Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
Le Sang des Ambrose

James ENGE

Titre original : Blood of Ambrose, 2009

Traduction de Marie SURGERS
Illustration de Frédéric PERRIN

L'ATALANTE (Nantes, France), coll. La Dentelle du Cygne n° (249)
Dépôt légal : mai 2010
480 pages, catégorie / prix : 23 €
ISBN : 978-2-84172-507-6   
Genre : Fantasy



    Quatrième de couverture    
     Derrière la vie du roi se tient le Protecteur.
     Derrière le Protecteur son Ombre est aux aguets...

     Le jeune roi Lathmar est convaincu de sa disparition prochaine. Entre la mort suspecte de ses parents, l’armée privée de son oncle le Protecteur du Trône et les purges successives parmi ses proches, seule sa lointaine aïeule Ambrosia Viviana dresse un dernier rempart contre l’usurpateur.
     Sauf à faire appel au frère d’Ambrosia, l’imprévisible Morlock Ambrosius, maître Faiseur, sorcier, bretteur et redoutable ivrogne. Et sauf à découvrir et vaincre, derrière le Protecteur, le mystérieux marionnettiste qui jongle avec l’âme de ses proies et se prépare à dévorer l’empire.

     James Enge vit dans l'Ohio, où il enseigne les langues et la littérature classique à l'université. Fantasy noire magistrale, Le sang des Ambrose est son premier roman.
 
    Critiques    
     Sale temps pour le très jeune roi Lathmar : le Protecteur du Trône, malgré son titre, semble résolu à prendre sa place. Heureusement son aïeule Ambrosia, une terrifiante femme sans âge, vient le sauver. Mais il se retrouve vite seul, pour la première fois hors de la protection de son palais, perdu dans la ville qu'il est censé diriger et qu'il découvre. Le frère d'Ambrosia apparaît bientôt comme son unique recours : Morlock le bossu, Morlock le Faiseur, dont le nom même évoque la crainte...

     On entre aisément dans ce roman du fait de personnages dans l'ensemble attachants, à commencer par Lathmar, que nous suivons pas à pas. Jeune héritier sans cervelle et sans courage au début de ce récit d'initiation, il prend de l'assurance pour se rapprocher de ce qu'on attend d'un monarque. La vieille Ambrosia ensuite, bougonne et imprévisible, mais prête à tout quand il s'agit de son frère. Le nain Wyrth, aussi, ombre de Morlock, contrepoint joyeux de son ami et maître si morose, si sombre. Morlock, justement, le plus intéressant. On sent que James Enge a une particulière affection pour ce personnage — dont il a d'ailleurs publié plusieurs aventures dans la revue Black Gate. Très âgé, cabossé dans sa chair comme dans son esprit, c'est finalement lui qui s'avère le vrai héros de cette histoire.

     Très présent dans tout le texte, l'humour alterne entre la férocité et la plaisanterie de potache, s'exprimant volontiers à travers des joutes verbales souvent bienvenues dans ce monde sombre et violent. Car Le Sang des Ambrose est bien un roman de dark fantasy : les cadavres se ramassent à la pelle... pour mieux revenir sous forme de marionnettes dirigées par on ne sait quel cruel monstre. Par moments, on se croirait presque dans un film signé Romero. L'atmosphère se fait lourde et pesante ; autant de passages qui constituent la principale réussite de ce roman.

     Et pourtant, malgré tout, la sauce a bien du mal à prendre. Las, Le Sang des Ambrose se résume davantage à une suite de moments de bravoures qu'à un ensemble entier et cohérent. On saute d'une partie à l'autre sans avoir vu évoluer les personnages. James Enge, plus habitué aux récits courts, échoue à conduire son lecteur du début à la fin sans le laisser ici et là un peu perdu sur le bord de la route. Il faut se forcer pour retourner dans l'histoire. Ce qu'on ne regrette toutefois pas après avoir fait l'effort... Espérons que l'auteur aura su corriger ce travers dans la suite à venir du récit, This Crooked Way (paru en VO en 2009). Car Le Sang des Ambrose demeure un roman agréable à lire, un ouvrage riche de quelques personnages intéressants et d'une d'ambiance propre, qui, s'il ne bouleverse pas les schémas du genre, ne dépare pas non plus dans une production de fantasy surabondante et de qualité plus que fluctuante.

Raphaël GAUDIN
Première parution : 1/10/2010 dans Bifrost 60
Mise en ligne le : 28/1/2013


 

Dans la nooSFere : 61960 livres, 57419 photos de couvertures, 56350 quatrièmes.
7958 critiques, 33876 intervenant·e·s, 1281 photographies, 3649 Adaptations.
 
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2018. Tous droits réservés. Vie privée et cookies/RGPD

NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !