Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
L'Esprit du renne

Olivier MAY




A LA CARTE (Éditions) , coll. Romans et nouvelles
Dépôt légal : octobre 2003
294 pages, catégorie / prix : SFr. 36
ISBN : 2-88464-458-X   
Genre : Science-Fiction



    Quatrième de couverture    
     Une étrange maladie affecte le monde des Tsaatan, éleveurs de l'Altaï mongol : leurs rennes dépérissent et meurent. Convaincue que le mal vient de l'eau, Djargal, la jeune bergère, entraîne ses frères jusqu'aux sources du torrent. Ils y découvrent des signes gravés sur la porte d'une vieille mine. De retour au campement, la jeune fille se précipite sous la tente de Baïra, la chamane des Tsaatan. Celle-ci lui annonce que le mal provient de l'autre monde, cet ailleurs inaccessible qui s'étend derrière la barrière transparente isolant le territoire tsaatan depuis des générations et empêchant tout contact avec l'extérieur. Baïra propose à Djargal, qui lui succédera, de voyager à sa place en esprit vers l'autre monde. Guidée par l'esprit du renne, leur créateur, elle contactera un esprit bienveillant qui les aidera à conjurer le mal.

     Pendant ce temps, dans une Genève du futur, l'esprit de Kardigal achève son transfert. Copié de sa précédente enveloppe corporelle avec tout le contenu de son cerveau, il est transféré par downloading dans le corps plus jeune de son propre clone. Cependant, durant son transfert, son esprit est contacté par Djargal. Et à son réveil, Kardigal, troublé par les images inédites du drame que vit le monde tsaatan, sent une force irrésistible l'attirer vers l'Altaï.

 
    Critiques    
     En ce 24ème siècle, l'humanité a atteint son objectif ultime : surpasser l'ennemi suprême, la mort. Elle a gagné le combat pour la vie. Cela n'a pas tenu à grand-chose. Les fragiles équilibres qui régissent l'évolution d'une espèce ont été rompus. Le comportement même de cette race, qui se croyait surpuissante et maîtresse de son destin, l'a presque menée à sa perte. Mais, confrontée à sa propre extinction, elle a su trouver la solution en s'appuyant une fois de plus sur la science : pour éviter sa disparition, il lui suffit de ne plus mourir.
     Libéré de toute contrainte éthique, un scientifique développe la solution miracle esquissée à l'aube du 21ème siècle. Tout d'abord, il généralise le clonage puis invente le transfert de la substance psychique d'un clone à l'autre. Un Age de cristal où la disparition d'un être à son quarantième anniversaire signifie non pas, mais renaissance dans un corps de vingt ans plus jeune sans discontinuité temporelle.
     Pourtant, dans leur grande sagesse, les puissants de ce monde ont décidé de conserver les souches originelles dans leur environnement basique, renvoyant ainsi des peuplades entières, en cours de développement, à des modes de vie ancestraux. Des barrières capables de filtrer selon l'ADN et des satellites suffisamment puissants pour surveiller les évolutions ont été élaborés. La « clonehumanité » fière de ses quelques milliers de représentants contrôle et maîtrise tout. Il n'y a plus grand-chose à espérer de mieux dans ce monde parfait.
     Pourtant, lors d'un transfert — cérémonie au cours de laquelle la mémoire est transplantée d'un corps à son double arrivé à maturité — un contact s'établit entre les deux cotés de la barrière. Il est à l'initiative de de Djargal, jeune chamane en devenir d'une de ces tribus parquées, qui touche le clonehumain Kardigal. La tribu de Djargal est en danger de mort. L'eau est contaminée par un poison qui vient d'avant la barrière, d'avant la « clonehumanité ». Le doute s'installe alors dans l'esprit de Kardigal, au point de l'entraîner dans une longue quête à la rencontre de l'esprit du Renne.

     Avec ce deuxième roman — et troisième livre publié — Olivier May poursuit l'exploration des thèmes qui lui sont chers. Après avoir dénoncé les corporatismes et autres formes de communautarismes, puis les pouvoirs médiatiques détournés au profit de quelques individus, le voilà qui s'attaque à cette volonté chimérique d'atteindre la perfection de l'humanité éternelle.

     Est-ce une fin en soi ? L'adage dit « qui n'avance pas recule ». Ne pourrait-on pas l'extrapoler à « qui ne varie pas s'étiole » ? Telle est la question qu'aborde Olivier May dans cet ouvrage plein d'inquiétude, débordant d'une humanité tout à la fois naïve et tellement d'actualité !
     L'intérêt de ce texte réside dans les idées qu'il développe de manière quasi pédagogique : il incite à se poser un certain nombre de questions, et pourrait constituer une bonne base de débat contradictoire au sein d'une classe, par exemple.

     Je ne pense pas qu'Olivier May cherche ici à atteindre l'excellence littéraire, mais plutôt à communiquer sous une forme romanesque, des idées qui lui tiennent à cœur, loin de toute polémique politique ou intérêt personnel. À ce titre, L'esprit du Renne me semble être une anticipation probable de notre fonctionnement sociétal. Ni plus, ni moins.

     Sans nul doute, certains n'y verront qu'un texte militant, d'autres un roman assez classique, d'autres enfin un fatras de science et d'idéologie fumeuse. Comme le disait un certain agent Fox Mulder «  la vérité est ailleurs. ».

Fabrice FAUCONNIER (lui écrire)
Première parution : 9/5/2006 nooSFere
Mise en ligne le : 9/5/2006


 
retour en haut de page
Dans la nooSFere : 65787 livres, 65290 photos de couvertures, 60556 quatrièmes.
8089 critiques, 36070 intervenant·e·s, 1453 photographies, 3688 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2019. Tous droits réservés.