-ci y tient une place de premier plan à l'instar d'Ulric von Bek. C'est bien ce qu'ils sont d'ailleurs : des alter ego appartenant à différents plans du Multivers.
     Ulric von Bek, descendant homonyme de celui qui conquit le Graal lors des événements contés dans Le Chien de guerre et la douleur du monde, vit également en des temps troublés. Il réside sur un plan du Multivers très proche du vôtre, lecteur, qui ne diffère guère que par l'existence de la principauté du Waldenstein et de sa capitale, Mirenbourg. Or, les années 30 du feu siècle furent quelque peu troublées du fait des menées d'un agressif petit moustachu natif d'Autriche.
     Comme chacun sait, la clique d'Hitler comptait bon nombre de nostalgiques des mythologies et des légendes nordiques, celtes ou germaniques auxquels la réalité ne permettait pas de donner la pleine mesure de leur malveillance. Parmi eux, derrière Rudolph Hess, se tenait le prince Gaynor de Mirenbourg, cousin d'Ulric von Bek, campé dans le rôle d'avatar d'Yrkoon et de Frank Cornélius. Gaynor entend mettre la main sur Ravenbrand, l'épée runique — pendant de Stormbringer — au nom du Reich... mais surtout pour son propre compte.
     Le nazisme se trouve n'être qu'un écho d'une attaque qui frappe plusieurs plan du Multivers. La cité des Off-moo, Mu Ooria dans les Mittelmarch, est assiégée par Gaynor. Jusqu'au havre de Tanelorn qui est menacé par la duchesse de la Loi, Miggéa. Or, la chute de Tanelorn pourrait signifier celle du Multivers entier. Elric, dépossédé de Stormbringer, ne peut plus se déplacer qu'en rêve, mais, avec l'aide d'Oona qui se révèle être sa fille, il parvient à aider von Bek. En compagnie du capitaine Bastable, et du prince Lobkowitz en provenance de l'univers de Jerry Cornélius, ils font évader Ulric d'un camp de concentration où Gaynor l'a fait interner. Ce faisant, Moorcock entrelace davantage les divers fils de son Multivers.
     Outre la maître idée moorcockienne, récurrente dans toute son œuvre — du pire au meilleur — qui veut que tant l'ordre que le chaos soient, dans leurs absolus respectifs, maléfiques tandis que la notion de bien est concomitante d'un équilibre instable et constamment remis en question, La Fille de la voleuse de rêves ne vaut guère que par quelques réflexions acerbes sur le nazisme : régime brutal et sadique à l'idéologie simpliste qui, dans son souci d'imposer un ordre mortifère, n'engendre qu'un épouvantable chaos.
     Ce n'est pas un grand Moorcock, juste une œuvre alimentaire plus aboutie que naguère, qui n'en ravira pas moins les fans d'Elric.


Notes :

1. Outre les romans critiqués dans ce Guide de lecture, se rattache en effet à la série le très beau et très épuisé La maison de Rosenstrasse, paru dans une éphémère collection « Erotique », chez J'ai Lu. (N.d.l.R.)
2. Il s'agit là du Petit Guide de lecture à l'usage de l'explorateur moorcockien inclus dans le numéro hors-série « Les Univers de Michael Moorcock »


Jean-Pierre LION
Première parution : 1/7/2002 dans Bifrost HS1
Mise en ligne le : 1/9/2003

 
    Critiques des autres éditions ou de la série    

 
retour en haut de page
Dans la nooSFere : 64899 livres, 63184 photos de couvertures, 59609 quatrièmes.
8086 critiques, 35553 intervenant·e·s, 1417 photographies, 3682 Adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2019. Tous droits réservés.