Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Extrême ! Quand le cinéma dépasse les bornes

Julien BÉTAN



Illustration de Sébastien HAYEZ

LES MOUTONS ÉLECTRIQUES , coll. La Bibliothèque des miroirs n° 15
Dépôt légal : février 2012
164 pages, catégorie / prix : 19 €
ISBN : 978-2-36183-071-7   



    Quatrième de couverture    
     À travers une exploration du « cinéma vomitif » (mondo, torture flicks, snuff movies et autres « mauvais genres »), cet essai se propose de réfléchir librement aux rapports ambigus que le spectateur entretient avec la violence extrême. L'étude de cette face sombre du 7ème art, généralement ignorée ou méprisée, permet pourtant de remettre en question un certain nombre d'idées reçues et de catégorisations hâtives.
     Dans une société de consommation, soucieuse de notre confort au point d'occulter notre mortelle condition, dans une société de l'image où la violence est plus souvent montrée que vécue, les films qui choquent, suscitent la polémique ou les foudres de la censure, agissent comme des révélateurs, sociologiques et politiques.
     Montre-moi ce que tu redoutes, je te dirai qui tu es.

     Essayiste et traducteur, Julien Bétan traque depuis une trentaine d'années l'image choc et l'émotion extrême au cinéma. Après avoir coécrit des essais sur les zombies ou sur Jack l'Éventreur, et dirigé un ouvrage collectif sur Alan Moore, il revient aujourd'hui à son sujet de prédilection : le cinéma qui tache.
 
    Critiques    
 
     On a beaucoup écrit sur la violence au cinéma et la censure : L'Art face à la censure de Thomas Schlesser, passionnant mais trop bref panorama de l'interdit culturel sur une période allant de la Renaissance à nos jours (Larry Clark, Ai Weiwei) ; Dictionnaire de la censure au cinéma de Jean-Luc Douin, une somme (520 pages) qui commence un peu à dater (2001 pour sa dernière édition) ; Interdit aux moins de 18 ans — Morale, sexe et violence au cinéma de Laurent Jullier, un travail universitaire sérieux sans être rébarbatif. C'est donc un peu face à ce trio d'ouvrages (qui se complètent fort bien, pour tout arranger) que se dresse colt à la main Extrême ! Quand le cinéma dépasse les bornes de Julien Bétan. Première constatation, l'objet-livre est particulièrement désagréable à lire (texte sur deux colonnes, encadrés posés un peu n'importe où, qui coupent la lecture). De plus, il est d'une brièveté rédhibitoire ; c'est bien simple, on a souvent l'impression de lire le plan d'un livre qui reste à écrire et sur les 160 pages, il y en a vingt-cinq d'illustrations de mauvaise qualité (le papier choisi n'est visiblement pas adapté aux repros en noir & blanc). Tout autant que l'objet-livre, le texte laisse à désirer : le plan est brumeux, les films sont survolés, et certains passages tournent à l'empilement de références. Le choix de laisser la pornographie de côté est compréhensible, mais celui de retirer du corpus les œuvres mêlant pornographie et violence (tel L'Empire des sens, La Pianiste ou In the cut) est extrêmement étrange. Certains réalisateurs sont complètement oubliés : Lars Von Trier, Brian de Palma, Shinya Tsukamoto, Roman Polanski, David Lynch, Andrzej Zulawski, d'autres réduits à un cliché comme Sam Peckinpah (misogyne) ou Takashi Miike (infatigable). Il n'est nulle part question d'Irréversible, d'Orange Mécanique, du cinéma d'Alan Clarke, du cinéma coréen, de The Great Exctasy of Ro-bert Carmichael, de Larry Clark (Ken park), de Possession. Un film comme Funny Games est évoqué une seule fois, sans pertinence, alors que comme Cannibal Holocaust, Caligula, Les Diables (Ken Russell), Massacre à la tronçonneuse, Antichrist, L'Exorciste, Cruising, il mériterait un chapitre à lui tout seul. Extrêmes ! s'intéresse davantage aux mécanismes moraux, à l'histoire de la censure, qu'aux films eux-mêmes, et se révèle donc frustrant pour le cinéphile (quant au côté moral, on est loin de la philo abordable de Dany Robert-Dufour, ne serait-ce que pour citer un auteur moderne — La Cité perverse : libéralisme et pornographie). Voilà un projet bancal, et en un mot inutile : la réflexion morale n'est pas assez poussée pour convaincre, l'analyse filmique est sans intérêt (cf. le passage sur Natural Born Killer) et les références ne sont pas assez nombreuses pour faire d'Extrême ! un ouvrage de références.

Thomas DAY
Première parution : 1/7/2012 dans Bifrost 67
Mise en ligne le : 5/12/2015


 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 66483 livres, 67152 photos de couvertures, 61334 quatrièmes.
8090 critiques, 36380 intervenant·e·s, 1463 photographies, 3690 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2019. Tous droits réservés.