Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
La Mort invisible

Richard LAYMON

Titre original : Beware !, 1985

Traduction de Claude MALLERIN
Illustration de J.-P. FERTÉ

FLEUVE NOIR / FLEUVE Éditions (Paris, France), coll. Gore n° 72
Dépôt légal : juin 1988
Première édition
160 pages, catégorie / prix : nd
ISBN : 2-265-03840-7   
Genre : Imaginaire



    Quatrième de couverture    
Pas de texte sur la quatrième de couverture.
 
    Critiques    
 
     La mort invisible est le 4ème roman de Richard Laymon dans cette collection. Ecrit dans la plus pure tradition du gore, il véhicule les ingrédients classiques qui font la notoriété de cette collection, à savoir du sang (charcutage au couteau, découpage à la hache), du sexe (description détaillée d'une orgie un peu spéciale où rien de ce qui s'y passe ne nous est épargné, scènes de viols multiples...) et puis la violence, sans quoi un gore ne serait pas un gore (matricide, meurtres aussi hémoglobinesques les uns que les autres). Bref, voilà un gore conventionnel qui ne brille que par l'introduction dans le corps du récit d'un tueur sadique, frustré depuis sa plus tendre enfance par un physique qui ne l'avantage pas et qui ne pense qu'à sauter sur l'occasion de s'envoyer en l'air avec toutes les nanas qui lui tombent sous les pattes. Je dis pattes au lieu de mains parce qu'un tel individu nourrit des instincts bestiaux tellement proches de ceux d'un animal en rut qu'il est difficile de savoir ce qu'il reste encore en lui d'humanité. Mais ce qui est plus tragique dans l'histoire, de quelque point que l'on se place, c'est que ce maniaque du sexe a trouvé le moyen de se rendre invisible, suite à une partouze érotico-satanique, et qu'en plus de cela, comme si un mal ne suffisait pas, il finit par devenir quasiment indestructible. Partant de là, on peut facilement imaginer que le lascar ne va pas se contenter de jouer les voyeurs congénitaux, mais qu'il va essayer de prendre son pied en passant directement aux actes, c'est-à-dire en assouvissant sa libido jusque la mise en veilleuse par des créatures de l'autre sexe. Inutile de fantasmer davantage, j'arrête là ce que j'ai à dire de ce livre.
     Bilan d'une heure de lecture, entrecoupée d'une pause liée aux imperfections de la condition humaine : un livre sans grande surprise, surtout que le titre trop suggestif en dévoile suffisamment sur son contenu, un peu calqué sur L'Homme Invisible de Wells pour l'idée de base, une lecture un peu pénible au début à cause du trop grand nombre de personnages qui entrent en scène en même temps, à tel point qu'on ne sait plus qui est qui.
     Un livre moyen en somme, mais non nul, juste moyen, mais moyen plus tout de même.

Frédéric KURZAWA
Première parution : 1/10/1988 dans Fiction 401
Mise en ligne le : 29/4/2007


 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 70447 livres, 80449 photos de couvertures, 65604 quatrièmes.
8455 critiques, 37653 intervenant·e·s, 1487 photographies, 3722 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2020. Tous droits réservés.