Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Le Cycle de Tiamat - 2

Joan D. VINGE


Cycle : Finismonde / Tiamat (omnibus)

Traduction de Gile BURWATKLE
Illustration de Alain BRION

MNÉMOS , coll. Dédales n° (21)
Dépôt légal : septembre 2011
Recueil de romans, 900 pages, catégorie / prix : 24 €
ISBN : 978-2-35408-125-6   



    Quatrième de couverture    
« La Reine de l'Été est plus complexe, plus riche, et sa fin encore
plus réussie que celle de La Reine des Neiges. Un succès
total. C'est le genre d'ouvrages qui ne peut appartenir qu'à la
science-fiction : de ces livres capables d'enrichir votre horizon.« 
Locus

     Le changement est venu.
     L’Été suit l’Hiver, comme le jour succède à la nuit.
     Devenue Reine de l’Été, Moon Marchalaube doit maintenant remplir les tâches qu’elle s’est fixée.
     Debout dans la Salle des Vents, elle attend son peuple. Car Moon est une sibylle : un trèfle tatoué sur sa gorge le prouve. Elle est allée en Extramonde. Désobéissant au rite, se dérobant à la coutume, elle veut restaurer sur Tiamat le mode de vie technophile de l’Hiver, ouvrir les autres mondes de l’Hégémonie aux Étésiens. Mais ceux-ci résistent. Ne voient en elle qu’un clone d’Arienrhod, l’ancienne Reine des Neiges, celle d’avant le changement.
     Par chance il y a Sparks, et l’amour qu’il lui porte ; et son époux fera tout pour l’aider à mener son projet à bien... |A moins qu'un homme venu du passé ne parvienne à lui subtiliser sa bien-aimée...

     Née à Baltimore en 1948, amatrice de SF depuis son plus jeune âge, Joan D. Vinge a commencé à vivre de sa plume à partir de 1973. Après de nombreuses nouvelles publiées dans des revues aussi prestigieuses que Analog ou Asimov’s S-F, maintes fois nominées, elle a partagé son oeuvre entre une science-fiction très personnelle, marquée par ses études d'anthropologue, et un certain nombre de novellisations – la plus connue restant Le Retour du Jedi, en tête du classement du New York Times pendant deux mois et livre le plus vendu de 1983.

    Sommaire    
 
    Critiques    
[Cette critique porte sur les tomes 1 et 2]

     L'époque veut cela. Des ouvrages jadis disponibles en poche nous reviennent sous la forme de briseurs d'étagères, forts volumes qualifiés ou non d'intégrale et bien trop souvent dépourvus de tout paratexte. « Le Cycle de Tiamat » (« The Snow Queen Cycle » en Anglo-Saxonie) de Joan D. Vinge ne fait pas exception à la règle. Deux épais pavés reprenant les trois romans (dont l'un était coupé en trois) parus autrefois chez J'ai Lu. On serait bien en peine de trouver une quelconque plus-value à cette réédition, en dehors des illustrations de couverture de Alain Brion (on peut cependant regretter celles de Michael Whelan). Certes, on nous rétorquera à bon droit que l'opération consistait surtout à rendre disponible des ouvrages difficiles à trouver et parfois vendus très cher sur le marché de l'occasion. Mais alors, pourquoi ne pas avoir profité de l'occasion pour éditer le quatrième volume du cycle, toujours inédit dans l'Hexagone ? Bref, dans le doute, abstenons-nous d'émettre des hypothèses désagréables (pas le genre de la maison... hein ?) et concentrons-nous sur l'histoire.

     Sur les vestiges d'un Empire galactique se déploie l'Hégémonie, vaste union de mondes humains. La technique du vol hyperspatial ayant été perdue lors de l'effondrement du Vieil Empire, les astronefs en sont réduits désormais à utiliser les perturbations quantiques provoquées par un trou noir pour « sauter » d'une planète à l'autre. Une technique périlleuse limitant de surcroît les destinations possibles.

