Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
Le Crâne parfait de Lucien Bel

Jean-Philippe DEPOTTE



Illustration de Clément CHASSAGNARD

DENOËL (Paris, France)
Dépôt légal : avril 2012
486 pages, catégorie / prix : 22 €
ISBN : 978-2-207-11287-8   


 
    Critiques    
     Lucien Bel, jeune soldat en déroute depuis l’Alsace dans la débâcle de 1870, se replie dans le Paris de la Commune avec deux camarades de régiment. Suite à un face-à-face avec la garde nationale procommunarde, il est pris dans une bagarre et se réveille à l’hôpital entre les mains du professeur Delestre qui l’aurait opéré pour lui enlever une balle de la tête. L’étrange chirurgien, adepte de la physiognomonie, est persuadé que Lucien dispose d’un « crâne parfait » et que cela fait de lui un sujet idéal pour une expérience.

     Troisième roman de Jean-Philippe Depotte, le crâne parfait de Lucien Bel reprend le schéma des deux premiers : des personnages modestes traversent des évènements historiques sur lesquels se greffe une intrigue extraordinaire. Coté Histoire, le lecteur est gâté : une bonne partie du récit est consacrée à la Commune de Paris, depuis son déclenchement et l’exécution des généraux Leconte et Clément-Thomas jusqu’à sa fin lors de la semaine sanglante. La chronique de cette courte révolution vue de l’intérieur est une réussite. Cette période pourtant importante de l’Histoire est occultée en France : peu présente dans les programmes scolaires (qui a étudié la Commune de Paris en primaire ou secondaire ?), elle apparaît comme un passage un peu honteux de notre passé. Les lecteurs curieux pourront vérifier : si le roman colle à la réalité dans les grandes lignes, il fourmille de détails tout aussi véridiques (jusqu’à Jules Allix et ses escargots « dotés » de transmission instantanée d’informations). Loin d’une vision naïve ou didactique, l’auteur présente les aspects contradictoires de la Commune de Paris : l’idéalisme côtoie la violence, les tentatives d’émancipation se paient au prix fort, les ferments du communisme autoritaire apparaissent. Aspects renforcés par les contradictions personnelles de Lucien : alors qu'il se surnomme lui-même « le soldat qui ne tue pas », il est hanté par un meurtre qu'il commet dès les premières pages.

     Contrepoint du récit historique, l’intrigue sciencefictionnesque (contrairement aux autres œuvres de l’écrivain, Lucien Bel fleurte plus avec la SF qu’avec le fantastique) n’est que peu développée. L’expérience du professeur Delestre semble être une excuse pour fournir à Lucien une personnalité complexe plutôt que le développement central de l’histoire, son traitement pourra donc laisser sur sa faim le lecteur venu chercher un roman de SF ; le crâne parfait de Lucien Bel est avant tout un grand roman historique sur la Commune de Paris.

 

René-Marc DOLHEN
Première parution : 7/4/2012 nooSFere


 
     Paris, 1871. La Commune insurrectionnelle est proclamée dans l'effervescence et l'improvisation. Les Prussiens campent encore sous les murs de la capitale et déjà les partisans de la Sociale s'opposent à ceux de la république conservatrice. De quoi nourrir une guerre civile.
     Rappelé du front d'Alsace avec sa compagnie, Lucien Bel pénètre intra-muros afin de confisquer les canons entreposés à Montmartre, histoire de désarmer les communeux. Bien sûr, les événements ne se déroulent pas comme prévu. Contraints par la vindicte populaire à mettre la crosse en l'air, les soldats s'éparpillent dans les rues. Avec deux camarades, Lucien échoue dans un garni. Aux prises avec des insurgés, les choses tournent au vinaigre. On ne tarde pas à s'insulter, à se menacer, des coups de feu sont tirés et Lucien atteint à la tête. Lorsqu'il se réveille à l'hôpital, le jeune homme découvre trois plaques métalliques vissées sur son crâne...
     L'Histoire officielle rend rarement justice à la mémoire des vaincus. La Commune de Paris n'échappe pas à la règle. Marqueur idéologique fort et ultime épisode révolutionnaire du XIXe siècle, l'événement échappe pourtant à l'enseignement de l'Histoire. A vrai dire, il n'y a guère que la fiction pour tenter de lui rendre justice, pour essayer de restituer sa complexité et faire revivre son hors champ historique.
     Sur cet épisode littéralement dramatique, Lucien Bel apporte son témoignage, l'esprit dégagé des certitudes partisanes, comme habité par cette décence commune chère à George Orwell : celle des petites gens. S'il juge pathétique les gesticulations de cette commune improvisée dans la précipitation, sans plan d'ensemble ni tête, Lucien ne voue pas aux gémonies les motifs de la révolte populaire. Et s'il réprouve les violences commises par les insurgés, il condamne tout autant celles perpétrées par les bourgeois, les Versaillais, engoncés dans leurs préjugés et épouvantés par la colère d'un peuple qui de son côté les craint.
     De témoin, Lucien bascule progressivement du côté de l'action. Lui, ce soldat qui ne tue pas et théorise sur le meurtre, érigé en art au nom de la patrie et de la Commune, il cherche à élucider ce mystère qui n'en est plus un pour Jean-Baptiste Delestre. Pour le phrénologue, adepte de la physiognomonie, la forme détermine en effet la qualité de l'esprit, faisant de l'humain un saint ou un paria, un juste ou un criminel. Une théorie qu'il entend prouver en se servant de Lucien Bel comme cobaye. Manière pour lui de satisfaire son ambition tout en proposant au gouvernement un moyen de dompter l'impétuosité révolutionnaire de la population.
     Homme du peuple, fermement ancré dans son milieu, Lucien Bel finit par comprendre que l'homme n'est rien du point de vue du pays et de la politique. On tue pour obéir à une injonction, sous la pression des autres, ou pour éliminer des gens que l'on ne connaît pas. On tue pour effacer quelqu'un, ou quelque chose, de la réalité. Et de l'Histoire.
     Invitation à (re)découvrir la Commune de Paris et ses personnalités marquantes — Nadar, Eugène Pottier, Jules Allix, le fondateur de la légion des Amazones de la Seine, Gustave Courbet — Le Crâne parfait de Lucien Bel apparaît comme une réflexion troublante sur l'irréversibilité de la violence et l'échec d'une certaine idée de la révolution. Avec ce roman, Jean-Philippe Depotte confirme tout le bien que l'on pensait déjà de lui. Réjouissons-nous de cette lecture documentée et salutaire sur la Commune insurrectionnelle de Paris, dont le seul tort est d'avoir eu raison trop tôt.

Laurent LELEU
Première parution : 1/7/2012 dans Bifrost 67
Mise en ligne le : 5/12/2015


 
retour en haut de page
Dans la nooSFere : 64649 livres, 62828 photos de couvertures, 59337 quatrièmes.
8085 critiques, 35442 intervenant·e·s, 1416 photographies, 3682 Adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2019. Tous droits réservés.