Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Black*Out

Andreas ESCHBACH

Titre original : Black*Out, 2010
Première parution : Würzburg, Allemagne : Arena Verlag GmbH, 2010

Cycle : Cohérence (trilogie de la) vol. 1 

Traduction de Pascale HERVIEUX

L'ATALANTE (Nantes, France), coll. La Dentelle du Cygne n° (288)
Dépôt légal : septembre 2011, Achevé d'imprimer : septembre 2011
Première édition
Roman, 352 pages, catégorie / prix : 6
ISBN : 978-2-84172-556-4
Format : 14,5 x 19,9 cm  
Genre : Science-Fiction

Couverture : Arena Verlag. Vernis sélectif.



    Quatrième de couverture    
Rejoignez la Cohérence.
Plus jamais vous ne serez seul.
 
Christopher est en fuite. Avec Serenity, dix-sept ans elle aussi, et son frère aîné Kyle, il traverse le désert du Nevada à la recherche du père de ses deux amis, Jeremiah Jones. L’homme se cache : ardent pourfendeur des dérives de la technologie moderne, il est recherché par le FBI pour attentats terroristes.
   Mais Christopher lui-même est pourchassé et ses ennemis ont le bras long. Quel innommable secret détient-il pour que les moyens déployés contre lui dépassent toute attente en brutalité comme en sophistication ? Il faut dire que Christopher Kidd n’est pas n’importe qui ; à l’âge de treize ans, sous le pseudo de « Computer Kid », il a piraté le système bancaire international et plongé la planète dans le chaos économique.
   C’est pourtant une menace autrement plus redoutable qui pèse aujourd’hui sur le monde. Les jours de l’humanité telle que nous la connaissons sont comptés.
 
   Un thriller angoissant par l’auteur d’En panne sèche.
 
    Critiques    
[Chronique commune à Un don presque mortel et Black*Out.]

     [...] 1

     Avec Black Out, Andreas Eschbach nous livre un techno thriller également juvénile qui orbite autour de l'idée de Singularité. Son concept n'est pas l'apparition d'une intelligence artificielle, mais la mise en réseau des cerveaux humains par le biais d'une interface directe reliant l'encéphale à Internet. Rien de neuf en soit, mais, dans ce roman, l'interface directe entre l'homme et la « machine », en fait l'infosphère, cesse d'être un simple outil. Eschbach en fait une sorte de projet, de but eschatologique, une sorte d'anti-Graal. Ici, l'interface directe aboutit, via Internet, à un gestalt de l'ensemble des cervelles connectées qui est présenté comme une sortie de l'humanité. Dans ce livre, ce gestalt s'appelle la Cohérence. Elle est omnisciente, omniprésente et omnipotente. Ses attributs confinent au divin même si l'auteur n'aborde à aucun moment cette idée.

     Il n'y a plus d'individus dans la Cohérence. Les êtres y fusionnent. Chacun entend, voit, sent par les sens de tous les autres. Ils disposent du savoir de tous les autres connectés. C'est un concept extrêmement intéressant dans la mesure où des recherches sont menées dans cette direction par divers laboratoires à travers le monde. A l'origine, ces recherches sont faites dans un but thérapeutique. Il s'agit de rendre leurs possibilités d'action à divers handicapés. But tout à fait louable en soit. Mais chacun sait que l'enfer est pavé de bonnes intentions. C'est le message que ne cesse de vouloir faire passer l'un des personnages, Jeremiah Jones, dans sa croisade pacifique anti-technophile plutôt que technophobe. L'équipe qui fait la découverte se scinde en deux : d'une part Linus, celui qui veut appliquer ; de l'autre ceux qui souhaitent faire machine arrière — le Dr Connery et James Kidd.

     Road movie cette fois, à travers les Etats-Unis. Trois ados, Kyle, sa sœur Serenity et un autre, Christopher, pirate informatique de génie à ses heures sous le nom de Computer Kid, parcourent l'Ouest américain à la recherche de leurs pères... Jeremiah Jones, celui des frère et sœur, se planque parce qu'il a été promu écolo-terroriste à la suite d'attentats qu'il n'a pas commis. Celui de Christopher a été capté par la Cohérence. Ça commence avec une pluie d'hélicos, puis ça se calme... Tout ça pour ça, est-on tenté de se dire, et ce en attendant la suite, car suite il y aura.

     L'Atalante a publié ce roman d'Eschbach simultanément avec L'Entité 0247 de Patrick Lee, deux romans fort proches l'un de l'autre. Les deux sont des thrillers tournant autour du concept d'omniscience, qu'il s'agisse de la Cohérence ou du Chuchoteur (dans le roman de Lee). Or, en SF, l'omniscience reste toujours difficile à manipuler même pour des auteurs talentueux. Les deux livres, au demeurant honorables, finissent sur le même genre de flop : la montagne accouche d'une souris.

     On comprend aisément que la perte d'individualité induite par la fusion dans la Cohérence fasse peur et que l'individu lutte pour y échapper, car cela s'apparente à une forme de mort, de néantisation. L'auteur semble prendre position contre d'une manière viscérale, mais l'avenir de l'humanité ne passe-t-il pas justement par là ? Dans une sorte d'idéal absolu du socialisme ? Eschbach shunte le débat eschatologique et épistémologique qui s'impose en la matière. Vivante, la Cohérence est aussi une structure dissipative qui se maintient loin de l'équilibre en consommant de l'énergie ; elle devrait évoluer selon une recherche d'efficience de manière à se préserver tout en réduisant sa consommation énergétique. Imaginez ce que cela impliquera... Combien faut-il d'humains pour maintenir le gestalt cohérent ?

     Sans casser trois pattes à un canard, Black Out est bien supérieur à Un don presque mortel. La Cohérence et son origine sont un concept intéressant et la construction s'avère sympa et bien amenée. Le roman est d'une lecture plaisante.

Notes :

1. La partie consacrée à Un don presque mortel dans cette recension n'a pas été reproduite ici. [note de nooSFere]


Jean-Pierre LION
Première parution : 1/1/2012 dans Bifrost 65
Mise en ligne le : 7/3/2013


 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 70948 livres, 81378 photos de couvertures, 66144 quatrièmes.
8471 critiques, 38115 intervenant·e·s, 1488 photographies, 3724 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2020. Tous droits réservés.