Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Un jour je serai invincible

Austin GROSSMAN

Titre original : Soon I will be invincible, 2007

Traduction de Jean-Daniel BRÈQUE
Illustration de Néjib BELHADJ KACEM

CALMANN-LÉVY (Paris, France), coll. Interstices n° (16)
Dépôt légal : mars 2009
Roman, 330 pages, catégorie / prix : 19,90 €
ISBN : 978-2-7021-3996-7   
Genre : Science-Fiction



    Quatrième de couverture    
     Docteur Impossible – génie du mal, scientifique diabolique, aspirant Maître du Monde – se languit dans sa prison. Il a perdu sa liberté, sa femme, sa forteresse cachée, et se demande si l’homme le plus intelligent de la Terre a fait les bons choix dans sa vie.
     Au fil des ans, il a vraiment tout essayé pour conquérir le monde : des machines de mort de toutes sortes (nucléaires, thermonucléaires, nanotechnologiques) aux rayons censés assujettir l’esprit humain. Il a voyagé dans le passé pour changer l’histoire, dans l’avenir pour la fuir. Il a commandé des armées de robots, d’insectes, de dinosaures. En vain.
     Mais pas cette fois. Cette fois, ce sera différent. Et cette prison ne le retiendra pas éternellement...

     Vingt-cinq ans après le Watchmen d’Alan Moore, qui a révolutionné à jamais l’image des super-héros, Un jour je serai invincible reprend le flambeau et nous propose une relecture douce-amère, foncièrement contemporaine, de cette mythologie des temps modernes.

     Né en 1969, Austin Grossman a suivi des études de littérature anglaise à Harvard et à Berkeley avant de débuter une carrière de game designer dans le domaine du jeu vidéo, oeuvrant entre autres sur le jeu Tomb Raider et pour Dreamworks Interactive. Il travaille en parallèle comme critique littéraire pour le compte du New York Times. Un jour je serai invincible est son premier roman.
 
    Critiques    
     Hasard du calendrier, c'est au moment où les fameux Watchmen débarquent à l'écran que la collection « Interstices » publie un autre exercice de style consacré aux super-héros. De l'auteur — Austin Grossman — , on ne connaît pas grand-chose, mais Un jour je serai invincible est de nature à convaincre tout le monde et nous incitera sans nul doute à garder l'œil sur ses productions futures. Intelligent, drôle, désespéré et profondément humain, le scénario macabre habilement tissé au fil des pages n'entretient qu'un vague rapport avec le récit imaginé par Alan Moore. On y retrouve tout un bestiaire de super-héros fascinant d'ambiguïté, une totale absence de manichéisme et un traitement horriblement quotidien du mythe. Entendre par là que les super-héros sont des hommes (ou des femmes, ou des quasi-machines) comme les autres, avec leurs problèmes de couple, d'alcool, d'ego, d'intégration, et ce subtil mélange d'amour/haine à l'égard de ceux qu'ils sont censés sauver : nous. Les hommes au sens large. Cette infernale humanité qui n'en finit pas de bêler, de gémir, de s'entre-tuer, de comploter, de voler, de piller tout en se plaignant sans cesse de l'indifférence du Grand Tout. Difficile d'assumer son rôle de super-héros quand les hommes ne vous inspirent au mieux qu'un vague mépris plus ou moins amusé. Dès lors, la barrière est vite franchie. Pourquoi ne pas devenir un super-vilain ? C'est objectivement plus drôle, plus sexy, et les trouvailles artistiques pour éradiquer l'humanité ou la Terre ne manquent pas. Partant de ce parti pris saugrenu au premier abord, mais assez touchant quand on y réfléchit bien, Grossman réalise l'impensable : rendre crédible un monde où gravitent de véritables super-héros, dans une lutte permanente contre le mal suprême, aka Docteur Impossible, génie du mal ayant juré la destruction de cette misérable poussière cosmique que les hommes osent appeler foyer. Réjouissant, certes, mais surtout triste et tragique. Car si Grossman prend soin de détailler son monde à l'extrême, la véritable force de son récit tient à la personnalité complexe des héros (super ou anti) qui l'habitent. Et tout ça n'a franchement rien de drôle, tant le quotidien pue la misère, la résignation, la douleur, la vieillesse et la mort. Cerise sur le gâteau, c'est finalement (et logiquement ?) le super-vilain qui devient le véritable personnage central, et l'on se prend à regretter que pour des motifs bassement techniques (si la Terre est détruite, y a pas de roman, ducon), ses tentatives répétées pour en finir une bonne fois pour toute avec l'humanité n'aboutissent jamais.

     Tout commence par un éternel recommencement, justement. Docteur Impossible s'évade de sa super-prison après avoir été torturé par des would-be super-héros un poil nazis. Du coup, c'est à l'éternel super-quatuor de super-héros de reprendre du service. Sauf que le super-quatuor a splitté il y a déjà quelques années, suite au douloureux divorce impliquant les deux héros principaux. Deuxième problème, le leader du quatuor a justement disparu et personne ne sait où il se terre (ni d'ailleurs pourquoi il se terre...). Pas grave, il suffit d'engager une nouvelle recrue, une femme, enfin plutôt une femme-machine qui tient plus du cyborg de guerre qu'autre chose, et dont la part d'inhumanité rend sa vision existentielle étonnamment touchante... Et sombre, bien sûr, très sombre. Un jour je serai invincible n'a rien de drôle, non, au contraire. Ce nouveau quatuor prend sur lui la traque du Docteur Impossible. Une traque que l'on suit page après page, de déconvenue en déconvenue. Sous un vernis très comic-book, Grossman nous laisse entrevoir la saleté. Le costume brillant qui pue la naphtaline, le marcel sous la cape, avec comme seule échappatoire la mort et la nullité. Brillant et tragique, le roman ne parle finalement que de perte. L'enfance, la joie, la vie même.

Patrick IMBERT
Première parution : 1/4/2009 dans Bifrost 54
Mise en ligne le : 11/10/2010


 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 68938 livres, 76302 photos de couvertures, 63984 quatrièmes.
8350 critiques, 36525 intervenant·e·s, 1475 photographies, 3709 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2020. Tous droits réservés.