Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Le Sang des 7 Rois - livre premier

Régis GODDYN

Cycle : Le Sang des 7 Rois  vol. 1 


Illustration de Yann TISSERON

L'ATALANTE (Nantes, France), coll. La Dentelle du Cygne
Dépôt légal : février 2013, Achevé d'imprimer : février 2013
Première édition
Roman, 416 pages, catégorie / prix : 6
ISBN : 978-2-84172-625-7
Format : 14,8 x 20,0 cm
Genre : Fantasy



Quatrième de couverture
25 juillet 806
Deuxième jour de traque. Depuis le départ du château,
la pluie n'a pas cessé de tomber. Je profite d'une roche
en surplomb pour abriter le journal et écrire ce premier
compte rendu. Arrivés sur les alpages, nous avons suivi
la crête pour trouver des indices. Rien ne nous avait
préparés à ce que nous avons trouvé là. Un autre
campement avait été édifié à cinquante pas à vol
d'oiseau du premier et tout indique qu'alors
que nous pensions notre retard
considérable, ses occupants
s'en étaient allés quelques
heures auparavant.
 
Entrez dans l’univers des 7 royaumes
où sévit l’inquisition, et découvrez
le secret de l’origine du sang bleu.
Un événement en fantasy française.
Un premier roman, un coup de maître.
Critiques

     Le Sang des 7 rois est le volet initial d’une saga de fantasy prévue en sept volumes. Un ambitieux projet pour un auteur dont c’est ici la première publication… et un pari qu’on affirmera d’emblée gagné tant, lorsqu’on ferme le présent roman, on ressent le besoin impérieux des bonnes grandes fresques auxquelles la fantasy nous a habitués : lire la suite.

     Le Sang des 7 rois se déroule sur un continent unique, de niveau technique médiéval relativement avancé, découpé en sept royaumes se faisant la guerre aussi régulièrement que mollement. Le commerce existe, malgré une topographie rendant les déplacements malaisés et longs. Le féodalisme est universel et tous les habitants partagent le même style de vie et une langue identique, ne se différenciant que par le noble auquel ils se rapportent.

     L’aventure commence dans un fief isolé dans les montagnes, quand deux enfants disparaissent mystérieusement, emportés par un véritable commando non violent ayant préparé son action depuis de longs mois et déployant une logistique apparemment disproportionnée au regard de leur butin : deux simples enfants de paysan.

     Ce rapt est en fait le signal d’un bouleversement profond dans l’équilibre du monde et, de facto, le point de départ de la saga. Le sergent d’armes du fief est envoyé par son maître à la poursuite des kidnappeurs avec l’ordre bizarre de ne surtout pas les rattraper. Au cours de cette poursuite marathon, notre héros malgré lui va, à la grande surprise du lecteur, se transformer radicalement, découvrir les origines du monde, des complots universels, des manipulations à l’échelle du continent, sans oublier d’acquérir des pouvoirs surhumains et même… devenir roi.

     Un résumé qui synthétise, pour le moins, les qualités centrales du livre : complexité de l’intrigue, profondeur du « background », rebondissements aussi étonnants que crédibles, et absence absolue de manichéisme. Ce dernier point confère d’ailleurs un aspect remarquablement adulte au monde, s’abstenant de le séparer en gentils et méchants, mais en le peuplant d’une foultitude de groupes et d’individus ayant avant tout des intérêts personnels, religieux ou nationaux.

     La richesse de l’intrigue est renforcée par sa clarté ; à aucun moment le lecteur n’est perdu dans des généalogies sans fins, des noms de personnages aussi abscons qu’incompréhensibles, des conspirations à doubles tiroirs. Du coup l’immersion se fait sans effort, et on suit avec délectation les révélations que le héros a sur le monde, ce qui procure un plaisir de lecture indéniable.

     Enfin, dernier élément positif, et pas des moindres : le niveau de langue. Ce roman ayant été écrit en français, aucune traduction n’est venue l’affadir ou en abaisser le niveau. Le lecteur francophone, habitué, voire perverti par la nullité des traductions de nombre d’ouvrages majeurs de fantasy, sera de fait étonné par cette langue claire, concise, au vocabulaire riche sans être précieux. Passé sa joie et sa surprise, il conspuera les traducteurs ayant massacrés, avec la complicité de leurs éditeurs, « Le Trône de fer », « L’Epée de vérité », sans oublier « Le Seigneur des anneaux », et regrettera qu’aucune pétition en ligne n’existe pour demander le rétablissement de la peine de mort pour les coupables de sabotage caractérisé d’œuvres qui les dépassent…

     En résumé un excellent premier tome pour ce qui s’annonce une heptalogie de grande qualité. Un bémol, toutefois : la platitude des noms de lieux qui manque sincèrement, pour le coup, de fantaisie. Appeler chacun des sept royaumes d’un simple numéro (premier royaume, deuxième royaume, etc.) est certes plus simple pour la lecture, mais enlève un peu de la magie au monde.

