Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
L'Homme le plus doué du monde

Edward Page MITCHELL

Titre original : The Ablest Man in the World, 1879
Traduction de Jean-Noël LAFARGUE

FRANCISCOPOLIS
Dépôt légal : novembre 2013
Réédition en volume indépendant
Nouvelle, 96 pages, catégorie / prix : 9 €
ISBN : 978-2-9544208-3-7
Format : 11,0 x 17,5 cm
Genre : Science-Fiction



Quatrième de couverture
     Dans le dernier quart du XIXe siècle, Edward Page Mitchell a publié des nouvelles de science-fiction aux thèmes complètement inédits à l'époque : voyage dans le temps, publication transmise à distance, invisibilité,... Ses récits, publiés dans le très important quotidien The Sun, de New York, n'étaient pas signés et étaient publiés parmi les dépêches d'actualité, sans avertissement particulier. Il a fallu près d'un siècle pour que cette œuvre soit découverte, mais il n'est pas impossible qu'elle ait indirectement influencé des contemporains tels que Herbert George Wells, qui a repris plusieurs thèmes de Page Mitchell quelques années après lui.
 
     La nouvelle L'Homme le plus doué du Monde, dont nous offrons ici la première traduction française imprimée, invente rien moins que l'ordinateur, l'intelligence artificielle et le cyborg, racontée par un américain en visite dans l'Europe de la Belle-époque.
Critiques

            En 1874, alors que Babbage est déjà mort avant de pouvoir donner vie à sa machine à différences, Edward Page Mitchell imagine ce qui sera le premier cyborg de la littérature dans « L’Homme le plus doué du monde ». Cet auteur écrira aussi sur une machine à voyager dans le temps (« The Clock That Went Backward », 1881), et sur un homme invisible (« The Cristal Man », 1881 également) avant même que Wells ne rende populaire les deux. Inutile donc de souligner à quel point nous sommes en présence d’un visionnaire.

            Tout commence à Baden, lieu de villégiature visité par Fisher, un ami du narrateur. Suite à un malentendu, on prend celui-ci pour un médecin et on le mène auprès d’un baron russe qui éveillera sa curiosité… Et c’est déjà là qu’il faut arrêter la description de cette courte nouvelle dont il reste peu à découvrir quand on nous annonce d’emblée qu’il y sera question d’intelligence artificielle.

            Pour tout dire, ce récit met quelque temps à démarrer et peine à captiver l’attention du lecteur, même si sa brièveté permet de ne pas trop lui tenir rigueur de son aridité. Cependant, ce n’est pas pour ses qualités littéraires qu’il nous intéressera, mais bien pour son rôle dans la construction des thématiques de base de la science-fiction ; d’où le caractère assez indispensable de sa lecture pour le curieux souhaitant revenir aux sources de la figure de l’homme-machine et des préoccupations philosophiques que son existence peut poser.

            Toutefois, la dimension fondatrice du texte qu’il propose n’est pas le seul atout de ce tout petit livre particulièrement soigné. Sous une couverture veloutée se cachent également un portfolio de photos en rapport avec le thème de la nouvelle, ainsi qu’une postface rédigée par le traducteur, Jean-Noël Lafargue. Dommage qu’une attention similaire n’ait pas été portée au texte même, qui comporte un peu trop de coquilles pour qu’on puisse passer dessus sans ciller…

            Au final, voici un récit certes moyen mais précurseur, et, de ce fait, assurément fréquentable pour qui s’intéresse à l’histoire de la science-fiction.

Sophie CORRADINI
Première parution : 1/4/2014 dans Bifrost 74
Mise en ligne le : 10/11/2022

retour en haut de page

Dans la nooSFere : 78608 livres, 90580 photos de couvertures, 74573 quatrièmes.
8864 critiques, 42715 intervenant·e·s, 1658 photographies, 3770 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres et ne publions pas de textes.
Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2022. Tous droits réservés.