Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
K

Daniel EASTERMAN

Titre original : K, 1997
Traduction de Alexis CHAMPON

BELFOND , coll. Nuits noires
Dépôt légal : décembre 1998
Première édition
Roman, 408 pages, catégorie / prix : 129 FF
ISBN : 2-7144-3607-2
Genre : Imaginaire



Quatrième de couverture
     Et si, en 1940, les États-Unis s'étaient alliés à l'Allemagne nazie... Mélant vérité historique et fiction avec une audace époustouflante, Daniel Easterman nous transporte dans un monde de cauchemar, donnant corps à nos craintes les plus atroces.
     Roosevelt a perdu les élections de 1932, remportées par Lindbergh, le héros de l'aviation, avec le soutien du Ku Klux Klan et de l'Alliance Aryenne. Un régime de terreur s'est peu à peu mis en place aux États-Unis. La répression s'abat sur les Noirs, les juifs, les communistes et la poignée de résistant qui refusent de courber l'échine ; les camps de concentration pullulent. Tandis que la guerre fait rage en Europe, certains, dans l'entourage du président, rêvent déjà d'une entente avec l'Allemagne Nazie. Une perspective dramatique pour l'Angleterre en lutte, qui dépêche sur le territoire américain un de ses agents, John Ridgeforth, chargé d'une vraie mission suicide : s'introduire à la Maison Blanche et frapper le régime au coeur.

     « Daniel Easterman se fait fort de montrer que le thriller est un moyen de combattre tous les extrémismes. »
Marianne

     « Construits comme des mécanismes d'horlogerie, écrits d'une plume rapide et percutante, truffés d'action [...], impeccablement documentés, les scénarios catastrophe de ce maître de l'apocalypse ont conquis le monde entier. »
Le Monde

     Né à Belfast en 1949, enseignant à l'université de Newcastle, Daniel Easterman a publié huit romans dont cinq ont paru en français chez Belfond : Le Septième Sanctuaire (1993), Le Nom de la bête (1994), Le Testament de Judas (1995), La Nuit de l'Apocalypse (1996) et Le Jugement Final (1998)
Critiques des autres éditions ou de la série
Edition POCKET, Thriller ()

Dès les premières pages, Daniel Easterman nous plonge dans l'horreur d'un camp de concentration, en 1940. Ce n'est qu'un peu plus tard que nous comprendrons que ce camp se situe aux Etats-Unis, dans une effrayante Amérique dirigée par le Ku-Klux-Klan, porté au pouvoir en 1932 par l'élection de Charles Lindbergh à la présidence.
     L'uchronie sert ici de décor à un thriller haletant et remarquablement ficelé. Cette fiction est d'autant plus terrifiante que l'auteur, en présentant des situations impressionnantes de réalisme, parvient sans peine à nous convaincre que l'Histoire aurait aisément pu suivre ce chemin alternatif.
     L'intrigue, basée sur l'espionnage et la résistance durant la seconde guerre mondiale, est classique, obéissant aux règles du genre. Si son déroulement n'a pas d'originalité majeure, le rythme en est parfait, et ce roman de pur suspense fonctionne à merveille, grâce à des personnages attachants, à de nombreuses péripéties, à une angoisse permanente…
     K se dévore donc à toute allure, comme tout thriller pleinement réussi.

Pascal PATOZ (lui écrire)
nooSFere


Edition POCKET, Thriller (2000)

     L'auteur cogne fort, et au plexus. Ses États-Unis de 1940, sous la coupe du Klan et d'une « Alliance aryenne », avec lynchages et camps de concentration, font froid dans le dos. Et on suit les aventures haletantes d'un agent anglais mis en situation de pénétrer à la Maison-Blanche pour tuer le président Lindbergh et compromettre l'entente avec l'Allemagne nazie. Fort bien. L'amateur de thrillers sera comblé. Côté uchronie pure, on peut être plus réservé. Le cauchemar historique est un peu en trompe-l'œil, la façon dont la dictature des rednecks (les beaufs) s'est imposée, même petit à petit, reste floue, tant par exemple les exclus explicites sont nombreux — Irlandais, l'auteur n'oublie pas d'ajouter aux juifs et aux Noirs les catholiques, effectivement haïs par le KKK. Attaché aux ficelles du suspense, à la production de l'angoisse, et aux relations personnelles entre son héros et son contact très haut placé à Washington, il s'intéresse sans doute plus à l'histoire qu'à l'Histoire, comme le suggèrent ses listes parallèles de camps de part et d'autre de l'Atlantique, destinées à prouver qu'il y en a plus encore dans « son » Amérique, mais qui, pour s'en tenir à la France, incluent Gurs ou Les Milles en oubliant Drancy, Noé, Le Vernet d'Ariège, Pithiviers, Beaune la Rolande, Royallieu et autres noms tous sinistres, même si c'est à des titres divers — on pourrait allonger la liste, et y ajouter hélas bien d'autres lieux en Europe centrale. Est-ce ratiociner que de le noter  ? Sans doute pas, même si la narration est efficace, et le roman captivant.

Éric VIAL (lui écrire)
Première parution : 1/6/2000
dans Galaxies 17
Mise en ligne le : 1/11/2001

Cité dans les pages thématiques suivantes
Uchronie

retour en haut de page

Dans la nooSFere : 74749 livres, 83816 photos de couvertures, 70429 quatrièmes.
8538 critiques, 40603 intervenant·e·s, 1575 photographies, 3739 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres et ne publions pas de textes.
Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2021. Tous droits réservés.