Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Frère termite

Patricia ANTHONY

Titre original : Brother Termite, 1993
Première parution : Harcourt Brace, 1993
Traduction de Maryvonne SSOSSÉ
Illustration de Wojtek SIUDMAK

POCKET (Paris, France), coll. Science-Fiction / Fantasy n° 5657
Dépôt légal : juin 1999
Première édition
Roman, 288 pages, catégorie / prix : 5
ISBN : 2-266-07620-5
Genre : Science-Fiction



Quatrième de couverture
     Pour organiser l'extermination en douceur de l'epèce humaine, quelle meilleure base choisir que la Maison Blanche ? C'est ce qu'ont parfaitement compris les extraterrestres qui s'y sont installés à l'insu de la population dès le début des années cinquante.
     Mais, pour le conseiller spécial Reen, ce qui devait être une mission de tout repos tourne au cauchemar. Les humains sont vraiment impossibles ! Il ne supporte plus les émeutes à Washington, ni les graffitis sur les murs, ni la blouse aux couleurs criardes de la secrétaire. Et encore moins le Président qui se passionne pour le spiritisme et passe son temps à commander des pizzas. Sans parler de tous ces conflits dans le monde qui risquent de mettre en péril une stratégie extraterrestre mûrement réfléchie.
     Pire : à trop fréquenter les humains, ne serait-il pas en train de devenir un petit peu comme eux ?

     Auteur d'une demi-douzaine de romans, brillante, ironique, inclassable, Anthony est l'une des révélations de la fin des années quatre-vingt-dix. Quelque part entre « X-Files » et « Docteur Folamour », « Frère Termite » est un ovni dont les droits d'adaptation cinématographique viennent d'être achetés par James Cameron.
Critiques
     Partie des mythes modernes qui, des petits gris à l’affaire de Roswell, font le succès des scénarios parano du style de X-Files ou Dark Skies, Patricia Anthony raconte l’infiltration de la Maison-Blanche par des extraterrestres. Depuis Eisenhower, ils commandent en sous-main les présidents des États-Unis, contrôlent les humains par des implants et à l’aide d’Affectueux assistants, zombies capables de sonder les esprits ou de transmettre n’importe quel ordre. Un récit de plus où suspense et spectacle sont de mise ? Non. Le fait que le président passe son temps à commander des pizzas et se passionne pour le spiritisme, au point de nommer comme dauphin un charlatan habité par l’esprit de J. F. Kennedy, fait pencher le livre vers la grosse farce façon Brown, Sheckley ou encore Men in Black. Ailleurs, un humour pince-sans-rire rôde entre les pages. Le traitement de Patricia Anthony est pourtant à des années-lumière de ces deux styles de récits typiques des histoires d’envahisseurs.
     Il s’agit d’un roman beaucoup plus fin ; son ambiguïté fait sa richesse. La psychologie et le mode de vie extraterrestres sont fouillés, présentés sans manichéisme. Vieille de 120 000 ans, cette race sur le déclin, génétiquement incapable de se reproduire, tente de puiser dans l’ADN humain de quoi régénérer le sien. À force de côtoyer les humains, le conseiller Reen et bien d’autres adoptent leurs manières et se sentent partagés entre la fidélité à leur race et leur amour des humains. Mais ils ont aussi été pervertis à leur contact.
     Car on découvre graduellement que ce peuple qui bannit toute violence physique, rebuté par nos goûts et nos modes de pensées, est lui aussi capable de duplicité. S’il noue des liens avec le colonisé, il cache le fait que l’humanité sera éliminée en douceur, par une stérilisation progressive. Par ailleurs, complots et rivalités minent les deux camps ; les intérêts individuels se superposant à ceux de l’espèce ne peuvent que provoquer, au final, une tragédie.
     Les hésitations et les doutes de Reen, accusé d’être trop proche des Terriens, sont partagés par le lecteur qui découvre qu’il n’est pas si facile de haïr ces aliens sympathiques par bien des côtés et que les sentiments positifs n’empêchent pas le double jeu.
     Alors que les rapports entre espèces intelligentes étaient jusqu’à présent prétexte à une observation ethnologique (et sur une planète lointaine, pas lors d’une invasion réussie de la Terre), Patricia Anthony met l’accent sur les relations individuelles, bien plus complexes et ambiguës que celles décrites dans les premiers contacts. Intelligence avec l’ennemi ? Le choc de deux cultures est atténué dès lors que celles-ci sont amenées à composer entre elles. Le rapport de force constant qui forme l’intrigue de base ne saurait évacuer les sentiments d’estime, de respect, voire d’amour, entre humains et aliens. Duplicité et dualité tissent la trame de ce roman qui disserte agréablement sur la difficulté qu’il y a parfois à faire des choix.

