Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
La Saga de Hrolf Kraki

Poul ANDERSON

Titre original : Hrolf Kraki's Saga, 1973
Première parution : Ballantine, 1973

Cycle : Hrolf Kraki (la saga de) (omnibus)

Traduction de Pierre-Paul DURASTANTI
Illustration de Jean-Sébastien ROSSBACH

GALLIMARD (Paris, France), coll. Folio SF n° 238
Dépôt légal : janvier 2006, Achevé d'imprimer : 10 janvier 2006
Roman, 400 pages, catégorie / prix : F12
ISBN : 2-07-030648-8
Format : 11,0 x 18,0 cm  
Genre : Fantasy



    Quatrième de couverture    
     Il est l'héritier des ténèbres. Son père est mort dans un odieux complot. Son grand-père a péri de la main même de son propre frère...
     Il est le fils du pouvoir. Dans ses veines coule le sang des Skjoldung, souverains d'un Danemark impitoyable et sauvage.
     Il est Hrolf Kraki, le plus grand prince danois du Haut Moyen Âge, né d'un amour incestueux, en guerre pour accéder au trône. Voici le récit d'une époque où régnait la magie des runes, où les êtres surnaturels marchaient aux côtés des hommes, où l'Histoire s'appelait Destinée et avait pour couleur celle du sang versé.
 
     Poul Anderson (1926-2001) est considéré aux États-Unis comme l'une des figures centrales de l'âge d'or de la science-fiction et de la fantasy. Surtout connu en France pour le cycle de La patrouille du temps, il a reçu sept fois le prix Hugo et trois fois le prix Nebula.

    Prix obtenus    
British Fantasy, august Derleth Award, 1974
 
    Critiques    

            La Saga de Hrolf Kraki est une saga nordique dont les traces remontent jusqu’au XIVe siècle. Elle évoque l’histoire familiale des Skjoldung, amenés à régner sur le Danemark. À peu près contemporaine d’autres sagas, comme celle de Beowulf ou le Nibelungen-lied, elle est nettement moins connue que celles-ci. C’est clairement ce qui a motivé Poul Anderson pour nous en proposer une relecture moderne. L’auteur s’en ouvre dans une préface très intéressante, permettant de mieux cerner son projet. Son but est ainsi de fournir une reconstitution la plus fidèle possible de la vie à cette époque, à savoir le VIe siècle, sans céder à la tentation de faire des Skjoldung des personnages romantiques : on est à une période de l’histoire âpre, ceci doit transparaître dans le récit d’Anderson.

            Saga nordique oblige, on n’est pas dans le canon de fantasy du roman d’apprentissage, où l’on suit le développement d’un personnage promis à une grande destinée. On suit plutôt une saga familiale, au cours de laquelle les différentes générations se succèdent, jusqu’à ce qu’on aboutisse à Hrolf Kraki, rejeton sans doute le plus connu des Skjoldung. Certains personnages disparaissent brutalement de l’histoire, non qu’ils soient morts, mais simplement ils n’interviennent plus dans le récit et sont donc évacués sine die. La forme permet ainsi une vision englobante de l’évolution, non seulement de la famille des Skjoldung, mais aussi du Danemark, au gré des guerres, des alliances et mésalliances qui rythment ces pages. C’est toute l’histoire d’une époque, celle du Haut Moyen Âge, qui est évoquée ici, à travers le prisme de sa plus emblématique descendance. Nul besoin toutefois d’avoir des connaissances historiques pour apprécier pleinement ce livre : La Saga de Hrolf Kraki, c’est avant tout un formidable roman d’aventures, guère avare de morceaux de bravoure et de trahisons, conté avec une force d’évocation rare. On y croisera ainsi de nombreux personnages inoubliables, comme les deux frères Hroar et Helgi (le monarque bienveillant et celui qui connaîtra la pire des trahisons, d’où naîtra d’ailleurs Hrolf Kraki), Shipdag, jeune homme sans formation qui parvient à se défaire de douze berserkers, ou encore Björn, changé en ours-garou. Finalement, Hrolf Kraki, qui apparaît tardivement dans le livre, est relativement éclipsé par les hauts faits de ses aïeuls et de ses compagnons. Comme il l’a annoncé dans la préface, Anderson ne prend pas de gants : ses personnages ne se battent pas pour la gloriole, mais bien par nécessité, parce que les codes de la société sont ainsi faits que c’est le plus fort qui l’emporte (et, pour mieux servir son propos, l’auteur se contente d’une description factuelle des événements, sans glorification outrancière). Ils n’ont pas d’état d’âme à se débarrasser de leurs adversaires par la violence, même s’ils méprisent les trahisons, comme celle qui coûtera la vie à Helgi, sans aucun doute le personnage le plus tragique de ce roman, avec sa femme Yrsa.

