Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
La Prière d'Audubon

ISAKA Kôtarô

Titre original : Audubon no inori (A Prayer), 2000
Traduction de Corinne ATLAN
Illustration de John James AUDUBON

Philippe PICQUIER
Dépôt légal : février 2011
Première édition
Roman, 448 pages, catégorie / prix : 22,50 €
ISBN : 978-2-8097-0242-2
Genre : Fantastique



Quatrième de couverture
     Un jeune informaticien, Itô, se réveille un beau matin sur une île inconnue. Une île qui s’est refermée sur elle-même, il y a cent cinquante ans, au moment précis où le reste du Japon s’ouvrait au monde.
     Accompagné d’un étrange guide, il part à la découverte de l’île et de ses habitants, insolites et attachants : un peintre qui ment comme il respire, une fillette à l’écoute des battements de son cœur, un justicier poète amoureux des fleurs et, surtout, un épouvantail capable de prédire l’avenir. On retrouve bientôt ce dernier démembré aux quatre coins d’une rizière. Qui a commis cet acte abominable qui s’apparente à un meurtre ?
     Cette question est une clé ouvrant sur bien d’autres énigmes et morts inexpliquées.
     Héritier moderne d’Alice au Pays des Merveilles, Itô ira de découverte en découverte, au fil d’un récit haletant, où fantastique et humour s’ombrent de cruauté, tandis que l’intrigue, de disparitions en coups de théâtre, s’assemble brillamment comme un puzzle dont toutes les pièces trouveront leur place à la fin.

     Né en 1971, Isaka Kôtarô fait son apparition sur la scène littéraire japonaise en 2000 avec La Prière d'Audubon, qui obtient le prix Shincho Mystery Club. Depuis, il a multiplié les oeuvres inclassables où se déploie un univers très original, au carrefour du thriller, du fantastique et du roman d'initiation, dans la filiation de Murakami Haruki.
     Son succès auprès de la jeunesse japonaise ne se dément pas et cinq de ses romans ont déjà été adaptés au cinéma. La Prière d'Audubon est son premier roman traduit en français.
Critiques
 
     Itô, informaticien au chômage, débarque sur une île après avoir braqué une superette et fui un policier sadique, ancien camarade de classe. Ce lieu se révèle étrange : coupé du monde depuis des siècles, un seul habitant a le droit d’en sortir pour ramener des objets modernes. Les autres insulaires, eux, semblent plutôt bizarres : un peintre fou dit toujours le contraire de ce qu’il pense et fait tous les jours les mêmes actions au même moment, un homme sans pitié « rend justice » en appliquant la peine capitale à quiconque semble se comporter mal et Yûgo, un épouvantail intelligent connaît l’avenir depuis plus de 150 ans. Lorsque celui-ci est assassiné (ou plutôt démembré et décapité) après avoir suggéré à Itô d’aller causer avec un aveugle de l’histoire de John James Audubon et des pigeons migrateurs américains, Itô se lance dans une enquête pour comprendre ce qui se passe vraiment sur cette île.

     Evidemment, quand on lit un romancier japonais œuvrant dans un léger fantastique contemporain, on ne peut s’empêcher, tout comme l’éditeur, de faire référence à Haruki Murakami, l’écrivain nippon vivant le plus connu en France. Et, même si Isaka lui-même ne se considère pas influencé directement par Murakami, l’accroche n’est ni fausse ni exagérée. Comme Kafka sur le rivage ou la fin des temps, la prière d’Audubon est un roman initiatique, la découverte d’un univers décalé par un jeune homme perdu. De même pour les thématiques : si Murakami est parfois critiqué pour son écriture trop « américaine », Isaka n’hésite pas à centrer son ouvrage sur la relation avec l’occident ; tout d’abord par le biais de cette île isolée du reste du monde après avoir servi de passage obligé entre le Japon et l’occident deux siècles auparavant et par l’histoire du samouraï responsable de cette autarcie, puis par le récit de la disparition des pigeons migrateurs américains observée par John James Audubon, ornithologue connu pour ses dessins d’oiseaux au XIXe siècle.

     Une différence majeure entre les deux écrivains apparaît par contre dans le déroulement de l’intrigue : alors que Murakami aime trainer, quitte à conduire par moment le lecteur à la limite de l’ennui, Isaka ne perd pas de temps et mène un rythme plus soutenu. Certes l’enquête policière n’est qu’un prétexte à explorer les mystères des habitants de cette île et pour permettre à Itô de se découvrir à travers cet environnement déroutant, mais ces personnages sont suffisamment riches et étranges pour rendre cette histoire passionnante et d’une grande originalité.

     Belle découverte que cette prière d’Audubon, récit de la mort d’un épouvantail et de la renaissance spirituelle de quelques êtres perdus. Connu en France pour des scénarios de mangas, Isaka Kôtarô a rencontré le succès au Japon dès ce premier roman sorti en 2000. Une dizaine d’œuvres ont paru depuis. Espérons que Picquier les traduira !


René-Marc DOLHEN
Première parution : 12/4/2011 nooSFere

Prix obtenus
Masterton, Roman étranger, 2012


retour en haut de page

Dans la nooSFere : 74061 livres, 81939 photos de couvertures, 69663 quatrièmes.
8527 critiques, 40052 intervenant·e·s, 1540 photographies, 3735 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres et ne publions pas de textes.
Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2021. Tous droits réservés.