Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Sacrifice du guerrier - tome 1

Jacques MARTEL


Cycle : Sacrifice du guerrier vol. 1 


Illustration de Julien DELVAL

MNÉMOS , coll. Icares
Dépôt légal : juin 2008
Roman, 272 pages, catégorie / prix : 19 €
ISBN : 978-2-35408-037-2   
Genre : Fantasy



    Quatrième de couverture    
     Jarl, fils d'Arkhai le Brûlé, Khan des Khans des clans nomades de la Grande Aride, montre des aptitudes à la guerre dès son plus jeune âge. Craignant pour sa vie, Isara, sa mère, veut empêcher l'accomplissement de cet avenir sanglant. Il quitte alors les clans pour étudier dans une grande cité. Lorsque Arkhai est fait prisonnier par l'Empire de l'Amer, Isara comprend que les fils de la destinée de Jarl sont déjà tissés. L'animosité et le désir de conquêtes de l'Empire le contraignent à reprendre le projet d'unification des tribus de la horde.

     À ses côtés, deux héros légendaires, le Roi Solitaire et la Reine Vierge, lui apportent leur soutien. Il se heurte pourtant à l'hostilité des autres Khans qui ne reconnaissent pas l'autorité du « sans nom ». Il décide dans ces conditions de libérer son père. Dans l'ombre, le mystérieux hoplite veille sur sa destinée...

UNE ÉPOPÉE
FANTASTIQUE
PAVÉE DE FUREUR
ET DE SANG.

     Jacques Martel est né en 1965 à Antony (92). Co-fondateur des éditions Hartois, il se passionne pour l'histoire médiévale et antique. Il participe à la publication des magazines : Histoire antique, Histoire médiévale, L'art de la guerre. Il pratique l'escrime, le jiu-jitsu et prend part à des reconstitutions historiques de batailles du 13e siècle. Il vit actuellement dans les Landes.

     Sacrifice du guerrier est son premier roman.
 
    Critiques    
     Voici l'archétype du parfait roman d'apprentissage. Le présupposé historique donne de la profondeur à une fresque parfaitement imaginaire. Dans cette recréation mâtinée de Dumézil, Jacques Martel déroule une trame quelque peu convenue. Jarl est le fils adoptif d'Arkhai le brûlé, khan des nomades de la Grande Aride. C'est un guerrier né, que sa mère Isara veut protéger d'une prophétie sanglante. Pour l'éloigner des armes, elle l'envoie étudier dans une cité de l'empire de l'Amer. Mais l'empire est un système tyrannique qui finit par menacer les terres ancestrales de la horde. Quand le khan Arkhai est emprisonné, Jarl prend conscience de sa destinée : il doit devenir le Dayntsch Amia, celui qui apporte la victoire, pour mener les clans contre les légions de l'envahisseur.

     L'intrigue balance alternativement entre deux lignes directrices.

     La plus intéressante suit l'enfance de Jarl et les menées d'Isara. Elle a fui son passé et ses visions. Un jour, elle s'arrête intuitivement dans la caravane du marchand Méroé, qu'elle a peut-être déjà croisé quand elle était prêtresse de l'empire. Premier signe qu'on ne peut pas se soustraire au destin. Peu de temps après, Méroé meurt de la main d'Arkhai, Isara devient la neuvième épouse du khan, et pour Jarl les années de formation commencent, sous le regard bienveillant de quelques belles figures initiatiques (dont celle du mystérieux Hoplite). La voie du guerrier — et de l'amour — , on s'en doute, sera longue et parsemée d'écueils.

     Parallèlement, on découvre un Jarl adulte, à la veille de la grande bataille qui s'annonce contre l'empire. Empire qui n'a rien à envier à son inspirateur gréco-romain en matière d'acculturation forcée et de cynisme politique. L'un de ses représentants les plus efficaces, le gouverneur Jonas, est aussi l'un des plus amers. Du fond de son désespoir il ne rêve que d'effacer l'affront d'une ancienne duperie et de retrouver son amour de jeunesse ; il passe sa rage en conquêtes et en exactions. C'est lui qui a mis Arkhai sous les verrous. Le drame se noue autour de la tentative de libération du khan, de la question des origines de Jarl — et du choix cornélien que le destin risque de lui imposer.

     L'auteur aime, en fond de sauce, à croiser références et déférences, géographiques, historiques et littéraires. Il apporte à ses descriptions (paysages, peuples) une précision de documentaliste maniaque. Les clans de la Grande Aride sont clairement asiates, même s'ils ont des noms d'amérindiens ; les cités imaginaires de l'empire recouvrent d'autres cités réelles de l'ancienne Babylone ou d'Anatolie. Il y a un écrivain qui rappelle Hérodote, des dieux tout droit tombés de Sumer, des digressions (sur la nature des Héros, sur le sens des mythes) platoniciennes. L'ambiance est archaïque, le style propre à restituer les images telluriques d'une antiquité finissante.

     Martel arrive à produire un curieux syncrétisme, avec plusieurs niveaux d'intrigues — guerre contre l'empire, conflit sous-jacent entre divinités, conflit des origines pour Jarl, quête initiatique, énigme du Hoplite — qui finissent par se fondre plus ou moins habilement. Deux bémols toutefois. Le texte, parsemé de coquilles, aurait mérité une relecture attentive (p. 65 par exemple : « ses cheveux d'un noir de geai » [c'est moi qui souligne]). D'autre part, à force de courir plusieurs lièvres à la fois, il arrive que le roman manque de souffle : les chapitres consacrés à Jarl adulte s'épuisent en ambassades, jeux, assemblées diverses, mais la grande baston attendue ne se concrétise jamais (promis, c'est pour le tome 2). Pour paraphraser un des protagonistes : « trop d'apprentissage, pas assez de coups ». Malgré ces petits défauts, l'aventure de Jarl Dayntsch Amia se lit sans déplaisir.

Sam LERMITE
Première parution : 1/10/2008 dans Bifrost 52
Mise en ligne le : 24/9/2010


 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 67265 livres, 68673 photos de couvertures, 62184 quatrièmes.
8091 critiques, 35827 intervenant·e·s, 1468 photographies, 3695 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2020. Tous droits réservés.