Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Les Opéras de l'espace

Laurent GENEFORT

Première parution : Paris, France : Fleuve Noir, Grand Format SF, 1999
Cycle : L'Opéra de l'Espace (omnibus)


Illustration de Fred BLANCHARD

FLEUVE NOIR / FLEUVE Éditions (Paris, France), coll. Grand format - SF
Dépôt légal : novembre 1999
Roman, 364 pages
ISBN : 2-265-06845-4
Genre : Science-Fiction



Quatrième de couverture
     Axelkahn interprète les grands opéras d'une voix magique. Jamais ténor n'a autant subjugué la critique et le public. Mais le jour où les biopuces logées dans sa gorge se taisent, le dieu vivant n'est plus qu'un homme comme les autres. Rejeté de tous, ruiné, il n'a qu'un espoir de survie : retrouver le seul être pouvant ressusciter sa voix. Un mystérieux Yuweh, qui aurait disparu au coeur des Bulbes Griffith, gigantesque artefact spacial en forme de molécule géante dont chaque atome renfermerait un monde. Rares sont ceux qui osent s'y aventurer, mais Axelkahn n'a plus rien à perdre. Il rassemble la plus insolite des troupes de théatre, pour un périple à nul autre pareil. Mais quand la quête se mue en calvaire, même pour une voix d'or, n'est-ce pas cher payé ?



     Version revue et corrigée de La Compagnie des Fous et Les Voies du ciel parus en 1996 dans la collection Anticipation.
Critiques
     Un chanteur d'opéra qui parcourt l'espace à la recherche de la voix qu'il a perdue, une troupe de comédiens amateurs plus farfelus les uns que les autres, des Habitats Humains aux origines mystérieuses nommés Bulbes de Griffith et où les seuls moyens de transport sont des nacelles suspendues à des filins, et, au bout du chemin, l'espoir de rencontrer un Yuweh, l'un de ces êtres énigmatiques qui se chargent de terraformer de nouvelles planètes. Un voyage de plus dans l'univers complexe et vaste que Laurent Genefort — défenseur acharné du space opera — s'est attaché à peindre de roman en roman depuis plusieurs années.
     Même si on aurait pu se passer d'un ou deux personnages qui freinent parfois l'élan du roman sans vraiment le servir, la narration — qui repose sur une structure de quête et de voyage — est d'une fluidité indéniable. Moins pesant et torturé que certaines autres de ses compositions, L'Opéra de l'espace est aéré, ouvert, et se termine sur une note d'optimisme à laquelle Genefort ne nous a pas toujours habitués, grâces lui soient rendues  ! On s'attache assez vite à Axelkhan, ce chanteur capricieux dont la soudaine infortune va rectifier le caractère  : devenu pauvre et rejeté par les siens, il va devoir réapprendre à se faire aimer et à mériter ce qu'il obtient. Petit à petit, on le voit se transformer au contact de son nouvel entourage (la troupe de théâtre) mais aussi de son nouvel environnement (les Bulbes de Griffith). Encore une fois, Genefort insiste sur cette idée que c'est par l'intégration à son milieu que l'homme peut progresser. Enfin, le rythme du roman est soutenu par des mésaventures de plus en plus prenantes, obstacles incessants qu'Axelkhan et sa Compagnie des fous devront surmonter pour arriver à bon port.
     Après treize romans dans la collection « Anticipation », Genefort parvient encore à respecter son pari  : au moins une nouvelle idée par page ! Si parfois cette rigueur alourdit et ralentit le récit, elle confère néanmoins à l'univers de l'auteur une richesse assez époustouflante, pleine de trouvailles.
     Double intérêt donc, dans ce roman  : une bonne lecture d'évasion, courte et rapide pour les uns, et pour les autres — ceux qui connaissent déjà l'univers de Genefort — l'occasion de découvrir enfin le vrai visage de ces fameux Yuweh, l'un des éléments clef qui permettront peut-être un jour d'élucider le mystère des romans de Genefort  : celui des Portes de Vangk.

Henri LOEVENBRUCK (site web)
Première parution : 1/12/1996 dans Galaxies 3
Mise en ligne le : 1/12/2001


     Réédition, réécriture, voilà qui semble être à la mode ces derniers temps en francophonie. Les auteurs de SF réécrivent et rééditent à foison. Quelle qu'en soit la raison, avouons que le plaisir du lecteur est évidemment au rendez-vous...
     Avec Les opéras de l'espace, Laurent Genefort nous offre une réédition de choix. Aventures, folies, rebondissements, angoisses et inventivité ont la part belle dans ce récit théâtral et fou. Le plus grand chanteur d'opéra de l'univers perd sa voix... Du jour au lendemain, sa vie est fichue. Les êtres étranges qui lui ont permis d'avoir un organe aussi inoubliable ont disparu. Désespéré, le chanteur part en pèlerinage, puis en tournée avec une troupe bizarre. Constituée de laissés-pour-compte et autres marginaux, la Compagnie des fous va révolutionner le monde, à la recherche d'une voix perdue...
     Roman dingue, drôle, désespéré, Les opéras de l'espace sont aussi en quelque sorte un hommage à Jack Vance et à ses romans d'aventures débridés...

Sara DOKE
dans Phenix 54
Mise en ligne le : 1/1/2004

Critiques des autres éditions ou de la série
Critique de la série par Jean-Félix LYON
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 73595 livres, 81298 photos de couvertures, 69079 quatrièmes.
8520 critiques, 39633 intervenant·e·s, 1516 photographies, 3734 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres et ne publions pas de textes.
Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2021. Tous droits réservés.