Claude ECKEN (lui écrire)
Première parution : 1/9/1999 dans Galaxies 14
Mise en ligne le : 15/12/2000


     Depuis la présidence d'Eisenhower, des extra-terrestres aux moeurs d'insectes se sont installés à la Maison Blanche et dans les allées du pouvoir américain. Nous sommes au 21e siècle, une sorte de gouvernement mondial est en place (greffé sur le pouvoir américain) ; et les Cousins, comme ils se nomment eux-mêmes, occupent ouvertement des postes-clé dans la hiérarchie. A commencer par Reen, protagoniste du livre, et sorte de proconsul extra-terrestre sur notre planète.
     Il est l'inamovible chef d'état-major du Président Jeff Womack, lui-même installé à son poste depuis cinquante et un ans par la grâce d'un amendement constitutionnel dû au même Reen. Pendant que les Cousins préparent en secret l'extinction de la race humaine, les chefs respectifs de la CIA et du FBI se livrent une lutte féroce pour conquérir la confiance de Reen, tout en complotant chacun derrière son dos.
     Les humains de base manifestent, eux, une haine beaucoup plus franche envers les extra-terrestres...

     Pauvre Reen, finalement. Il est douloureusement surpris par toutes les trahisons qu'il découvre. D'autant plus douloureusement qu'il aime ces humains qu'il doit éliminer en douceur, et qu'il aime passionnément Marian Cole, directrice de la CIA et mère de son enfant.
     Obtenue par recombinaison génétique, Angela est encore une petite fille, mais, avec une poignée d'autres, elle préfigure une race hybride, destinée à prendre la place à la fois des humains et des Cousins, rongés par un mal génétique inexorable.

     Patricia Anthony adopte un style narratif très dépouillé, concis, factuel, fait de phrases courtes. Qui me rappelle Rebecca Ore. Et comme elle, elle met en scène des extra-terrestres qui s'intègrent dans un jeu social avec les humains ; ses Cousins me font penser à des patrons japonais venus s'adapter avec plus ou moins de bonheur aux employés américains des entreprises qu'ils auraient rachetées. Il faut préciser que l'humanité, dans le vécu du livre, se confond avec les USA, au point que les humains sont à un moment décrits comme des gens qui conduisent des Volvo, ou des pick ups Chevy, une distinction socio-culturelle qui appartient entièrement aux Etats-Unis des années 1980. L'étonnant, la marque du talent, c'est l'intensité de l'émotion tragique qu'elle arrive à susciter malgré la concision chirurgicale de sa narration.

     Ce livre, en dépit d'affirmations téméraires de sa 4e de couverture, n'a rien à voir avec les « X-Files » (aucune paranoïa n'est nécessaire, on sait exactement ce que veulent les extra-terrestres, puisque le récit est de leur point de vue), et n'a en commun avec Docteur Folamour que se dérouler à la Maison Blanche. La traduction est parsemée d'anglicisme qui m'ont fait grincer les dents. Que ces péchés véniels de l'éditeur ne vous empêchent pas de découvrir un livre original et bien mené.

Pascal J. THOMAS (lui écrire)
Première parution : 1/9/1999 dans Bifrost 15
Mise en ligne le : 12/1/2001


     A lire le résumé de ce curieux ouvrage, nous pourrions croire qu'il s'agit d'une parodie de ces invasions extraterrestres qui prennent d'assaut les écrans, grands et petits, et qui stimulent notre paranoïa (ils sont parmi nous !). Bien au contraire, ce roman est tout à fait sérieux, voire même grave, et l'humour pince-sans-rire y demeure très discret et teinté d'amertume.

     Les extraterrestres installés à la Maison Blanche le sont au vu et au su de l'humanité. Loin d'une invasion, la cohabitation se passe en douceur, dans un respect et une estime mutuels, à peine atténués par la lente campagne d'extermination de la race humaine que mènent en secret les Cousins.
     L'histoire politique en a été bouleversée et le président des Etats-Unis, Womack, bénéficie d'un mandat illimité... qu'il abandonnera au profit de JFK, reprenant les rênes par l'intermédiaire d'un médium. Il s'agit donc bien d'une uchronie puisque, même si les dates sont peu précises, notre présent s'est évidemment trouvé modifié par l'arrivée des Cousins.

     Le ton est à la fois décalé et original. Reen l'extra-terrestre est le personnage central du roman, et Patricia Anthony fait de sa trajectoire un drame assez poignant : plongé dans des événements qui le dépassent, Reen doit faire face aux relations complexes qu'il entretient avec ses frères mais aussi avec les terriens qu'il aime parfois trop, au point d'avoir conçu une fille avec l'une d'elles, Marian... Il doit aussi se justifier à ses propres yeux comme aux yeux d'autrui.
     L'atmosphère est d'autant plus étrange qu'il y a beaucoup d'imprécisions et que l'on ne visualise pas bien ces créatures, somme toute pas si différentes de nous, si l'on excepte quelques comportements particuliers qui nous sont étrangers. On s'identifie ainsi au personnage, sympathique, tout en prenant conscience de son étrangeté.

     Assurément différent, "Frère Termite" est un livre intéressant qui aborde un thème classique sous un angle peu ordinaire, tout en offrant une vision assez satirique et pessimiste de l'Amérique actuelle. Une indéfinissable sensation de malaise s'en dégage, peut-être liée à la construction assez lâche du récit, mais l'auteur mérite assurément d'être découvert.

Pascal PATOZ (lui écrire)
Première parution : 15/7/1999 nooSFere

Cité dans les pages thématiques suivantes
Invasions

retour en haut de page

Dans la nooSFere : 73639 livres, 80884 photos de couvertures, 69142 quatrièmes.
8521 critiques, 39689 intervenant·e·s, 1517 photographies, 3734 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres et ne publions pas de textes.
Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2021. Tous droits réservés.