Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
99 chambres closes

Roland LACOURBE



ENCRAGE, coll. Travaux n° 10
Dépôt légal : octobre 1991
224 pages, catégorie / prix : nd
ISBN : 2-906389-30-7
Format : 16,5 x 23,5 cm  
Genre : Hors Genre 



    Quatrième de couverture    
Pas de texte sur la quatrième de couverture.
 
    Critiques    
     Si l'on considère les sphères des littératures policières et des littératures de l'imaginaire comme disjointes, on peut leur reconnaître au moins un point de tangence : l'histoire de crime impossible. Dans cette forme la plus subtilement raffinée du récit criminel, un forfait est commis en violation totale des lois de la nature ou de la logique : un meurtre est perpétré dans une pièce hermétiquement close, un cambriolage est effectué dans un lieu constamment sous surveillance, un enlèvement se déroule alors que nul n'a pu s'approcher de la victime ; toutes questions qu'un habile auteur des littératures de l'imaginaire se ferait fort d'élucider à grand renfort de téléportations, projections temporelles, dimensions parallèles ou autres extraterrestres polymorphes.

     Mais il ne s'agit pas pour les auteurs policiers de résoudre ces situations inexplicables au moyen de tels artifices, même si, pour créer l'ambiance et semer plus efficacement le doute, ils laissent volontiers planer sur leurs intrigues une ambiance surnaturelle ; en effet, la résolution des crimes impossibles fait au bout du compte toujours appel au plus inébranlable rationalisme, et les subterfuges faisant croire à l'incroyable sont d'autant plus efficaces que le lecteur se sera allègrement jeté sur toutes les fausses pistes que l'auteur a semées à son intention. Plus que tout autre type de roman policier, l'histoire de crime impossible peut donc se résumer à un jeu cérébral pervers entre auteur et lecteur, ce dernier tentant de percer le mystère spectaculaire qui le nargue, tandis que le premier tente, roman après roman, de renouveler la formule tout en restant fair-play, ce qui a tendance à devenir de plus en plus difficile. Ce qui explique sans doute que les courageux auteurs s'étant spécialisés dans les chambres closes se comptent sur les doigts d'une main, alors que le nombre de ceux s'étant essayés une fois ou deux à l'exercice se chiffre par dizaines.


     Alors que de tels ouvrages existent depuis longtemps dans les pays anglo-saxons (notamment grâce à des passionnés comme Robert Adey), aucune étude sérieuse sur les chambres closes n'avait encore été publiée en France. Ce fâcheux oubli, dans le pays où est paru le premier chef-d'œuvre du genre mondialement reconnu (Le Mystère de la chambre jaune de Gaston Leroux), n'a été réparé qu'en 1991 avec la parution aux éditions Encrage de cette impressionnante étude de Roland Lacourbe (par ailleurs responsable d'excellentes anthologies de nouvelles policières). Le sommaire se subdivise entre informations théoriques (historique et typologie du récit de chambre close) et références bibliographiques de plus d'une centaine de romans et nouvelles, des plus connus aux plus obscurs (certains étant même inédits en français), dont les intrigues sont sommairement résumées (les solutions, loué en soit l'auteur, étant compilées dans une partie placée bien à part, en toute fin d'ouvrage, que le lecteur soucieux de ne pas gâcher son plaisir prendra bien soin d'éviter comme la peste). Roland Lacourbe y distribue bons et mauvais points, explique pourquoi telle intrigue a marqué une innovation dans le genre, met en avant les textes injustement méconnus ou sous-estimés au bénéfice de romans que la postérité place parfois curieusement au-dessus du lot.

     C'est ainsi l'occasion pour le lecteur de faire un tour général du sujet, de découvrir les intrigues alléchantes d'auteurs célébrissimes (Christie, Irish, Ellery Queen) méconnus (Lanteaume, Talbot, Rawson) ou un peu passés de mode (Boileau et Narcejac en solo, Pronzini). Les amateurs de science-fiction croiseront même quelques noms qu'ils connaissent fort bien, tels que Fredric Brown (l'une des enquêtes de ses détectives Ed et Am Hunter appartient indiscutablement au genre — il y est même question de petits hommes verts !), Isaac Asimov (avec ses deux plus célèbres romans policiers « à robots », Les Cavernes d'acier et Face aux feux du soleil, que personnellement je trouve assez discutables du point de vue de l'intrigue criminelle), H.H. Holmes, qui n'est autre que le célèbre éditeur de F&SF Anthony Boucher (et dont le roman Nine times nine, toujours inédit en français, est considéré comme un pur chef-d'œuvre par les spécialistes anglo-saxons) ou encore John T. Sladek, qui signa dans les années 70 deux intéressantes variations sur le thème qui nous intéresse, où l'on retrouve sa tournure d'esprit bien particulière. Appartenant aussi indiscutablement au genre du crime impossible, le roman de fantasy de Randall Garrett Tous des magiciens !, très apprécié aux États-Unis, n'est que fort peu connu en France. Précisons enfin que l'auteur que l'on sacre traditionnellement comme le pape des chambres closes, John Dickson Carr / Carter Dickson, n'est volontairement pas traité dans cet ouvrage et fait l'objet d'une étude spécifique, par le même auteur et dans la même collection (Scribe du miracle, 1997).


     Les seules réserves que le lecteur de 2004 pourra émettre au sujet de cet ouvrage ne concernent finalement que sa relative obsolescence : en l'espace d'une grosse douzaine d'années, la bibliographie francophone a évolué de manière notable, souvent sous l'impulsion de Roland Lacourbe lui-même ; de grands classiques anglo-saxons ont connu dans l'intervalle leur première traduction française (citons au moins le roman d'Israël Zangwill, fondateur du genre, Le Grand mystère du Bow, ainsi que les pépites de Hake Talbot et Clayton Rawson parues chez Rivages ou au Masque), tandis que les textes français se sont eux aussi multipliés, avec les rééditions de romans indisponibles de longue date (comme ceux de Marcel Lanteaume) et la publication de livres plus récents (notamment signés Pierre Siniac, avant sa disparition passée scandaleusement inaperçue, et Paul Halter, qui n'avait pas encore tout à fait gagné ses galons de maître ès-crime impossible en 1991). Si une réédition de cet ouvrage était programmée, et ce serait souhaitable tant il paraît indispensable à tout amateur du genre, il pourrait être judicieux de le réactualiser (et d'en profiter pour corriger un peu plus attentivement les trop fréquentes fautes et coquilles qui l'émaillent).

     En attendant, on conseillera cette passionnante monographie (qui tient plutôt du vade-mecum) à tous les inconditionnels du roman policier à énigme. Les lecteurs y trouveront la promesse de nombreuses heures de plaisir (la bibliographie de 99 chambres closes les aiguillera efficacement lors de leurs recherches chez les bouquinistes). Quant aux auteurs, gageons qu'ils apprécieront les aspects plus théoriques d'un ouvrage qui leur évitera, par exemple, d'utiliser un stratagème déjà employé par un aîné !

Julien RAYMOND (lui écrire)
Première parution : 1/6/2004 nooSFere


 

 
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2017. Tous droits réservés.

NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.
Vie privée et cookies