Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
L'Automate de Nuremberg

Thomas DAY




GALLIMARD (Paris, France), coll. Folio2€ n° 4667
Dépôt légal : décembre 2007
128 pages, catégorie / prix : 2 €
ISBN : 978-2-07-034890-9   
Genre : Science-Fiction

Selon l'auteur, "Il n'y a quasiment aucune différence avec la version de Bifrost, le texte est sensiblement plus long, car Xavier Mauméjean m'a fait certaines remarques que j'ai utilisées, développant une idée çà et là. Et j'ai allongé aussi une ou deux descriptions.
C'est surtout "corrigé" : terme latin erroné (merci Pierre Stolze), fautes de français, étourderies..". Illustration : (c) Image Source Pink/Getty Images.


Autres éditions
   in Bifrost n° 42, BÉLIAL', 2006

    Quatrième de couverture    
     « Ai-je une âme, Père ? »
     Telle est la question que Melchior Hauser, le célèbre automate joueur d'échecs, veut poser à son créateur, Viktor Hauser. De la cour de Russie au quartier juif de Nuremberg, des brumes londoniennes aux chaleurs de l'Afrique, il part à la recherche de ses origines, mais sa quête pourrait bien lui réserver des surprises...
     Sur fond de campagnes napoléoniennes, un voyage initiatique à la croisée des genres pour entrer dans l'univers de Thomas Day.
 
    Critiques    
     Dans une uchronie où Napoléon a réussi à envahir la Russie, Melchior, un automate joueur d'échecs récemment libéré de son servage auprès du Tsar, part retrouver son créateur, Viktor Hauser, pour lui poser la question fondamentale : « Ai-je une âme, Père ? ». Aidé par un soldat, l'automate va ainsi voyager dans une Europe puis une Afrique telles qu'elles auraient pu être si l'empereur français n'avait pas été défait.
     Si cette aventure porte en elle un goût d'exotisme et de découverte, la brièveté du récit nous empêche d'explorer en détail l'univers créé : à peine arrivé dans un endroit que déjà Melchior part sous d'autres horizons. Mais si l'histoire ne se centre pas sur la description d'un monde sous domination napoléonienne, c'est parce que Thomas Day nous questionne avant tout sur ce qui fait la singularité d'un être humain. Comme l'automate a une conscience, il sait qu'il existe (« je pense donc je suis »), il comprend aussi qu'il est particulier, unique. Il va donc chercher à appréhender ce qu'entraîne cette connaissance de soi. Celle-ci le différencie bien sûr des animaux mais est-il « humain » pour autant ?
     L'auteur pousse le questionnement plus loin en intégrant un autre protagoniste dans l'histoire : le « frère » de Melchior, la troisième création de Viktor Hauser. Ce personnage permet au lecteur de découvrir certains éléments qui échappent à l'automate. Ainsi on apprend que le savant a créé la vie sous diverses formes. Trois types d'existences, conçus par trois méthodes différentes : médecine pour la réanimation d'un corps humain (Kaspar Hauser, le fameux « orphelin de l'Europe » 1), mécanique pour la fabrication d'un automate (Melchior Hauser) et alchimie pour un esprit détaché de la matière (Balthazar Hauser). Alors que Melchior cherche à savoir s'il peut être considéré comme un humain, Balthazar se proclame messager de Dieu et souhaite, lui, détruire les « œuvres » de son « père » qui s'opposent à Sa Toute-puissance.
     Si le livre n'apporte au final que peu de réponses à ces questions fondamentales (on ne les attendait pas non plus), il a le mérite de susciter une réflexion intéressante. Ainsi la référence évidente aux rois mages est-elle un simple clin d'œil de l'auteur ou faut-il y voir l'annonce d'un nouveau « Jésus », un nouvel « Homme » qui ne se définit plus seulement par une enveloppe physique organique ?
     Pour ce qui est des références, il y a un rapprochement évident avec le Frankenstein ou le Prométhée moderne de Mary Shelley (dont la ressemblance entre les prénoms des savants : Victor et Viktor) mais aussi avec La Vénus Anatomique de Xavier Mauméjean. Cependant les trois écrivains n'ont pas la même approche de la création de la vie par l'homme. Si l'auteure britannique centre son intrigue sur le créateur et les conséquences de son geste, si Mauméjean explicite cette fabrication et les tourments du savant avant la finalisation de la conception, Thomas Day écrit de son coté un récit plus humain, plus émouvant aussi, en se focalisant sur la créature plus que sur le scientifique.
     En somme, L'automate de Nuremberg est une quête identitaire doublé d'un conte philosophique fort et intelligent. Un très bon livre publié dans une collection à la portée de toutes les bourses, à ne pas rater.

Notes :

1. Cf. http://fr.wikipedia.org/wiki/Kaspar_Hauser


Gaëtan DRIESSEN
Première parution : 16/6/2009 nooSFere


 

Dans la nooSFere : 62621 livres, 58864 photos de couvertures, 57111 quatrièmes.
7958 critiques, 34368 intervenant·e·s, 1334 photographies, 3656 Adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2018. Tous droits réservés.