            Au final, ce roman, qui obtint en son temps le British Fantasy Award, est une très belle réussite, qui utilise un matériau splendide, peu connu, et sait le bonifier pour la plus grande joie des lecteurs. Fresque épique peuplée de personnages plus grands que la vie, La Saga de Hrolf Kraki est un sommet dans l’œuvre de Poul Anderson.


Bruno PARA (lui écrire)
Première parution : 1/7/2014 dans Bifrost 75
Mise en ligne le : 5/4/2020

 
    Critiques des autres éditions ou de la série    

 
Edition BÉLIAL', (2004)


     L'avant-propos de Poul Anderson apprendra à qui l'ignore que Hrolf, roi légendaire du Danemark au VIème siècle, « devint au Nord ce que fut Arthur à la Grande-Bretagne et Charlemagne à la France ». Les récits héroïques qui le concernent n'ont cependant pas eu le succès d'autres sagas — notamment celle de son contemporain Beowulf, que nous croiserons d'ailleurs dans cet ouvrage — car ils n'ont pas eu la chance de « se présenter sous la forme d'un récit nerveux en prose ».
     Anderson s'est donc donné l'objectif ambitieux de combler ce manque et de retranscrire cette saga typiquement nordique en un roman capable de « concilier le plaisir de lecture et la fidélité aux modèles originaux ». Pour le plaisir, il prend quelques libertés en confiant la narration à une femme scandinave du Xème siècle, afin d'adoucir le style habituellement laconique des sagas, d'y ajouter plus de sensibilité voire quelques anachronismes et surtout d'y introduire l'élément surnaturel dont les mythes se parent au cours des siècles. Côté fidélité, il a pris soin de respecter la violence et la sauvagerie de ces âges sombres où les notions de bien et de mal ressemblent peu à celles qui sous-tendent Le Seigneur des anneaux « œuvre d'un auteur civilisé, chrétien ».
     La Saga de Hrolf Kraki ne doit en effet rien à Tolkien, pas plus qu'à Howard. Hrolf est un simple roi, puissant certes, mais sans rien du surhomme quasi invincible qu'est Conan. Sa place dans la saga est d'ailleurs assez mineure : il ne naît qu'à la page 102 et même ensuite, les exploits de ses compagnons ou d'autres protagonistes surpassent souvent les siens — tout comme Lancelot ou Perceval volent souvent la vedette à Arthur.
     Le premier tiers du roman dévoile ainsi son ascendance tumultueuse, s'attardant notamment sur la tragique destinée de son père Helgi, qui a épousé à son insu sa propre fille, Yrsa. Ensuite se succèdent de multiples histoires qui confèrent à l'ensemble un « caractère nécessairement tentaculaire » : celle de Björn le norvégien, changé en ours-garou par sa belle-mère ; celle de ses fils, l'un homme-élan, l'autre aux pieds de chien, le troisième promis à devenir la « lame » de Hrolf ; celle du craintif Hott, devenu le valeureux Hjalti après avoir mangé le cœur d'un troll ailé ; celle de Svipdag qui perdit un œil en combattant douze berserkers ; celle de Skuld, la demi-sœur de Hrolf, née d'une elfe ; etc. On apprendra en chemin que Hrolf tient son surnom d'une silhouette qui rappelle celle du « kraki », un tronc d'arbre auquel on a coupé les branches pour en faire une sorte d'échelle.
     A l'exception peut-être de la violence, qui n'apparaît plus si terrible en 2004 alors que l'auteur s'interroge sur les capacités de son lecteur à la supporter — la version originale date de 1973 — , cette saga est amplement à la hauteur des ambitions affichées par Anderson dans sa présentation. Il nous propose bien un mémorable « récit nerveux », une fresque monumentale de seulement quelque trois cents pages, composée de récits si divers et si mouvementés qu'ils ne laissent aucune place à l'ennui. Dans une traduction révisée de Pierre-Paul Durastanti et agrémentée d'une couverture et de trois illustrations intérieures signées par Guillaume Sorel, cette œuvre, d'ailleurs distinguée par le British Fantasy Award, peut aisément prétendre au statut de « classique ».