Mathias ROUSSEAU
Première parution : 1/7/2013 dans Bifrost 71
Mise en ligne le : 10/11/2022


     Le moins que l'on puisse dire, c'est que l'Atalante n'y va pas par quatre chemins sur la couverture : « Un événement en fantasy française. Un premier roman, un coup de maître ». Rien que ça ! Et un cadeau à double tranchant fait à l'auteur : bien sûr, si l'éditeur est dans le vrai, Régis Goddyn a tout à y gagner. Mais, s'il ne s'agit que d'un argument purement mercantile indépendant des qualités intrinsèques du roman, cela peut parfaitement nuire à son auteur, survendu.
     Mais revenons au commencement : que raconte Le Sang des 7 Rois ? Dans un monde de fantasy où cohabitent sept royaumes – qui, fait assez extraordinaire dans ce type de romans, ne portent pas de noms invraisemblables mais s'appellent simplement premier royaume, deuxième royaume, etc. - — deux enfants sont un jour enlevés à Hautterre. De fil en aiguille, on apprend que leur enlèvement est sans doute dû au sang qui coule dans leurs veines : ce sang des 7 Rois, qui au gré des mariages mais aussi des infidélités et adultères s'est répandu dans la population, confère des talents magiques à ceux qui en ont. Toutefois, une surveillance très stricte des «  possesseurs » de ce sang est effectuée, de façon à éviter que les pouvoirs magiques ne déferlent sur ce monde et ne mettent à mal l'équilibre des Sept Royaumes. L'histoire va essentiellement s'attacher à suivre les pas du capitaine-ambassadeur Orville, mandaté pour retrouver les deux enfants kidnappés, et dont la trajectoire, après une longue traque, prendra un tour inattendu quand il atterrira dans une prison eu milieu de nulle part...
     Ce premier roman est avant tout une mise en bouche pour un cycle qui s'étendra sur sept volumes (entreprise d'envergure peu commune pour un auteur débutant, donc). Si l'action est déjà présente, Goddyn prend le temps de nous expliquer son monde, l'histoire et les légendes attachées à ces fameuses dispositions magiques liées au sang bleu des sept rois. D'où un début de roman parfois un peu indigeste, où l'on nous expose à plusieurs reprises les tenants et les aboutissants des différentes camps qui vont s'affronter. Sans doute tout cela aurait-il gagné à être un peu mieux saupoudré au fil des pages et au gré des événements qui rythment l'intrigue ; mais, soyons honnête, cela ne concerne que les premières dizaines de pages. Ensuite, la course-poursuite du capitaine Orville s'engage, et le récit devient alors extrêmement efficace, un vrai roman d'aventures où les personnages sont particulièrement bien travaillés, le monde, à défaut d'être original, crédible, et les rebondissements permanents... jusqu'à cette fameuse rupture, qui emmène le livre sur d'autres rives, plus originales, et dont on ne dira rien si ce n'est qu'elles présagent du meilleur pour la suite. Le style est plutôt élégant, même si parfois un peu trop descriptif, et la maîtrise de l'auteur est d'ores et déjà impressionnante : on a en permanence l'impression que Goddyn sait exactement où il veut aller, et nous fait partager sa passion pour cet univers, dont on imagine que l'auteur l'a énormément travaillé avant d'écrire la première ligne de ce roman. Du coup, une fois ce livre commencé, difficile de le lâcher avant la dernière page.
     Régis Goddyn le dit dans un extrait d'interview présent sur le rabat de la jaquette : c'est en prenant quotidiennement le train sur de longues durées qu'il a découvert la fantasy, et il cite George R.R. Martin en premier. Rien donc de bien étonnant à ce que le Trône de fer infuse les pages du Sang des 7 Rois : on y sent clairement son influence, notamment dans la première partie du roman, lorsqu'y sont décrites les relations entre les différents royaumes et les peuples de ce monde. En guise de clin d’œil, on fera également remarquer que le Sang des 7 Rois s'étendra au final sur... sept volumes, tout comme le Trône de fer. Il y a bien pire influence ; mais, à trop vouloir s'inspirer d'un chef-d’œuvre, Goddyn ne risquait-il pas d'avoir vu trop grand, trop ambitieux ? Bien évidemment, on ne peut attendre d'un auteur dont il s'agit du premier roman, de se hisser à la hauteur de Martin, aussi cette entame de cycle un brin chaotique n'est en rien rédhibitoire. Et, au final, ce tome inaugural se révèle un réel plaisir de lecture pour les raisons évoquées plus haut ; pas encore à la hauteur de Martin, mais déjà à un niveau surprenant et prometteur pour un premier roman. On ne parlera pas encore de coup de maître, il est bien trop tôt – nous n'en sommes qu'au premier des sept romans de la saga --, mais on admettra bien volontiers qu'il s'agit d'un événement, car des projets de fantasy de cette ambition-là sont assez rares sous la plume d'auteurs français. On suivra ainsi avec le plus vif intérêt la suite de cette saga qui démarre sous les meilleurs auspices.

Bruno PARA (lui écrire)
Première parution : 17/3/2013 nooSFere

retour en haut de page

Dans la nooSFere : 78608 livres, 90580 photos de couvertures, 74573 quatrièmes.
8864 critiques, 42715 intervenant·e·s, 1658 photographies, 3770 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres et ne publions pas de textes.
Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2022. Tous droits réservés.