Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Les Portes

ANTHOLOGIE

Textes réunis par Antoine LENCOU


Illustration de Didier FLORENTZ

OXYMORE , coll. Emblèmes n° 14
Dépôt légal : février 2005
Première édition
Anthologie, 160 pages, catégorie / prix : 10,80 €
ISBN : 2-913939-45-7
Genre : Fantastique



Quatrième de couverture
     Banale, une porte ? Peut-être, quoique...
     Ne vous êtes-vous jamais demandé ce que pouvait cacher cette porte ancienne, là, au détour de la rue ? N'avez-vous jamais espéré ou redouté voir s'ouvrir cette autre, ici ? Et là encore, sans le savoir, par mégarde ou par inattention, n'avez-vous pas franchi un passage, une barrière ?
     Car la porte marque une frontière, garder un lieu, préserve de quelque chose ou de quelqu'un, empêche aussi, permet parfois...

     Ont osé franchir le pas :

     Jay Caselberg :
     Vous le savez bien, certaines portes possèdent des gardiens et des passeurs.
     Tristan Lhomme :
     S'il est parfois permis de se tromper de chemin, il valait mieux éviter celui-là.
     Marcel Schwob :
     Sous les coups d'un mendiant, une porte ordinairement fermée laisse dévoiler ses mystères...
     Charles de Lint :
     Quand la découverte d'une étrange pièce fait se poser des questions et raconter des histoires.
     Olivier Gechter :
     Il vous aura prévenu. Méfiez-vous des portes, même de celles que vous connaissez.
     Pierre Bordage :
     Lorsque certains passages vous entraînent vers d'autres temps.
     Jérôme Noirez :
     Les portes possèdent plusieurs rôles. Permettre d'entrer ou de sortir, d'enfermer, d'empêcher. Parfois de punir.
     Denis Labbé :
     Les portes ont de la mémoire et peuvent vous le prouver à vos dépens.
     Amélith Deslandes :
     Quand les portes se comptent par centaines, doit-on craindre de franchir la dernière ?
     Karim Berrouka :
     Certaines portes ont des choses à raconter, beaucoup de choses même...
     Et pour guide, Antoine Lencou vous ouvrira certains passages qui jalonnent l'histoire et les croyances des hommes, et vous laissera quelques clefs pour découvrir les vôtres.
     Une exploration illustrée par Didier Florentz.
Sommaire
Afficher les différentes éditions des textes
1 - Antoine LENCOU, Par le trou de la serrure…, pages 7 à 9, introduction
2 - Antoine LENCOU, Les Maîtres de Cérémonie, pages 12 à 12, dictionnaire d'auteurs
3 - Jay CASELBERG, Finir en lumière (End in Light, 2004) , pages 15 à 30, nouvelle, trad. SIRE CÉDRIC
4 - Tristan LHOMME, Brève de comptoir, pages 31 à 39, nouvelle
5 - Marcel SCHWOB, Les Portes de l'opium, pages 40 à 45, nouvelle
6 - Charles DE LINT, Foyers du Cœur (Heartfires, 1994) , pages 46 à 61, nouvelle, trad. SIRE CÉDRIC
7 - Olivier GECHTER, Cinquième étage, Porte gauche, pages 62 à 69, nouvelle
8 - Pierre BORDAGE, Aux portes des Saintes, pages 70 à 80, nouvelle
9 - Jérôme NOIREZ, Pour qui grincent les gonds, pages 81 à 94, nouvelle
10 - Denis LABBÉ, Un meurtre de corbeaux, pages 95 à 106, nouvelle
11 - Amelith DESLANDES, Chemin de croix, pages 107 à 112, nouvelle
12 - Karim BERROUKA, Entretien avec une porte, pages 113 à 130, nouvelle
13 - Antoine LENCOU, Ouvrons la porte, pages 133 à 145, article
14 - Antoine LENCOU, Trouver les clefs…, pages 146 à 154, bibliographie
Critiques
     Pour ce quatorzième Emblèmes, Antoine Lencou nous invite à explorer le thème des Portes. « Quoi de plus banal qu'une porte ? » demande-t-il, et en effet, on peut se poser la question. Et pourtant, les auteurs des dix nouvelles présentées ici ont des réponses peu ordinaires. Leurs textes, accompagnés d'illustrations hautement symboliques signées Didier Florentz, présentent une grande variété d'ouvertures, de sas, de seuils ou de passages.

