Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Arel d'Adamante

Doris LE MAY & Jean-Louis LE MAY

Première parution : Paris : Fleuve Noir, Anticipation, 1968

Illustration de Gaston de SAINTE-CROIX

FLEUVE NOIR / FLEUVE Éditions (Paris, France), coll. Anticipation n° 368
Dépôt légal : 4ème trimestre 1968
Première édition
Roman, 256 pages, catégorie / prix : nd
ISBN : néant
Genre : Science-Fiction



Quatrième de couverture
     Une tâche claire comme une aile de goéland
     Posée sur le clapot qui scintille.
     Une tâche claire qui fuit, poussée
     Par le vent de terre vers les nuages
     Inconnus, prisonniers de la ligne imprécise
     Où devraient se joindre les deux éléments :
     L'aérien et le liquide.

     L'enfant-homme est seul et seul il porte
     L'espoir entier des survivants, sans qu'ils en aient
     Conscience, eux comme lui.

     Contre ce qui l'attend et qu'il ignore,
     Pour vaincre la résistance d'une planète,
     Il n'a qu'une seule arme : sa jeunesse.
     Un seul soutien : son amour pour les
     Entités qui bercèrent son enfance :
     La nef,
     La mer,
     Et très loin dans le temps, le naute et
     L'océane venus des étoiles.
Critiques

     Les mutations se poursuivent au Fleuve Noir et se révèlent toujours plus bénéfiques. Ainsi des Le May. Ils nous avaient habitués a du policier-espionnage galactique avec des enquêtes bien troussées, mais qui, souvent, auraient pu, sans dommage, se situer sur Terre et à notre époque. Et voici, qu’alors que nous déplorons la disparition du space-opera classique, ils nous offrent cet Arel digne d’entrer dans la grande lignée.

     Rien ne manque. Nous avons droit à l’astronef naufragé sur une planète déserte, à la survie des passagers qui recréent une société et leur univers. Puis, par suite de la raréfaction des naissances féminines le ressort se brise, la décadence apparaît, la légende remplace la science et le matriarcat la société démocratique des premiers âges.

     Finalement la grande prêtresse a un sursaut. S’abandonner au destin est par trop stupide, que l’on entreprenne sérieusement cette exploration de la planète qui ne fut jamais entreprise. Et le héros découvrira une autre race humanoïde et ramènera des compagnes pour les jeunes habitants.

     Déjà cette rafraîchissante naïveté du récit nous ramène à l’époque ancienne. Et si l’on pourrait souhaiter une intrigue plus complexe et plus animée nous ne sommes pas déçus, car cet univers est peint, décrit de façon poétique, que ce soit dans la peinture de cette île quasi minérale toujours envahie par les prismes et les macles des cristaux géants, de la ville dépeuplée, ou du monde des ondins.

Jacques VAN HERP
Première parution : 1/4/1969 dans Fiction 184
Mise en ligne le : 27/10/2022

retour en haut de page

Dans la nooSFere : 78608 livres, 90580 photos de couvertures, 74573 quatrièmes.
8864 critiques, 42715 intervenant·e·s, 1658 photographies, 3770 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres et ne publions pas de textes.
Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2022. Tous droits réservés.