Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Réfractaires

Jess KAAN

Première parution : Caëstre, France : Eons, Futurs, avril 2007

Illustration de Sébastien BERMÈS

EONS (Caëstre, France), coll. Futurs n° 68
Date de parution : 5 avril 2007
Dépôt légal : avril 2007
Première édition
Roman, 140 pages, catégorie / prix : 9,40 €
ISBN : 978-2-7544-0334-4
Format : 13,0 x 19,5 cm
Genre : Science-Fiction

Existe aussi sous forme de livre électronique, avec deux ISBN selon le format : 978-2-7544-0303-0 pour Adobe et 978-2-7544-0304-7 pour Mobipocket.



Quatrième de couverture
     Né à Dunkerque en 1974, amateur de fantastique, de SF et de Fantasy, Jess Kaan commence à écrire ses premiers textes vers 1997 et publie ses premières nouvelles chez des éditeurs professionnels dès 2000.
     Jess Kaan combine les genres, brouille les pistes et écrit avec en arrière-plan l'idée de ne pas se déconnecter de la réalité. Son recueil Dérobade est un très bon aperçu des différentes facettes de l'auteur.
     En 2003, Jess obtient le prix Merlin pour son texte d'humour L'Affaire des Elfes Vérolées. Réfractaires est son premier roman... et au vu de ses projets, certainement pas le dernier !
 
     Ils sont les Réfractaires. Ceux qui ont conservé leur âme après l'invasion. Ceux qui ont désormais l'impression de vivre au purgatoire.
     Jérémy Pelletier est de ceux là. Marié, père d'une petite fille, il a tout perdu avec l'invasion des Stybiax. Et pourtant, sa communauté l'a choisi comme shérif, un lien entre les derniers humains et l'envahisseur. Un semblant d'autorité dans un monde en proie au doute et au chaos...
     Le jour où les Stybiax viennent le chercher pour enquêter sur un double meurtre, Jérémy se retrouve confronté à un dilemme. Doit-il collaborer, assumer ce dégoût de lui-même qui l'étouffe peu à peu ou reprendre sa liberté, quitte à sacrifier ce qui lui tient le plus à cœur ?
 
 
Markus Leicht : Terrain de chasse
Depuis leur arrivée, de jour comme de nuit, ils nous traquent pour nous parquer dans une de leurs lointaines réserves galactiques. À moins que ce ne soit un zoo.
Critiques
     Les Stybiax ont envahi la Terre. Leurs essences immatérielles ont pris possession des enveloppes charnelles de l'humanité. Pourtant, quelques individus se sont montrés réfractaires à cette prise de possession et demeurent maître d'eux-mêmes...
     Mais que faire ? A quoi sert de tuer son voisin « possédé » ? Les humains meurent, mais les Stybiax qu'ils enferment se contentent de changer d'enveloppe. Aucune résistance n'est possible, comme l'a compris Jérémy Pelletier, cet instituteur devenu par la force des choses le « shérif » des réfractaires de la région de Dunkerque. Du fait de cette résignation, certains voient en lui un « collabo », y compris les Stybiax eux-mêmes. Ceux-ci vont d'ailleurs lui confier une enquête : pour la première fois, deux Stybiax sont « morts », dans le musée des Beaux Arts de Dunkerque... Qui a pu commettre ce crime, et de quelle manière ?

     Sur une thématique classique — celle de l'invasion extra-terrestre façon « Marionnettes humaines » 1 — , Jess Kaan a écrit une variation habile qui lui permet d'illustrer quelques réflexion sur la pensée unique, cette « visqueuse doctrine qui, insensiblement, enveloppe tout raisonnement rebelle, l'inhibe, le trouble, le paralyse et finit par l'étouffer » (Ignacio Ramonet, cité p.7), sur la résistance ou la collaboration... Le récit se transforme même en véritable fable dont la morale expose le rôle subversif de l'Art, le rôle de rempart à l'oppression que peut jouer la Culture : « Oui, les termes avaient une consistance ; ils étaient l'Art, la Culture, cette frontière séparant l'Homme de la Bête. » (p.83) Une morale finalement pas si éloignée de celle de Fahrenheit 451 2.

     Dynamique, le récit prend la forme d'une enquête policière qui nous permet de découvrir le monde sous l'emprise des Stybiax ainsi que certains foyers de résistance, condamnés à l'impuissance.
     De manière moins heureuse, Jess Kaan fait appel au « miracle » pour que son shérif puisse résoudre l'énigme. Jérémy a une révélation de nature quasi mystique au cours du cinquième chapitre, durant laquelle il ressent une « communion des sens mis au diapason de la Beauté » (p.83). Il perçoit ainsi la véritable nature du crime, son mobile, ainsi que la façon de découvrir le coupable... J'avoue que cette irruption du surnaturel au sein d'un roman SF et policier (deux genres basés sur la logique rationnelle) m'a paru ôter une grande part de son intérêt à l'enquête policière.
     Malgré cet élément — à mes yeux le principal défaut de ce court roman — Réfractaires demeure d'une lecture agréable, relativement classique dans ses thèmes, mais vivant, bien écrit et porteur d'idées intéressantes.

     En bonus, le texte de Markus Leicht, Terrain de chasse, nous offre une autre invasion extraterrestre, dans une nouvelle « à chute » sympathique sans être inoubliable.


Notes :

1. Robert A. Heinlein
2. Ray Bradbury

Pascal PATOZ (lui écrire)
Première parution : 19/6/2007 nooSFere

retour en haut de page

Dans la nooSFere : 79164 livres, 91969 photos de couvertures, 75157 quatrièmes.
9026 critiques, 43033 intervenant·e·s, 1660 photographies, 3777 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres et ne publions pas de textes.
Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2023. Tous droits réservés.