     La porte est parfois considérée comme un être à part entière. C'est le cas avec Jérôme Noirez, dont la nouvelle, Pour qui grincent les Gonds, se situe dans l'univers de son roman tout juste paru : Féerie pour les ténèbres. Il voit dans la porte un instrument de torture — réminiscence de doigts pincés ? — et nous concocte ici un texte noir et... grinçant ! De son côté, dans Entretien avec une porte, Karim Berrouka donne la parole à l'objet, lui permettant de révéler bien des secrets, ceux qui se cachent derrière elle.

     Le plus souvent, cependant, la porte est un passage vers un ailleurs mystérieux, le protagoniste pouvant alors être celui qui la passe, ou bien son gardien, le détenteur des clefs. Marcel Schwob, l'« ancêtre » de cette anthologie, donne avec Les portes de l'opium un parfait exemple du bizarre sur lequel peut ouvrir une porte. Mais si la porte invite au voyage, le retour est-il toujours possible ? C'est la question que pose Olivier Gechter, dans un texte particulièrement drôle : Cinquième étage, porte gauche. L'humour de cette nouvelle est à rapprocher de celui de Brève de comptoir, de Tristan Lhomme. Lui aussi joue dans un registre absurde et tendre à la fois. On n'est d'ailleurs pas étonné de trouver des textes de ce style dans une anthologie réunie par Antoine Lencou, un auteur dont on a pu apprécier le sens de l'humour décalé, dans l'Emblèmes consacré au thème de la Route par Jess Kaan et Greg Silhol.

     Contrairement à l'habitude, on trouve peu de nouvelles anglo-saxonnes dans cet opus : deux textes seulement qui, fait notable, ne sont pas états-uniens. En effet, Jay Caselberg, l'auteur de Finir en lumière — un texte émouvant où la porte est l'occasion pour un homme de remettre sa vie en question — , est Australien et vit à Londres, tandis que Charles de Lint, un canadien anglophone qu'on ne présente plus, nous offre avec Foyers du cœur une fantasy inspirée des mythes amérindiens. Cette nouvelle un peu longue est sans doute la moins convaincante du recueil, peut-être parce que la porte y est moins présente.

     En revanche, Antoine Lencou a ouvert son anthologie à des auteurs jamais publiés chez l'Oxymore et il est particulièrement intéressant d'y voir se côtoyer Pierre Bordage, avec Aux Portes des Saintes, une passionnante course-poursuite à travers le temps, et Amélith Deslandes, jeune auteur que cette publication professionnelle fait tout juste émerger du fanzinat. Son Chemin de croix est une plongée à travers un fantastique terrifiant qui rappelle les pages les plus angoissantes de Kafka. Le précédant, Un meurtre de corbeaux, de Denis Labbé, est plus classique mais tout aussi efficace. Le récent acheteur d'une maison à retaper doit décaper la porte d'entrée : celle-ci se laissera-t-elle faire ? Un texte à faire froid dans le dos, qu'à peine fini on a envie de reprendre du début.

     Pour conclure cette excellente anthologie, Antoine Lencou étudie de façon approfondie le symbolisme de la Porte à travers les âges et propose une bibliographie qui, si elle n'est pas exhaustive — ce serait impossible — n'en est pas moins très complète et devrait donner aux lecteurs l'envie de pousser d'autres portes, pour explorer d'autres ailleurs...

Lucie CHENU
Première parution : 21/3/2005 nooSFere

retour en haut de page

Dans la nooSFere : 74392 livres, 82964 photos de couvertures, 70031 quatrièmes.
8532 critiques, 40343 intervenant·e·s, 1569 photographies, 3737 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres et ne publions pas de textes.
Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2021. Tous droits réservés.