Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Le Dictionnaire du Diable, articles inédits

Ambrose BIERCE

Titre original : The Devil's Dictionary, previously uncollected, unpublished and alternative entries, 1967
Première parution : Angleterre, Londres : Victor Gollancz, dans The Enlarged Devil's Dictionary, 1967
Traduction de Alain BLANC
Illustration de David LOZACH

VOIX D'ENCRE
Dépôt légal : octobre 1999
Première édition
Essai, 88 pages, catégorie / prix : nd
ISBN : 2-910957-35-7
Genre : Fantastique



Quatrième de couverture
     JACQUES PAPY Dans cette série de définitions corrosives, Bierce n'épargne rien ni personne. Animé par une misanthropie féroce, il manie avec une ardeur vengeresse le fouet de la satire et flagelle systématiquement la politique, la religion, la philosophie, l'armée, les lettres et les arts, en un mot les diverses institutions dont l'homme se montre si fier. Partout où il décèle le mensonge, la cruauté, l'égoïsme, l'hypocrisie, la bêtise, il frappe à coups redoublés en grimaçant un sourire sans joie.

     JEAN COCTEAU Mon cher Jacques Papy, j'ai connu par vous des livres qui ouvrent des portes sur ce qu'on a coutume d'appeler le vide et qui est, hélas ! à l'inverse, plein de monstres ; et le pessimisme, l'amertume terrible de Bierce, de Lovecraft, l'expliquent. Dans Le Dictionnaire du Diable il y a autre chose : ce rire noir qu'on baptise humour noir, sorte de dandysme de l'épouvante. N'a-t-on pas surnommé notre nihiliste : « Bitter Bierce ? » Vous savez quelle pente au noir j'ai, à combien de luttes cela m'oblige. C'est égal, je fouille ma plaie en lisant ce Dictionnaire d'un intellectuel (le Diable) dont l'intelligence, sans que Bierce le veuille, ressemble curieusement à la bêtise admirable que j'accorde aux poètes et que Luther prête à Dieu.

     JACQUES STERNBERG On aurait pu supposer que Bierce serait « repêché », comme tant d'autres grands oubliés, par André Breton qui aurait dû normalement épingler cet auteur nocturne dans sa célèbre Anthologie de l'humour noir. Et puis non, fatalité ou malencontreux hasard, Bierce n'y figure point... De même que le Journal de Kafka évite admirablement le quotidien pour sonder la métaphysique, Le Dictionnaire de Bierce évite toute plaisanterie pour verser dans la satire, la flagellation, le nihilisme et la cruauté mentale. Dictionnaire d'humeur et d'humour, c'est avant tout une œuvre concertée, pensée et brillamment exprimée... par un virtuose de la destruction, un écrivain sans foi ni loi qui demeure probablement, avec Mark Twain, le plus moderne de tous les auteurs américains du siècle passé.

     ERNEST J. HOPKINS L'homme n'a fait que rire de la vie, des gens, des coutumes et des institutions admises comme aucun écrivain américain ne l'avait fait auparavant ou ne l'a refait depuis.

     J'étais le disciple du diable, sauf qu'en réalité je n'aurais même pas accepté le diable comme maître. Dieu, encore moins, que j'ai diffamé par quelque chose de pire que le blasphème : en jetant la malédiction sur tout ce qu'il a créé... j'étais une sorte d'ange exterminateur, voyez-vous.
     Tels sont les propos que CARLOS FUENTES prête à AMBROSE BIERCE, dans le roman qu'il lui a consacré, Le vieux gringo (Gallimard, 1986).
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 74751 livres, 83839 photos de couvertures, 70436 quatrièmes.
8538 critiques, 40611 intervenant·e·s, 1575 photographies, 3739 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres et ne publions pas de textes.
Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2021. Tous droits réservés.