Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Edge Of Tomorrow / All You Need is Kill

SAKURAZAKA Hiroshi

Titre original : Edge Of Tomorrow / All You Need is Kill



KAZÉ
Dépôt légal : mai 2014
Première édition
Roman
ISBN : 978-2-82031-700-1   



    Quatrième de couverture    
     VIVRE...
     MOURIR...
     RECOMMENCER...

     Il y a des cauchemars dont tu ne peux pas te réveiller, quels que soient les efforts que tu fasses. Moi, j’étais prisonnier d’un cauchemar, et peu importe le nombre de fois où je me réveillais, j’étais toujours piégé à l’intérieur. Savoir que j’étais pris dans une boucle, une boucle temporelle dont je ne pourrais plus sortir, était pire que tout. (...)
     Aucune importance si je gardais tout ça pour moi, si personne ne me croyait jamais. Ça n’en était pas moins vrai. (...) La douleur qui te traverse le corps comme un éclair, les jambes si lourdes qu’il te semble qu’on les a remplacées par des sacs de sable, la terreur si intense qu’elle te serre le cœur – tout ça ne sortait ni de mon imagination ni d’un rêve. Je ne savais pas exactement comment, mais j’avais été tué. Deux fois. Aucun doute possible.

     Un roman de science-fiction époustouflant signé Hiroshi Sakurazaka et porté au grand écran par Doug Liman (La Mémoire dans la Peau, Mr. & Mrs. Smith) avec Tom Cruise (la saga Mission : Impossible, Collateral, Jerry Maguire), acteur cité à l’Oscar, et Emily Blunt (Looper, L’Agence) dans les rôles titres !

    Prix obtenus    
ActuSF de l'Uchronie, prix spécial, 2014

    Adaptations (cinéma, télévision, BD, théâtre, radio, jeu vidéo, ....)    
Edge of Tomorrow , 2014, Doug Liman
 
    Critiques    

            Ce court roman japonais a pour titre original All you need is kill, mais reprend pour son édition française – dans la grande tradition de Blade Runner – le titre de son adaptation cinématographique. Oublions à la lecture l’affiche qui sert de couverture, parce que le personnage principal n’est plus tout à fait le même que dans le film. Le soldat de première classe Keiji Kiriya doit livrer son premier combat contre les Mimics, ces extraterrestres en passe de réussir leur lente colonisation de la Terre. Sans aucune expérience, terrorisé, il parvient tout de même à en tuer un avant de mourir. À sa grande surprise, il se réveille la veille, prêt à vivre une fois de plus la journée de brimades qui précède la bataille. Tout peut alors recommencer, jusqu’à sa mort, encore et encore. Bien sûr, nous pensons à Starship Troopers, à La Guerre éternelle et à Un jour sans fin. Ce serait une erreur de s’arrêter à ces références. Comme l’explique la postface de l’auteur, et nous n’en dirons pas plus, c’est plutôt du côté des jeux vidéo qu’il faut porter son attention, avec le principe des vies consommées par les joueurs pour acquérir les compétences et automatismes nécessaires pour terminer un niveau.

            Tel est ce que veut accomplir Keiji : devenir un meilleur soldat, peut-être aussi bon que l’Américaine Rita Vrataski (la Full Metal Bitch !), et sortir enfin de cette boucle temporelle infernale. Pour cela, il doit comprendre le fonctionnement de la boucle, ses règles et contraintes. Le tout avec beaucoup de sang, de souffrances et de destructions. L’intérêt du roman vient en grande partie du point de vue interne adopté. Tout d’abord, le jeune Keiji devient progressivement une machine à tuer, perdant des bribes de son humanité sans qu’il s’en rende compte à mesure que les jours se répètent et que ceux qui l’entourent meurent sans cesse. Ensuite, le roman suivra le point de vue d’un autre personnage, permettant de raconter de nouveau des scènes antérieures, parfois à plusieurs reprises, boucle temporelle oblige. Le tout bien évidemment sur un rythme trépidant. La brièveté du texte est pleinement exploitée afin d’en condenser systématiquement tous les effets. L’action est vive et violente, les interactions entre les personnages limitées, pour tendre vers une efficacité du récit acérée comme une lame, jusqu’à une fin particulièrement satisfaisante.

            Si on peut regretter que l’édition française n’offre pas les illustrations de l’édition japonaise, il est possible de se prendre au jeu des variantes et variations en explorant les deux tomes du manga dessiné par Takeshi Obata et scénarisé par Ryosuke Takeuchi (édités également en français chez Kazé), plus expressif dans son traitement de l’histoire, et du – remarquable – film de Doug Liman, avec Tom Cruise. Les choix de transpositions, les trahisons comme les améliorations, permettent de s’interroger avec plaisir sur le travail même de l’adaptation, permettant de pousser plus avant la lecture.


Étienne BARILLIER
Première parution : 1/10/2014 dans Bifrost 76
Mise en ligne le : 20/4/2020


 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 70938 livres, 81358 photos de couvertures, 66133 quatrièmes.
8470 critiques, 38104 intervenant·e·s, 1487 photographies, 3724 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2020. Tous droits réservés.