Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Les Armes de Garamont

Pierre GRIMBERT

Cycle : La Malerune  vol. 1 


Illustration de Guillaume SOREL

POINTS (Paris, France), coll. Fantasy n° P1439
Dépôt légal : mars 2006, Achevé d'imprimer : février 2006
Réédition
Roman, 384 pages, catégorie / prix : 6,50 €
ISBN : 2-02-085706-5
Format : 10,8 x 17,8 cm
Genre : Fantasy


Autres éditions

Sous le titre Les Armes des Garamont   FRANCE LOISIRS, 2009
   LIVRE DE POCHE, 2010, 2011
   in La Malerune, 2012
Sous le titre Les Armes des Garamont
   MNÉMOS, 1998, 2003

Quatrième de couverture
     La stabilité du monde repose sur deux runes magiques : La Malerune et la Belle Arcane. Mais un jour, les pouvoirs destructeurs de la Malerune sont déclenchés. Unique espoir pour rétablir l'équilibre : retrouver la Belle Arcane. Et le temps presse.
     Parmi des dizaines de chevaliers qui se sont déjà mis en quête, seul Eras de Garamont, parti il y a trois ans, semble toucher au but. Envoyés au château de Garamont, Zétide le vieux mage et Hogo le monstrueux lycante font la connaissance de la fille d'Eras. La quête doit se poursuivre : le sort du Troisième Monde est en jeu.
 
     « Ce roman confirme le talent de Grimbert et participe pleinement à la construction d'une école française de fantasy de qualité. »
Alain Névant, SF Magazine
 
     Après le formidable succès de Secret de Ji, best-seller incontestable de la fantasy francophone, Pierre Grimbert nous entraîne dans une nouvelle et passionnante saga de fantasy épique.
Critiques des autres éditions ou de la série
Edition MNÉMOS, Légendaire (1999)

     Le Troisième Monde est constitué de deux parties plus ou moins imbriquées, deux faces d'une même pièce : l'Ældo où vivent les Humains et les peuples alliés (les gentils), et le Maûne, univers de brumes et de ténèbres où résident des horreurs sans nom (les méchants, eh oui !), La magie des runes permet, entre autre, d'ouvrir des portes directes entre ces deux univers mitoyens. Parmi les symboles runiques, il en est deux particulièrement puissants et sensés s'annuler l'un et l'autre, véritables piliers du Troisième Monde et garants de son équilibre, la Malerune et l'Arcane. Ces symboles furent dissimulés par les dieux à l'aube des temps. Mal, n'importe où et n'importe comment, évidemment. En effet, dans les brumes du Maûne la Malerune a été découverte, et lue qui plus est ! Résultat l'équilibre s'en trouve rompu et le Maûne menace de détruite l'Ældo, des créatures ignobles se baladent partout, bouffent tout le monde. C'est le bordel, quoi. Naturellement la résistance s'organise en un but crucial, découvrir l'Arcane afin d'annuler les effets anarchiques de la Malerune. Que la quête commence !

     Pierre Grimbert est un jeune auteur publié chez un jeune éditeur (les éditions Mnémos qui, si elles ne produisent pas toujours que du bon, font néanmoins preuve d'un réel esprit d'ouverture et de découverte en ayant, en une quarantaine de titres, constitué une « écurie » de jeunes talents parmi lesquels certains sont particulièrement à suivre — Colin, Kloetzer et surtout Calvo). Son premier roman, Le secret de Ji en quatre volumes, fut fort remarqué par la critique et connu un réel succès populaire que vinrent couronner deux prix, le Verlanger et le Ozone. Aussi son nouveau cycle, La Malerune, dont Les Armes des Garamont constitue le premier tome (sur un total de six !), était-il particulièrement attendu. Une attente qui, affirmons-le d'emblée, apparaît après lecture bien peu justifiée. Espoirs déçus ? Sans aucun doute. Et ce qui est le plus frustrant, c'est qu'on a la nette impression qu'il eût fallu peu de chose pour faire des Armes des Garamont un bon bouquin de fantasy épique. Simplement une once de temps, peut-être...

     Grimbert a un certain style, ça ne fait pas de doute, comme il sait à l'occasion mener son récit et, de fait son lecteur, vers une tension passablement stimulante. Seulement Les Armes des Garamont est bien trop long (toute la première partie est suffisamment autonome pour être une novella et ce qu'elle apporte au reste du roman peut se résumer en dix pages plutôt qu'en cent trente), faiblement original, manque considérablement de rythme et fait régulièrement montre d'une écriture inachevée, immature. Jusqu'à la manie particulièrement irritante de l'auteur de s'évertuer à conclure ses chapitres par une accroche narrative ridicule... Dommage, car avec du retravail, ce roman aurait été tout à fait acceptable. Alors à qui la faute ? À l'auteur ou à l'éditeur ? Sans doute un peu des deux... Reste à souhaiter que la leçon portera ses fruits dès le second tome, qui pourrait bien être disponible au moment ou vous lisez ces lignes. Sinon...

ORG
Première parution : 1/2/1999
dans Bifrost 12
Mise en ligne le : 1/11/2003

retour en haut de page

Dans la nooSFere : 73631 livres, 80857 photos de couvertures, 69130 quatrièmes.
8521 critiques, 39659 intervenant·e·s, 1517 photographies, 3734 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres et ne publions pas de textes.
Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2021. Tous droits réservés.