Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
L'Invitée de Lorelei

Gérard PRÉVOT


Cycle : Contes de la mer du Nord  vol. 2


Illustration de Philippe JOZELON

FLEUVE NOIR / FLEUVE Éditions (Paris, France), coll. Bibliothèque du Fantastique
Dépôt légal : mars 1999
640 pages, catégorie / prix : 69 F
ISBN : 2-265-06226-X   
Genre : Fantastique



    Quatrième de couverture    
     Voici, pour faire suite au Démon de février, le second tome des oeuvres fantastiques complètes de Gérard Prévot (1921 — 1975). Dissimulé dans les dunes du Jutland, le domaine de L'Invitée de Lorelei abrite depuis des siècles la famille von Stuppach, la Mort qui s'incarne dans la personne des gouvernantes successives, et une force cosmique créatrice d'orages. Les belles fiancées se suivent, sont adorées puis immolées selon un rituel immuable. La mer du Nord est à proximité, omniprésente comme dans la plupart des 23 nouvelles fantastiques suivantes, et comme dans La Fouille, ce cauchemar ferrovière tout droit sorti d'un tableau de Paul Delvaux. En complément on trouvera Pas de fantômes sans fumée, roman policier noir paru en pleine effervescence du genre, sous le pseudonyme de Diego Michigan.
     L'Invitée de Lorelei — Nouvelles fantastiques — La Fouille — Pas de fantômes sans fumée
     3 romans et 23 nouvelles en 1 volume

    Sommaire    
1 - Jean-Baptiste BARONIAN, Les Années de braise, pages 9 à 13, Préface
2 - L'Invitée de Lorelei, pages 19 à 174, Roman
3 - Le Spectre large, pages 175 à 184
4 - La Simultanée, pages 185 à 193
5 - Swiss made, pages 195 à 202
6 - La Putain bleue, pages 203 à 212
7 - Le Portail, pages 213 à 217
8 - L'Interview, pages 219 à 226
9 - Le Vendredi 13 décembre, pages 227 à 235
10 - Le Temps se casse à chaque instant, pages 237 à 241
11 - La Perle noire de Madras, pages 243 à 246
12 - Histoire de Marie Gadoue, pages 247 à 256
13 - Le Bal du rat mort, pages 257 à 261
14 - La Mort à marée haute, pages 263 à 273
15 - La Fiancée de l'écluse, pages 275 à 282
16 - Un dimanche à Oursel, pages 283 à 286
17 - La Balançoire, pages 287 à 293
18 - 10, Rue de la Colline, pages 295 à 301
19 - Les Tourterelles, pages 303 à 306
20 - Une soirée à l'auberge des gueux de mer, pages 307 à 312
21 - Le Bunker, pages 313 à 323
22 - La Taverne des étangs, pages 325 à 339
23 - Le Dé noir de Nora, pages 341 à 350
24 - La Louve de la rue Vaneau, pages 351 à 359
25 - Le Balustre ostendais, pages 361 à 370
26 - La Fouille, pages 378 à 468
27 - Frank ÉVRARD, Introduction à Pas de fantômes sans fumée, pages 469 à 471, Introduction
28 - Pas de fantômes sans fumée, pages 475 à 628, Roman
29 - Fragments d'un journal (extraits), pages 629 à 630, Notes
30 - Jean-Baptiste BARONIAN, Bibliographie, pages 631 à 635, Bibliographie
 
    Critiques    
     Peut-on être jaloux d'un spectre qui donne rendez-vous à votre épouse ? Et qu'en est-il des émois d'un fantôme amoureux d'une vivante qu'il observe au quotidien ? Amour et mort se renvoient ici de singuliers échos. Les défunts ne cessent de hanter les lieux où ils brillèrent jadis et d'interpeller ceux qui s'intéressent à eux ou aux objets qu'ils ont aimés (Tout amour est une lente agonie, Le Balustre ostendais). D'une voix sarcastique, ils susurrent : « La mort n'existe pas, voyons ! » (La Putain bleue). Celle-ci pourtant n'a de cesse de tenter d'attirer les vivants de l'autre côté. Le piège dans lequel tombe L'Invitée de Lorelei, court roman de l'auteur, en témoigne.
     On reconnaîtra sans peine l'influence de Jean Ray, avec ces décors si prégnants de brumes de mer du Nord, de ténébreuses ruelles en Hollande ou Belgique. On discerna également celle de Gérard de Nerval dans l'élégance du style. Et des deux on retrouvera les fantômes, des phénomènes imprécis qui évoquent une surnature discrètement à l'œuvre. Mais la façon de les décliner, autour du thème, majeur, du temps qui passe, n'appartient qu'à Prévôt. « Le temps se casse à chaque instant » affirme cet amoureux d'Ostende qui affirme ailleurs que « le temps n'existe pas » et qui situe à chaque extrémité d'une vie l'enfant et le spectre : « L'enfant n'a pas de passé : il compose à tout instant avec le temps. Le spectre a beaucoup d'avenir. Je suis, moi, l'homme, le seul des trois à avoir besoin des deux autres ». Mais le plus grand spectre qui hante ces récits n'est-il pas la mémoire comme celle, commune à toute une génération, de la deuxième guerre mondiale, évoquée en filigrane
     Gérard Prévôt, qui a commencé comme dramaturge, de la poésie, écrit de la littérature générale, du policier et de la science-fiction, s'est révélé dans le fantastique dans la seconde moitié de sa vie. S'il était capable de répondre à la commande (comme en témoignent les Red Port de la série SF vers la fin de la collection Pocket Marabout), il n'était pas réellement à l'aise dans les autres genres. Le roman policier livré en fin de volume (en fait un mélange d'aventures et d'espionnage) a, par exemple, bien vieilli. Parmi les vingt-trois nouvelles du recueil, les rares qui touchent à la science-fiction ressemblent davantage à des fables qu'à des récits dignes de ce nom.
     Second volume des Contes de la mer du Nord, ce recueil clôt les œuvres fantastiques complètes de Prévôt. Ces vingt-trois nouvelles et trois romans sont présentés par Jean-Baptiste Baronian qui ne fut pas étranger à la carrière d'auteur fantastique de ce poète né. « La poésie naît de rien. La fantastique naît du vide ».

Claude ECKEN (lui écrire)
Première parution : 1/7/1999 dans Ténèbres 7
Mise en ligne le : 2/11/2003


 
retour en haut de page
Dans la nooSFere : 65768 livres, 65157 photos de couvertures, 60530 quatrièmes.
8089 critiques, 36057 intervenant·e·s, 1453 photographies, 3688 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2019. Tous droits réservés.