Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
L'Ogresse

Michel PAGEL


Cycle : La Comédie inhumaine  vol. 6 


Illustration de Arnaud CREMET

J'AI LU (Paris, France), coll. Fantastique (2000 - 2007) n° 6895
Dépôt légal : février 2004, Achevé d'imprimer : 17 février 2004
Roman, 416 pages, catégorie / prix : M
ISBN : 2-290-32979-7
Format : 11,0 x 17,8 cm  
Genre : Fantastique



    Quatrième de couverture    
   Fraussac, petite ville sans histoire dans le Tarn. Isabelle vient d'être engagée pour s'occuper de Claude, un adolescent de treize ans qui n'a pas émis le moindre son depuis sa petite enfance et vit reclus dans son univers intérieur. Peu après l'arrivée de la jeune enseignante, la région est le théâtre de plusieurs événements insolites : un trio de Hell's Angels s'installe dans les environs, et une adolescente surgie de nulle part s'intègre progressivement à la communauté. Lorsque des disparitions d'enfants commencent à défrayer la chronique, Isabelle découvre un effrayant parallèle entre les faits relatés dans les journaux et les contes de fées servant de lecture a son élève...
 
Michel Pagel
 Né en 1961, ce conteur hors pair aime à mélanger les genres pour façonner son propre univers. Il considère le cycle de La comédie inhumaine comme la pierre de faîte de son œuvre, y convoquant les grands mythes du fantastique pour les revisiter et tisser ainsi la trame d'une grande saga moderne de l'effroi. Voici le quatrième tome de l'édition intégrale de cette fresque aux couleurs de la chair et du sang.

    Prix obtenus    
Bob Morane, roman français, 2001

    Cité dans les Conseils de lecture / Bibliothèque idéale des oeuvres suivantes :    
 
Patrick Marcel : Atlas des brumes et des ombres (liste parue en 2002)  pour la série : La Comédie inhumaine

 
    Critiques des autres éditions ou de la série    

 
Edition NATURELLEMENT, Forces obscures (2001)


     La Comédie inhumaine est un gigantesque écheveau de destinées humaines frappées au coin du fantastique. Echeveau que Michel Pagel dénoue peu à peu, tout en tissant des romans ou nouvelles horrifiques et vénéneux, où même la plus insignifiante des réalités cache des dessous atroces.
     La Comédie Inhumaine s'enrichit ici d'un nouveau tome, sous le titre prometteur de L'ogresse  ; celui-ci se déroule en milieu rural, comme une bonne partie du cycle. C'est à Fraussac que vivent les protagonistes de ce roman, comme Béatrice Bossis, dont deux des sœurs ont déjà connu des morts horribles dans de précédents opus. Mais ici l'action s'articule davantage autour d'une grande demeure où le jeune Claude, un adolescent muet, s'apprête à accueillir sa nouvelle préceptrice. En effet, son comportement asocial l'a privé jusque là de toute relation suivie avec ses éducateurs. Et ce ne sont pas l'incompréhension de sa mère, Dominique, ni l'indifférence méprisante de son beau-père, Henri, qui arrangeront les choses. Aussi la tâche d'Isabelle, venue s'occuper de Claude, ne s'annonce-t-elle pas de tout repos. Surtout après qu'elle a oublié de fermer la porte de sa salle de bains, permettant involontairement à Claude de se rincer l'œil, lui qui jusqu'alors avait été élevé dans une grande pruderie par sa mère et la gouvernante.
     C'est alors qu'apparaît Claude, une fille du même âge que Claude, qui peut se matérialiser où elle le souhaite, aguiche tous les hommes qu'elle croise et demande à des motards, les Ogress' Hunters, de lui ramener des jeunes enfants qu'elle tue. Et puis, au-delà des habitants de la grande demeure, il y a aussi Béatrice Bossis, venue se reposer à Fraussac car elle est enceinte. Elle est accompagnée par son mari, Alain, un motard qui est accueilli comme un frère par les Ogress' Hunters. Et encore Luc, un peintre qui vient de se séparer d'avec sa femme car il ne la satisfaisait plus sexuellement.
     L'origine de Claude (la jeune fille) et l'explication de ses actes seront révélées petit à petit tout au long de l'enquête d'Isabelle. Car, là où d'autres ont échoué, la jeune femme parviendra à entamer le dialogue avec le jeune garçon.
     L'intrigue progresse efficacement au fil du roman, sur le principe de courtes scènes réparties entre les différents personnages. L'horreur va croissant, à mesure que les crimes commis sont de plus en plus atroces et inévitables. Et comme Michel Pagel prend le temps de brosser des portraits de personnages convaincants, sans forcer le trait, on se prend à craindre pour eux. C'est du reste la principale qualité de ce roman, et au-delà, de l'ensemble de la comédie inhumaine : l'épaisseur et la justesse des personnages. L'autre qualité du roman, c'est sa construction : les indices qui permettent de comprendre l'apparition de Claude sont donnés tout au long du livre, et l'intrigue se développe implacablement pour culminer dans un climax rituel de ce type de romans fantastiques. Malgré ses 470 pages, ce livre se lit sans décrocher, comme le dit Daniel Conrad dans une préface bienvenue.
     Et l'on se prend à guetter avec impatience le prochain opus de la Comédie inhumaine, ou tout simplement le prochain livre de Michel Pagel, l'un des deux ou trois meilleurs écrivains de ces dix dernières années dans le genre qui nous intéresse.

Bruno PARA (lui écrire)
Première parution : 5/5/2001
nooSFere




 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 67644 livres, 69820 photos de couvertures, 62587 quatrièmes.
8101 critiques, 36051 intervenant·e·s, 1468 photographies, 3698 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2020. Tous droits réservés.