     Sur Tiamat, monde primitif et isolé orbitant autour de deux soleils, l'hiver est la saison de la renaissance. Cent cinquante années pendant lesquelles la Porte Noire laisse passer les Extramondiens et leurs merveilles technologiques. Une opulence n'étant pas du goût des Etésiens qui y voit comme une profanation de leurs croyances et superstitions, mais qui arrange bien les Hiverniens, en particulier Arienrhod, celle que l'on surnomme la Reine des Neiges. La reine monnaie son pouvoir sur les Etésiens grâce à l'eau de vie, une ressource ne se trouvant nulle part ailleurs dans l'univers. Ainsi, Tiamat subit-elle une double tutelle : celle d'Arienrhod, souveraine capricieuse et jalouse, et celle indirecte de l'Hégémonie. Heureusement, après l'hiver vient l'été. Le Changement tant attendu par les Etésiens, aussi inexorable que la rotation de Tiamat autour de ses étoiles. Et avec lui, la fin du règne d'Arienrhod, privée de l'aide des Extramondiens du fait de la trop grande proximité entre la Porte Noire et les soleils. A moins que la reine ne trouve un stratagème pour garder son pouvoir.

     Par son ampleur, le cycle de Tiamat se rapproche des grandes fresques romanesques initiées par Marion Zimmer Bradley et Anne MacCaffrey. On ne peut en effet passer sous silence la parenté indéniable existant entre Ténébreuse, Pern et Tiamat. Une acception de la SF où l'argument technoscientifique se trouve repoussé en arrière-plan pour laisser place à la romance, aux passions humaines et à une forme de suspense intemporel, celui que l'on trouve dans les romans à l'eau de rose.

     L'essentiel du cycle, si l'on excepte le roman Finismonde, se déroule sur la planète Tiamat, un monde barbare, périodiquement coupé du reste de l'univers, mais amené à connaître de grands changements grâce à l'action de quelques personnages-clés. Le contexte global est celui d'une redécouverte. Redécouverte par l'Hégémonie du savoir perdu du Vieil Empire et redécouverte par les hommes d'une certaine forme de sagesse, fondée sur l'équilibre harmonieux entre nature et science. Joan D. Vinge dévoile progressivement son univers via les points de vue d'une poignée de personnages, Etésiens, Hiverniens et Extramondiens, appelés à assumer leur destinée, leur devoir et leurs amours contrariés... Effectivement, l'auteure semble bien moins intéressée par la fiction spéculative que par les relations compliquées et un brin nunuches des divers protagonistes d'une histoire tendant à tirer un tantinet à la ligne. Pour tout dire, le récit est carrément interminable et l'on a envie plus d'une fois de coller des baffes aux personnages — métaphoriquement parlant — tant leur états d'âme finissent par agacer. Ajoutons là-dessus des caractères secondaires stéréotypés à gros traits, dignes de figurer dans des novelisations Starwars (on me souffle dans l'oreillette que Joan D. Vinge a écrit celle du Retour du Jedi). Bref, on s'ennuie beaucoup, ne trouvant qu'un intérêt vacillant pour la description de Tiamat, de la cité d'Escarboucle et des mœurs et coutumes des Etésiens. Du sous-Ursula Le Guin, en quelque sorte. On saute les pages, le regard attiré par les rares passages vraiment science-fictif. Le virus divinatoire faisant des personnes contaminées des terminaux biologiques aptes à se connecter sur une base de données cachée. L'eau de vie tirée du cadavre des Ondins, ces créatures génétiquement modifiées vivant dans les océans de Tiamat. Le plasma astropropulseur... Toutefois, cela reste maigre. Le cœur de cible n'est manifestement pas là.

     Au final, « le Cycle de Tiamat » ne laisse pas un souvenir impérissable. Le genre de lecture distrayante, sans plus. A condition de supporter les chichis sentimentaux. Une œuvre qui aurait gagné à suivre une sérieuse cure d'amaigrissement tant les développements oiseux finissent par lasser. Les fans de romanesque apprécieront. Nous, on passe.

Laurent LELEU
Première parution : 1/1/2012 dans Bifrost 65
Mise en ligne le : 4/3/2013


 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 67229 livres, 68626 photos de couvertures, 62148 quatrièmes.
8091 critiques, 35812 intervenant·e·s, 1468 photographies, 3695 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2020. Tous droits réservés.