Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Le Futur est en marche arrière

Pierre CHRISTIN


Illustration de Jean-Claude MÉZIÈRES

ENCRE , coll. L'Utopie tout de suite - H.C. n° 1
Dépôt légal : 1er trimestre 1979
Première édition
Recueil de nouvelles, 246 pages, catégorie / prix : nd
ISBN : néant
Format : 15,5 x 24,0 cm
Genre : Science-Fiction


Quatrième de couverture
     Et si un Cocorul découvrait que notre vieille planète n'est plus qu'un angoissant jardin où l'on réapprend à vivre aux hommes qui l'ont occupée il y a très longtemps ?
     Et si un ambassadeur terrien blanchi sous le harnais se mettait à douter de la cause passablement indéfendable qu'il est chargé de négocier face à des êtres venus d'on ne sait où ?
     Et si un journaliste sans illusions depuis bien longtemps recevait des nouvelles filtrant d'un passé que tout le monde à intérêt à oublier sauf lui ?
     Et si un débile moyennement léger héritait d'un empire industriel dans un monde en décomposition ?
     Et si un metteur-en-scène formidablement intelligent disposait quelques heures par semaine de l'appareil audio-visuel dont il essayerait de faire l'anti-opium du peuple, hum, hum ?
     Et si une bonne partie du territoire français était transformée en parc d'amusement où s'affrontent les possesseurs de grosses cylindrées et les petits mecs fanas de bagnole ?

     Dans ces textes partant d'un futur très lointain (l'est-il vraiment ?) pour en arriver par emboîtements successifs à un avenir tout proche (faut-il l'envisager ?), Pierre Christin a construit une sorte d'épopée à rebours extrêmement significative des grands bouleversements de la science-fiction contemporaine.

     PIERRE CHRISTIN
     Scénariste très connu de bande dessinée (VALERIAN, LEGENDES D'AUJOURD'HUI), ayant travaillé avec les plus grands graphistes actuels, Pierre Christin a demandé à ses amis de devenir pour un temps illustrateurs. Renouant avec une tradition où l'écriture et le dessin apparaissaient comme réellement intimes, ceux-ci ont laissé fonctionner leur lecture imaginaire en donnant à ce livre une très rare dimension visuelle. Au fil des histoires : JACQUES TARDI, ENKI BILAL, JEAN-CLAUDE MEZIERES, JEAN VERN, ANNIE GOETZINGER, PATRICK LESUEUR.
Sommaire
Afficher les différentes éditions des textes
1 - Visite au jardin de réacclimatation, pages 10 à 32, nouvelle, illustré par Jacques TARDI
2 - La Négociation, pages 33 à 68, nouvelle, illustré par Enki BILAL
3 - Pas de nouvelles, bonnes nouvelles, pages 69 à 104, nouvelle, illustré par Jean-Claude MÉZIÈRES
4 - Le Sourire de l'accumulateur insensé aux archéologues à venir, pages 105 à 130, nouvelle, illustré par Jean VERN
5 - Les 200 familles (feuilleton vespéral, fragment sabbatique), pages 131 à 175, nouvelle, illustré par Annie GOETZINGER
6 - Parmi les pièges suaves des chemins du néant..., pages 177 à 244, nouvelle, illustré par Patrick LESUEUR
Critiques
 
     PIERRE CHRISTIN EN MARCHE AVANT

     Des trains protégés sillonnent l'immense zoo, accueillant des foules de touristes venus de différents points de l'espace. Parfois, le train s'arrête, et les touristes jettent aux « animaux » des armes terrifiantes qui sont utilisées aussitôt pour de violents combats. Les pensionnaires du zoo sont des hommes. Les derniers. Et cela s'intitule : Visite au jardin d'acclimatation. L'ambassadeur d'un empire terrien colonialiste est chargé de négocier une paix durable avec des extra-terrestres diablement plus puissants qu'on ne l'avait imaginé à priori. Mais il ne suffit pas de palabres autour d'une table, et de pauvres sentiments humains, pour être un bon ambassadeur. Il faut également de la rouerie, l'imbécilité efficace. Et si ces « qualités » font défaut... Cela s'appelle : La négociation. Jadis, le Cosmic Express était un des plus grands journaux télévisés de l'univers connu. Maintenant, c'est fini. Jeth est resté au poste, il est vieux, et il donne les résultats des courses... Jusqu'au jour où les anciens vidéos crépitent, où des images venues du fond des temps s'inscrivent sur les écrans. Ces images sont la preuve indiscutable que certaines élites en place se sont comportées de façon particulièrement monstrueuse, il y a bien longtemps, dans la colonisation d'une planète paisible. Le vieux Jeth tient un fameux scoop. Et le voilà reparti en croisade, pour un fougueux baroud d'honneur. C'est : Pas de nouvelles, bonnes nouvelles. Il se trouve qu'à la mort de l'homme le plus puissant de la terre, son fils unique et débile hérite. Benjy, le malheureux, se retrouve à la tête de l'énorme compagnie commerciale Benson Industries Ltd. Et le système aveugle, jusqu'au bout ; poussera son expansion. Jusqu'à plus soif, jusqu'à plus rien. Cette fringale de la méduse a pour titre : Le sourire de l'accumulateur insensé aux archéologues à venir. Que sont devenus les nantis, après la révolution sociale, et sous la coupe d'un pouvoir nouveau ? Comment raconte-t-on leur histoire, à la télé, et en direct ? Voici : Les 200 familles (feuilleton vespéral, fragment sabbatique). Tu sais, avant, ils étaient fous de voitures. Grisés par la vitesse et la conduite en liberté. Avant, oui. Mais maintenant, il ne reste que le parc, et les courses organisées (par qui ?) à travers ce monde cauchemardesque. Il reste : Parmi les pièges suaves des chemins du néant.
     Six nouvelles réunies dans ce gros livre. Six chefs-d'œuvre, je le dis comme je le pense, que Pierre Christin nous donne. On parle bien mal de ce que l'on aime. Personnellement, j'aime énormément ce que fait Christin, qui sait écrire avec son cœur et ses tripes, avec sa tête aussi, qui sait être tous les personnages qu'il met en scène, qui nous emporte avec une rare efficacité à l'intérieur de ses histoires. Déjà, à la lecture des Prédateurs Enjolivés (Laffont) le choc avait été sérieux. C'en est un autre, ici. Une fois de plus.
     Ne parlez plus de SF si vous n'avez pas lu ce que propose l'écrivain Pierre Christin. C'est aussi simple que cela.
     Et vous, réalisateurs de cinéma, ne dites plus que la SF est un genre « difficile » à adapter, si vous n'avez pas lu au moins les deux dernières nouvelles de ce recueil splendide. On ne vous le pardonnerait pas.
     Merci beaucoup, Pierre.

Pierre PELOT (site web)
Première parution : 1/5/1979 dans Fiction 301
Mise en ligne le : 10/1/2010

retour en haut de page

Dans la nooSFere : 72598 livres, 86397 photos de couvertures, 67924 quatrièmes.
8502 critiques, 39091 intervenant·e·s, 1501 photographies, 3731 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2021. Tous droits réservés.