Pascal PATOZ (lui écrire)
Première parution : 1/6/2004
nooSFere


 

Edition BÉLIAL', (2004)


     Poul Anderson s'approprie les « Dits » constituant la saga de Hrolf Kraki, cinq chants mis en forme au XIe siècle. L'équivalent de la transcription akkadienne faite par Silverberg pour Gilgamesh, roi d'Ourouk (l'Atalante), ou du fascinant Grendel de John Gardner (Denoël) contant les exploits de Beowulf vu par le monstre. Beowulf qui n'hésite pas à donner un coup de main aux Skjoldung, lignage tourmenté dont est issu Hrolf Kraki. Car la famille régnante du Danemark n'a pas attendu Hamlet pour donner dans la chicane familiale. Ici, point de col en dentelles, mais des palais de planches à l'atmosphère saturée de fumée, de relents d'hydromel et de corps mal lavés. Sexe et batailles rythment la saga, deux moteurs du destin qui détermineront l'existence de Hrolf, et sa fin. D'entrée, la maison Skjoldung est frappée par le drame : Frodi tue son frère Halfdan, épouse sa veuve et s'approprie la couronne du Danemark. Hroar et Helgi, fils du monarque défunt, fuient avant d'obtenir vengeance. Hroar dirige le pays en souverain avisé tandis que Helgi, roi de guerre, s'attire la malédiction des entrailles. D'une Elfe, il a une fille, Skuld, qui conspirera à perdre le royaume. Du viol de la reine Olof naît également une héritière, Yrsa, dont il fera son épouse. Hrolf est donc un fils incestueux, mais à la santé de chêne qui lui vaudra le surnom de Kraki, ou « tronc ». Il s'entoure de champions issus d'un homme-ours, combat les bersekers et parvient à unifier le pays. Mais il lui reste à délivrer sa mère Yrsa, contrainte d'épouser Adils de Suède, le roi sorcier. Hrolf et ses douze braves iront au combat, dans l'assurance de vaincre mais aussi de mourir car ils ont bafoué Odin...

     On l'aura compris, voici un roman qui sent sous les bras. Une pure jouissance de lecture, rendue disponible au lectorat français par une traduction remarquable qui parvient à préserver le rythme des chants, mais aussi la modernité du style d'Anderson. Nul doute que l'éditeur offrira à Pierre-Paul Durastanti deux pucelles nattées qui fourrageront dans sa barbe. Enfin, notons que Poul Anderson avait déjà mis en scène le roi Helgi dans « L'Homme qui était arrivé trop tôt » (Histoires de voyages dans le temps, Livre de Poche), nouvelle qui voyait un soldat contemporain projeté au VIe siècle et défaillir à l'odeur de pieds vikings. Quand je vous dis que ce n'est pas de la littérature pour buveurs de verveine, parole de Loki !

Xavier MAUMÉJEAN
Première parution : 1/10/2004
dans Bifrost 36
Mise en ligne le : 20/11/2005




 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 70964 livres, 81406 photos de couvertures, 66160 quatrièmes.
8471 critiques, 38117 intervenant·e·s, 1488 photographies, 3725 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2020. Tous droits réservés.