Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Le Secret du chant des baleines

Christopher MOORE

Titre original : Fluke, 2003

Traduction de Luc BARANGER

GALLIMARD (Paris, France), coll. Série noire
Dépôt légal : juin 2006
Roman, 430 pages, catégorie / prix : 21 €
ISBN : 2-07-031657-2   

Couverture d'après photo (c) Wayne Levin / Getty Images (détail).



    Quatrième de couverture    
     Le biologiste marin Nathan Quinn travaille depuis des années sur le chant des baleines dans son laboratoire hawaïen situé sur l'île de Mauï.
     Sponsorisé par une vieille milliardaire lunatique qui prétend que les baleines lui parlent et entouré d'une équipe de bras, cassés, notre héros n'arrête pas de se faire chambrer par ses collègues scientifiques.
     Un soir, alors que Nathan est sur le point de déchiffrer le chant des mammifères marins en appliquant une grille d'analyse mathématique binaire, son laboratoire est fouillé et saccagé. Quelques heures plus tard, lors d'une sortie en mer, son embarcation est retournée par une baleine qui l'avale. Pour Nathan, l'aventure ne fait que commencer...
     Rencontre improbable du commandant Cousteau et de Tex Avery, Le secret du chant des baleines est une relecture sous LSD de Vingt mille lieues sous les mers. Attachez vos ceintures, lire un livre de Christopher Moore, c'est un peu comme si on pénétrait dans la Quatrième Dimension...

     Né dans l'Ohio en 1957, Christopher Moore, qui aime l'océan, le polo à dos d'éléphant, les émissions télévisées sur les animaux et les crackers au fromage, a étudié l'anthropologie et la photographie au Brooks Institute of Photography de Santa Barbara.
     Après Un blues de coyote, n° 2531 (Folio Policier n° 365), La vestale à paillettes d'Alualu, n° 2572, Le lézard lubrique de Melancholy Cove, n° 2669, et L'agneau, n° 2707, Le secret du chant des baleines est son cinquième roman à paraître dans la Série Noire.
 
    Critiques    
     « Il glissa et tomba dans l'énorme mollard de baleineux qu'un des mâles qui le poursuivaient avait craché à ses pieds. S'il avait pu respirer, il aurait pu crier à la tricherie, mais au lieu de ça il lutta pour se relever alors que deux mâles se rapprochaient de lui en souriant de toutes leurs dents en forme de poignard. « Oh, mon Dieu !Ils vont me bouffer ! » pensa-t-il, puis il s'aperçut qu'ils venaient de dégainer leurs longs pénis roses et fonçaient sur lui, le pelvis en avant. « Oh, mon Dieu, pensa-t-il, ils vont m'enculer ! » »

     Bienvenue chez Christopher Moore, l'écrivain dont les héros se font enculer par des trucs qui ressemblent à des baleines...

     Nathan Quinn est un biologiste spécialisé dans le chant des baleines. Nathan Quinn bosse à Hawaï, et Nathan Quinn n'a pas de chance. Son ex-femme l'a quitté pour se mettre à la colle avec une nana après avoir été malencontreusement prise pour une baleine femelle par un mâle en rut ; sa principale source de financement est une vieille folle persuadée que les cétacés lui parlent ; ses collègues se foutent de lui en permanence et le prennent pour le dernier des loosers ; son assistant fume des pétards gros comme le bras et pense que les baleines chantent pour célébrer la grâce de Jah et conspuer Babylone ; sans parler du fait que son laboratoire vient d'être saccagé alors qu'il s'apprêtait à déchiffrer le chant de baleines. Oui, vraiment pas de chance. Jusqu'au jour où il se fait bel et bien boulotter par une baleine et qu'il passe brusquement du niveau 1, « j'ai vraiment pas de chance », au niveau 2, « je suis vraiment dans la mouise »...

     Il faut lire Christopher Moore. Parce que ses romans sont drôles, décomplexés, épatants d'incorrection, d'une inventivité unique et d'un sensibilité rare (la tendresse de l'auteur pour ses personnages est palpable, notamment dans le présent bouquin). Chaque livre de Moore est un vrai moment de bonheur, un vent de liberté littéraire tout ce qu'il y a de salutaire. Et si Le Secret du chant des baleines n'est pas son meilleur livre (on n'atteint pas ici le brio déjanté du Lézard lubrique de Mélancholy Cove — cf. critique in Bifrost n°30), il n'en reste pas moins une ode aussi vibrante qu'hilarante à la nature et à ceux qui s'efforcent de la préserver, doublé d'un roman de science-fiction hommage au Jules Verne de Vingt mille lieues sous les mers assez renversant. Du tout bon, en somme. Du Christopher Moore, quoi...

ORG
Première parution : 1/10/2006 dans Bifrost 44
Mise en ligne le : 13/3/2008


 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 68117 livres, 71443 photos de couvertures, 63079 quatrièmes.
8160 critiques, 36300 intervenant·e·s, 1472 photographies, 3700 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2020. Tous droits réservés.