Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
Le Chevalier rouge

Miles CAMERON

Titre original : The Red Knight, 2012

Cycle : Renégat vol.

Traduction de Caroline NICOLAS
Illustration de Didier GRAFFET

BRAGELONNE (Paris, France) n° (429)
Dépôt légal : août 2013
840 pages, catégorie / prix : 25 €
ISBN : 978-2-35294-660-1   



    Quatrième de couverture    
     « Le récit cru et réaliste d'une guerre sanglante dans un univers de Fantasy, doté de la profondeur et de la complexité d'un monde de monstres et de mage à la G.R.R. Martin. » Eternal Knight *****

     « Les amateurs d'aventures épiques vont adorer. » Publishers Weekly *****

     Pour diriger une bande de mercenaires sans foi ni loi, mieux vaut réunir les atouts de la naissance, d’une adresse certaine à l’épée et d’une chance diabolique.
     Le Chevalier rouge a les trois, la jeunesse en plus, et il sait déjà en tirer profit.
     De retour en Alba après une campagne militaire lointaine, ses mercenaires sont recrutés pour défendre un couvent fortifié ayant fait l’objet de raids sanguinaires.
     Mais comme le Chevalier et ses hommes vont le découvrir sans tarder, ce contrat implique des pièges insoupçonnés, les entraînant de batailles en traquenards à l’orée d’une véritable guerre... dans laquelle le Chevalier lui-même a bien plus à perdre que prévu. Car celui qui envoie les créatures du Monde Sauvage décimer les humains pourrait bien connaître son secret le plus sombre...

     Diplômé d'histoire médiévale, ancien militaire, Miles Cameron a fait de sa passion de l'écriture son métier. Il vit aujourd'hui au Canada avec sa famille, et écrit également des romans historiques sous un autre nom, quand il n'organise pas des reconstitutions médiévales d'envergure dans les monts Adirondacks.
 
    Critiques    

Le Chevalier rouge constituait l’une des sorties fantasy 2013 à surveiller selon un certain nombre d’observateurs.

Sauf que des premiers romans soi-disant incroyables, renversants, mais se révélant en définitive décevants, on en a tout de même vu défiler beaucoup au fil des ans. En cherchant un peu, on apprend bien vite que Miles Cameron s’est déjà distingué dans le domaine du roman historique sous un autre nom. De quoi nous rassurer en partie ?

A voir…

Il suffit en tout cas de quelques chapitres pour se rendre compte que l’auteur, peu importe son nom, se range dans la mouvance d’une fantasy sombre et volontiers brutale. On pourrait presque parler de réalisme, en songeant par exemple aux scènes de batailles (nombreuses), gérées avec allant. Cameron ne s’embarrasse pas de fioritures, et si son écriture est relativement banale, elle a au moins le mérite d’aller droit au but. L’auteur joue davantage, de toute évidence, la carte des dialogues, qui s’avèrent percutants et non dénués d’un certain humour… noir, bien entendu.

Comme souvent désormais dans le registre de la fantasy épique, Cameron a fait le choix de multiplier les points de vue. C’est sans doute là l’une des faiblesses du roman, car fatalement, serait-on tenté de dire, tous les personnages ayant droit à ce « privilège » ne provoquent pas le même intérêt chez le lecteur. Le plus souvent, après avoir initialement piqué notre curiosité, on se détourne lentement d’eux au fil des pages, ce qui n’est jamais bon signe.

Dans le registre des regrets, on pourra également citer une première moitié de roman un peu lente dans son déroulement, en particulier les premiers chapitres, verbeux. Néanmoins, une fois entré dans l’histoire et assimilé tous ses parallèles avec le mythe arthurien — eh oui, nous y revoilà, mais attendez, l’auteur a choisi d’adopter un vrai point de vue, une véritable approche personnelle pour contourner le poids de la légende plutôt que de l’affronter bille en tête —, il s’avère difficile de ne pas aller au bout.

Miles Cameron laisse traîner suffisamment d’indices et planer assez de mystères autour de son univers pour donner envie au lecteur de s’investir plus avant dans ses personnages (quand bien même ils se révèlent un peu falots, on l’a dit), et dans une intrigue plus complexe qu’il n’y paraît.

Avec son atmosphère rappelant « La Compagnie noire », voire certains écrits de David Gemmell, son sens de la mise en scène et cette dimension historique à même d’éveiller l’intérêt de celles et ceux qui en auraient assez d’une fantasy trop « fantaisiste » à leur goût, ce Chevalier ne manque pas d’atouts.

Le meilleur premier tome croisé depuis longtemps ? Pas forcément, non. Mais un ouvrage solidement bâti.


Emmanuel CHASTELLIÈRE
Première parution : 1/10/2013 dans Bifrost 72
Mise en ligne le : 3/2/2019


 
retour en haut de page
Dans la nooSFere : 65115 livres, 63755 photos de couvertures, 59833 quatrièmes.
8086 critiques, 35699 intervenant·e·s, 1419 photographies, 3684 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2019. Tous droits réservés.