Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Poids mort

Xavier MAUMÉJEAN



Illustration de Thierry DUBREIL

Le ROCHER , coll. novella SF n° (9)
Dépôt légal : mars 2007
Première édition
Nouvelle, 128 pages, catégorie / prix : 9,50 €
ISBN : 978-2-268-06200-6   
Genre : Science-Fiction



    Quatrième de couverture    
     Paul Châtel entrait plus volontiers dans un café que dans sa femme. Cela n'avait rien à voir avec une prétendue addiction, et encore moins avec leur histoire d'amour. La cause tenait uniquement à ce qu'il ne supportait plus d'être lui-même. Pour devenir autre, c'est-à-dire formidablement obèse, il lui avait fallu courage et patience. Une discipline nécessaire pour intégrer le programme Pondération. La boite avait pour vocation de régler tous les problèmes. Depuis, sa vie avait changé. Aucun regret, bien au contraire, pour l'ancien Paul disparu sous ses replis de graisse. Il avait pris de la consistance. Paul flottait, dans un bain de vapeur, massé par les remous du jacuzzi, léger et désirable comme un bouquet de crevettes. Son mollusque nageait en dessous de la ligne de flottaison. II ne l'avait plus vu depuis que cette bouée de chair lui collait à l'estomac, semblable à un naufragé volontaire.
     Son histoire était simple, mais elle ne manquait pas d'épaisseur.

     Membre du très étrange Club des mendiants amateurs de Madrid, Xavier Mauméjean est l'auteur de six romans policiers et de science-fiction, récompensés par plusieurs prix, parmi lesquels Les Mémoires de l'Homme-Éléphant (Le Masque, prix Gérardmer 2000), La Ligue des Héros (Mnémos, prix Bob Morane 2003) et La Vénus anatomique (Mnémos, prix Rosny-Aîné 2005). Il écrit aussi pour la télévision et la radio (France Culture).
 
    Critiques    
     « — La société actuelle privilégie certains critères de beauté qui sont, disons, beaucoup trop exclusifs. Pourtant, on dit un "beau gros" et jamais "un séduisant maigre".
     Châtel émit un rire soulagé.
     — C'est vrai. Je n'y ai jamais pensé.
     Lanza lui entoura les épaules de son bras.
     — Tenez, par exemple, prenez Marlon Brando et Orson Welles. Vous savez quel est leur véritable point commun ?
     — Le talent ? risqua Paul
     Le professionnel du contact humain s'écarta subitement.
     — Non, trop banal. A Taxinom, on croule sous les demandes de gens talentueux. Je vais vous révéler ce qui lie Orson Welles à Brando : c'étaient des séducteurs. » (pp. 27-28.)

     Engagé par Taxinom pour grossir contre rémunération, Paul Châtel s'empiffre et commence évidemment à prendre du poids, beaucoup de poids, jusqu'à mettre en danger sa santé (mentale, avant tout) et à s'aliéner sa famille. Aliénation d'autant plus facilitée qu'on lui a mis dans les pattes une énorme séductrice boudinée qui ferait passer n'importe quel hippopotame de zoo pour une ballerine roumaine. Mais que recherche Taxinom, cette étrange entreprise au service d'ordre fascisant, dont le nom provient du mot taxinomie, c'est-à-dire la « science des lois de la classification » ?

     Xavier Mauméjean s'est imposé en sept ans (Les Mémoires de l'homme-éléphant a paru au Masque en l'an 2000) comme l'un des auteurs majeurs de l'imaginaire francophone, et ses deux derniers romans, La Vénus anatomique et Car je suis légion, lui ont valu une reconnaissance critique méritée. Malheureusement, Poids mort n'est pas du même niveau ; au-delà de la farce et de ses bons mots, passée cette scène d'amour d'anthologie qui permet de mieux appréhender l'expression familière « grosse cochonne », le texte finit par tomber à plat dans la piscine de notre plaisir de lecteur alors que, corpulence oblige, on était en droit d'espérer une bombe. Malgré cette déception, sanction classique quand on attend trop d'un auteur qu'on apprécie, ce titre est à ce jour le meilleur que j'aie lu dans l'aberrante collection « Novella SF » (on notera au passage la quatrième de couverture, incroyable, qui est un collage de certaines des phrases les plus percutantes du récit, avec en apéritif et digestif les première et dernière phrases du texte de Mauméjean).

Thomas « merde, faudrait quand même que je perde dix kilos » Day

Thomas DAY
Première parution : 1/7/2007 dans Bifrost 47
Mise en ligne le : 4/11/2008


 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 69966 livres, 79273 photos de couvertures, 65103 quatrièmes.
8417 critiques, 37211 intervenant·e·s, 1485 photographies, 3721 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2020. Tous droits réservés.