Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
Morte Saison

Jack KETCHUM

Titre original : Off Season, 2005

Traduction de Benoît DOMIS
Illustration de FBDO & Stéphane JAEGLE

BRAGELONNE (Paris, France), coll. L'Ombre n° (20)
Dépôt légal : janvier 2008
288 pages, catégorie / prix : 20 €
ISBN : 978-2-35294-134-7   
Genre : Fantastique 



    Quatrième de couverture    
     « Ketchum est devenu une sorte de héros pour nous nous qui écrivons des récits de terreur et de suspense. Il est tout simplement le meilleur. »
Stephen King

Après Une fille comme les autres,
Le nouveau roman choc de Jack Ketchum

     Pendant la saison, il y a les touristes. Hors saison, il n'y a que les habitants, et des visiteurs comme Caria. Elle s'apprête à passer des vacances studieuses, mais elle doit d'abord nettoyer la maison et accueillir quelques amis.
     A proximité, une famille de barbares rôde dans les bois, les surveille et attend d'assouvir sa faim contre nature...
     En quelques heures, des hommes et femmes sophistiqués découvriront que la civilisation n'est qu'à un tout petit pas de la sauvagerie.

     Jack KETCHUM, né en 1946, est considéré comme l'un des plus importants auteurs américains vivants. Derrière ce pseudonyme (emprunté à un hors-la-loi américain qui finit pendu) se cache un écrivain qui fut le secrétaire de Henry Miller. Son premier roman, Morte Saison, incita la revue Village Voice à réclamer publiquement la condamnation de son éditeur pour « violente pornographie » (sic). Ketchum a depuis publié onze romans et pas moins de trois films viennent tout juste d'être tirés de ses œuvres, dont Une fille comme les autres.

    Prix obtenus    
Masterton, roman étranger, 2009
 
    Critiques    
     Après Une fille comme les autres (cf. critique in Bifrost n°47), Bragelonne nous propose maintenant le premier roman de Jack Ketchum, qui date de 1981, Morte Saison.

     La postface éclaire la difficile naissance éditoriale de ce roman. C'est, nous prévient-on, une version non expurgée. Pas vraiment le genre de bouquin à offrir à vos enfants... Les éditeurs américains — on était alors en 1980 — croyaient bien tenir là une œuvre d'exception mais encore fallait-il l'assagir, la policer, l'édulcorer... Tant et si bien que le manuscrit original finit à la poubelle, au grand dam de son auteur. C'était cependant encore trop pour une Amérique cul béni (quoiqu'il aura fallu plus de 25 ans pour le lire en français !). Les éditeurs n'ayant pas joué le jeu avec la version affadie, Jack Ketchum exigera une restauration

     Il faut admettre que ça décoiffe ! Cette histoire n'est pas sans rappeler Les Enfants de Dracula de feu Richard Lortz, en plus sauvage, plus radicale et complaisante, ainsi que le film de James Dickey Délivrance. On n'est plus dans les bayous ni à New York, mais dans le Maine cher à Stephen King. Le taux de disparitions dans la région est particulièrement élevé du fait de la bande de dégénérés incestueux et cannibales qui y sévit : des hommes, mais aussi des femmes et des enfants...

     Comme de bien entendu, trois couples de jeunes citadins n'ont rien trouvé de mieux à faire que de venir passer quelques jours dans le coin. Le roman s'étale sur trois jours. Le premier pour la mise en place, le second pour faire monter la pression et le dernier pour l'incroyable débauche de sauvagerie. Egorgements, éviscération, viols, décapitation, émasculation, dévoration à vif, amputation, barbecue humain et même l'art de confectionner des saucisses de chair humaine, tout y passe crûment malgré la cuisson... En dépit de la surenchère, Jack Ketchum évite de sombrer dans le ridicule bouffon, notamment grâce au maintien de la tragédie finale. Une happy end aurait fait trébucher le récit dans un grotesque qu'il côtoie tout du long. Cependant, trop d'horreur tue l'horreur.

     Parce qu'il est moins crédible, Morte Saison est nettement en retrait par rapport à Une fille comme les autres. La banalité de l'horreur de ce dernier venait du sentiment que l'on éprouvait que de tels événements pouvaient fort bien se produire dans la cave d'à côté. Rien de tel ici. On ne croit pas à la tribu de cannibales qui sévit au fond des bois. On a un sentiment d'exagération. Après le précédent chef-d'œuvre, on ne peut être que déçu par Morte Saison, qui n'en est pas moins un bon roman d'horreur, glauque à souhait, bien rythmé, rondement mené et horrible... Il ne nous reste donc plus qu'à piaffer en attendant le prochain.

Jean-Pierre LION
Première parution : 1/5/2008 dans Bifrost 50
Mise en ligne le : 28/5/2009


 

Dans la nooSFere : 61657 livres, 56697 photos de couvertures, 55950 quatrièmes.
7957 critiques, 33709 intervenant·e·s, 1248 photographies, 3644 Adaptations.
 
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2018. Tous droits réservés. Vie privée et cookies/RGPD

NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !