Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Les Chrysalides

John WYNDHAM

Titre original : Re-Birth / The Chrysalides, 1955
Première parution : Michael Joseph, 1955
Traduction de C. et L. MEISTERMANN
Traduction révisée par Minos HUBERT
Illustration de Éric SCALA

TERRE DE BRUME (Dinan, France), coll. Poussière d'Etoiles n° (16)
Dépôt légal : septembre 2006, Achevé d'imprimer : septembre 2006
Roman, 192 pages, catégorie / prix : 17 €
ISBN : 2-84362-308-1
Format : 14,0 x 23,9 cm
Genre : Science-Fiction


Autres éditions

Sous le titre Les Transformés   FLEUVE NOIR / FLEUVE Éditions, 1958
   in Les Chrysalides / Chocky, OPTA, 1976

Quatrième de couverture
     Dans un lointain futur, bien après un conflit nucléaire qui a détruit la civilisation et, rendu une grande partie des terres inhabitables, l'humanité semble se réduire à une population rurale à la stricte morale religieuse. Le danger et la peur des mutations sont partout présents. Toute déviation à la « norme » est considérée comme une abomination démoniaque et est impitoyablement chassée, ou détruite.
     Membre de la communauté de Waknut, David Strorm est un petit garçon dont le père, fanatique religieux, vit les commandements contre les mutants avec plus de zèle que la plupart de ses contemporains. Télépathe caché en contact avec plusieurs jeunes gens de son âge, David sait que sa survie dépend de l'ignorance de son père sur sa nature réelle.
     Mais un jour, la mère de David met au monde une petite fille, Petra, dont l'extraordinaire puissance des pouvoirs ne tardera pas à mettre en danger la vie de David et des autres télépathes...
 
     Les Chrysalides est l'un des romans les plus poignants, sur la « différence » et donc l'intolérance. John Wyndham, à qui l'on doit Le Jour des Triffides dans la même collection, montre ici son talent dans la description des relations entre les protagonistes, englués de certitude et de fausses vérités. Un texte majeur...
Critiques
     Daté de 1951, ce roman décrit une civilisation agraire renaissante combattant les malformations génétiques consécutives à un conflit nucléaire. Une fillette affligée de six doigts de pied est contrainte à l'exil. Pour avoir tu sa « déviation », son ami, David, est sévèrement puni par son père, fanatique religieux des plus intransigeants. Celui-ci ignore pourtant que son fils est porteur d'une abomination bien pire, puisqu'il échange ses pensées avec d'autres enfants. Pire : sa petite sœur manifeste dès la petite enfance des capacités télépathiques nettement plus élevées. Mais son jeune âge met en danger la survie du groupe entier.

     On pense évidemment aux Mutants de Kuttner ou aux Slans de Van Vogt en lisant ce roman, mais Les Chrysalides a un charme que n'ont pas ceux écrits à la même période. Ce qui frappe au premier abord est la morale religieuse qui sévit dans cette société, compliquée d'interdits inhérents aux malformations. Une fois de plus, l'auteur des Coucous de Midwich et des Triffides montre les réflexes de peur et de rejet qui caractérisent l'apparition de la différence. Le message de tolérance et le refus de l'obscurantisme que manifeste ici John Wyndham sont les principales qualités de ce roman fort sympathique.

Claude ECKEN (lui écrire)
Première parution : 1/5/2007 dans Galaxies 42
Mise en ligne le : 23/2/2009


     John Wyndham (1903-1969). Hormis les connaisseurs et les plus vieux lecteurs, le nom n'évoque plus grand-chose, sauf, peut-être, Le Village des damnés, titre des œuvres cinématographiques adaptées de Les Coucous de Midwich, dont la plus récente remonte à 1995 (par John Carpenter) — de cette même année date en France la dernière réédition de l'ouvrage, sous le titre du film et chez Denoël en « Présence du Futur ». Si Wyndham n'a pas été un auteur particulièrement prolifique, son œuvre n'en fut pas moins abondamment traduite en français. Mais qu'en reste-t-il ?

     Wyndham a publié sur près de quarante années, de 1931 à 1968, avec une interruption causée par la seconde Guerre mondiale et un essor qu'il lui fut bien difficile de reprendre après ce hiatus forcé. De la première période où il signait John Beynon ou John Beynon Harris, nous reste principalement Passagère clandestine pour Mars, qui compte parmi les premiers numéros du « Rayon Fantastique ». Suivra Le Péril vient de la mer, qui sera réédité en « Présence du futur » chez Denoël, principal éditeur de cet auteur en France avec quatre des dix titres existants : Les Coucous de Midwich, Le Temps cassé et L'Herbe à vivre étant les trois autres. A la même époque, le Fleuve Noir « Anticipation » n'était pas encore exclusivement francophone et, outre Vargo Statten, adaptait d'autres auteurs anglo-saxons dont, par deux fois, Wyndham. En 56 tout d'abord, avec The Day of the Triffids, également porté à l'écran, puis, en 58, avec The Chrysalids, sous l'intitulé Les Transformés. Titre qui sera repris en 1976, chez OPTA, couplé avec l'ultime roman de Wyndham, Chocky, dans l'onéreuse collection du « CLA », tandis que Le Jour des triffides était repris en « Anti-Monde » chez le même éditeur. Deux recueils de nouvelles allaient encore paraître : La Machine perdue au Masque « SF » et un « Livre d'Or » dû à Denis Guiot et Patrice Duvic chez Pocket, en 87. Et depuis, plus rien. Aussi, l'initiative de Terre de Brume, qui a déjà exhumé Le Jour des Triffides au tout début 2005 (roman qui vient d'être réédité en poche chez Folio « SF ») est-elle à louer et soutenir. Entretenir, c'est-à-dire publier et faire lire le patrimoine de la science-fiction, est une nécessité qui, ici, fait apparaître la filiation, à travers la tradition anglaise du roman catastrophe, qui relie Wells à Ballard.

     Les Chrysalides est une histoire de mutants. Il en existe deux types principaux. Dans le premier, les mutants usent de leur pouvoir pour dominer leur environnement. L'Homme démoli, Le Pouvoir, L'Echiquier du mal, la série « Perry Rhodan » illustrent cette façon. Dans le second, les mutants sont persécutés, ainsi dans A la poursuite des Slans, Les Enfants de Darwin ou bien ici.

     Bien après une guerre nucléaire — qui est souvent le prétexte au thème du mutant — ayant ravagé l'Amérique du Nord, une communauté rurale survit au Labrador. Y règne la grenouille — et surtout le crapaud — de bénitier. Toute une population de fermiers non seulement confite en dévotion, mais encore fanatique de la pureté et de la conformité à l'Image de Dieu qui traque les déviations, offenses ou blasphèmes que sont les mutations. Les créatures ou végétaux frappés de difformités sont détruits ou tués, les êtres « pas » humains sont stérilisés et bannis dans l'Orée qui borde les Terres Maudites — irradiées et contaminées. On sait aujourd'hui que de telles difformités, imputables à des radiations, auraient tendance à se raréfier avec le temps et à tendre vers la normale grâce à la redondance diploïde de l'ADN. Mais en 55, quand Wyndham publiait Les Chrysalides, la découverte de l'ADN ne remontait qu'à deux ans et une communauté de bouseux comme celle qu'il met en scène aurait tout simplement rejeté un tel savoir comme déviant. Le propre du fanatisme étant sa totale imperméabilité aussi bien à toute raison qu'à la moindre émotion.

     Le décor et l'action apparentent Les Chrysalides au western. La Bible dans une main, le fusil dans l'autre. Ainsi le père mène-t-il une horde de cavaliers assoiffés de sang sur la piste de son propre fils avec le dernier acharnement. On voit aussi une sœur refuser à l'autre un arrangement qui aurait permis que vive un bébé à peine difforme.

     Le thème du mutant faisait florès dans les années 50, où l'on croyait encore volontiers à l'avènement d'un homo superior doté de facultés psi (télépathie, télékinésie, hypnose, etc.). En un demi-siècle, cette thématique a déserté la science-fiction, ne subsistant que sous forme de thrillers (Harris, Simmons), le diptyque de Greg Bear faisant figure d'exception quoiqu'il n'y soit pas question de pouvoir psi. Ce thème a également glissé du côté de la magie et donc de la fantasy. C'est le cas d'une conjecture qui était, mais n'est plus, rationnelle. Ainsi, Dan Simmons, dans son Echiquier du mal, ne cherche-il pas à expliquer pourquoi ceux qui ont le pouvoir l'ont, il ne met en scène que la manière dont ils l'utilisent.

     Si on peut lire Les Chrysalides comme une fable sur la tolérance et une condamnation forte du fanatisme, le message de John Wyndham est davantage à rechercher du côté métaphorique du titre, l'idée qui court l'œuvre de Wyndham étant que le mieux adapté survit. C'est parce qu'ils sont mieux adaptés que les mutants survivent, et c'est le refus fanatique du changement qui condamne les communautés labradoriennes. Bien sûr, c'était avant que Larry Niven ne popularise en S-F l'idée que la tendance de nos sociétés à assister les moins adaptés inhibe le potentiel évolutif de l'espèce.

     A défaut d'être le chef-d'œuvre annoncé, Les Chrysalides est un roman toujours efficace après cinquante ans, intéressant et dynamique, où les personnages principaux ont l'épaisseur nécessaire à leur rôle. Une réédition fort bienvenue. A redécouvrir sans plus attendre.

Jean-Pierre LION
Première parution : 1/4/2007 dans Bifrost 46
Mise en ligne le : 24/9/2008

Cité dans les pages thématiques suivantes
Enfants

retour en haut de page

Dans la nooSFere : 79751 livres, 92803 photos de couvertures, 75777 quatrièmes.
9093 critiques, 43299 intervenant·e·s, 1660 photographies, 3783 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres et ne publions pas de textes.
Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2023. Tous droits réservés.