Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Finir en beauté

Christophe LANGLOIS



Illustration de Nicolas ÉTIENNE

L'ARBRE VENGEUR
Dépôt légal : 3ème trimestre 2014
Première édition
Recueil de nouvelles, 304 pages, catégorie / prix : 15 €
ISBN : 979-10-91504-16-4
Format : 11,5 x 16,7 cm  



    Quatrième de couverture    
     Des bustes qui envahissent le monde, un concours international de sommeil, une star de cinéma qui envoûte son public, une faim dévorante qui menace les liens les plus solides, une classe de lycée habitée par une intense ferveur, les Enfers menaçant d'organiser la plus grande grève d'aiguilleurs du Ciel de tous les temps, un réseau social à l'œil pour les amateurs de jolies filles...
     Comment tout cela finira-t-il ?
     Éternelle question.
     Certaines rencontres, le hasard, une saveur revenue de l'enfance, ne cessent de nous hanter par leur inquiétante beauté. Comme si l'extraordinaire nous ouvrait les yeux.
     Avec la nouvelle, Christophe Langlois a trouvé un genre à la mesure de son imaginaire. Il y déploie une langue précise qui se nourrit de fantastique pour mieux nous émerveiller. Dans ce domaine délaissé par les écrivains français mais redécouvert par les lecteurs, il impose un univers où réel et irréel se conjuguent sans se craindre.
     Salué par un prix prestigieux, Boire la tasse, son premier recueil, a reçu un très bel accueil. Avec Finir en beauté il confirme sa place, une des premières.

    Sommaire    
1 - La Crampe de Kornfeld, pages 7 à 30, nouvelle
2 - L'Arbre d'Horace, pages 31 à 49, nouvelle
3 - Aiguilleurs du ciel, pages 51 à 64, nouvelle
4 - Le Fonds W, pages 65 à 83, nouvelle
5 - Genius, pages 85 à 107, nouvelle
6 - La Confrérie de Sabrina, pages 109 à 121, nouvelle
7 - Les Larmes de Lincoln, pages 123 à 150, nouvelle
8 - Interface, pages 151 à 168, nouvelle
9 - Le Mal Joli, pages 169 à 181, nouvelle
10 - Dernier cri, pages 183 à 193, nouvelle
11 - Manège, pages 195 à 213, nouvelle
12 - Festin à Münster, pages 215 à 230, nouvelle
13 - Les Bustes, pages 231 à 248, nouvelle
14 - Le Grand sommeil, pages 249 à 283, nouvelle
15 - La Vague de Kanagawa, pages 285 à 298, nouvelle
 
    Critiques    

            Christophe Langlois s’était révélé avec un recueil paru en 2011 aux éditions de l’Arbre Vengeur, Boire la tasse, qui lui avait valu une réception critique unanime (cf. chronique dans Bifrost 66 en ce qui nous concerne), et le Grand Prix de l’Imaginaire catégorie nouvelles francophones. Trois ans après, il revient avec un deuxième recueil, Finir en beauté, le titre étant une manière d’hommage à l’art de la nouvelle, dont la fin se doit d’être réussie pour que le texte prenne tout son sens. Sensiblement plus épais que son prédécesseur, Finir en beauté nous présente quinze nouvelles d’inspiration très variée, mais toujours liées par un style élégant, précis, que l’on sent extrêmement travaillé sans qu’il en devienne ampoulé. Autre point commun : une citation mise en exergue au début de chaque texte, sans doute inspiratrice de la nouvelle qui suit, et qu’il est conseillé de relire une fois celle-ci terminée pour savourer un peu plus.

            Comme dans Boire la tasse, difficile ici de dégager des thématiques communes des textes rassemblées ici, tant les sujets traités sont hétérogènes : on y trouve pêle-mêle une apocalypse liée à la soudaine perte de valeur nutritive des aliments ; une bien curieuse collection de tableaux, pourtant somptueux, que tout acheteur potentiel renonce à acquérir après les avoir vus ; une statue d’Abraham Lincoln à qui il faut lire la Constitution américaine sous peine de dérapage de la situation ; un texte satirique sur les réseaux sociaux qui déconnectent de la vie réelle, au mépris de tout danger ; la vraie histoire des bustes que l’on trouve dans les musées et qui, jadis, vivaient ; un pays ayant érigé le sommeil en but ultime de l’existence ; ou encore le secret de l’inspiration d’Horace Walpole, auteur du Château d’Otrante. Les nouvelles explorent ainsi de nombreuses pistes fantastiques, parfois pour mieux révéler le monde qui nous entoure, parfois comme de simples rêveries, tragiques ou comiques, qui nous emmènent sur des chemins ignorés. Cette variété dans l’inspiration est un des bonheurs de ce recueil : il évite au lecteur de s’installer dans un rythme convenu et attendu. Christophe Langlois avoue d’ailleurs ne pas avoir cherché à construire son livre et invite les lecteurs à découvrir les différentes nouvelles dans l’ordre qu’ils souhaitent, sans nécessairement suivre celui du recueil, purement arbitraire. Procéder ainsi amplifie encore un peu le phénomène de pertes de repères : on ne sait jamais où l’auteur va nous emmener, constat intéressant, puisque ce sentiment d’incertitude est au cœur même de la démarche de l’œuvre fantastique, à laquelle l’auteur apporte ainsi ici la meilleure des réponses.

            Brillants, émouvants, variés, drolatiques, fantastiques, indescriptibles : les qualificatifs ne manquent pas pour décrire ces textes ciselés comme de vrais travaux d’orfèvrerie. Bref, Christophe Langlois, qui confirme ici le talent qu’on lui prêtait à la sortie de Boire la tasse, a su finir en beauté ses nouvelles, sans oublier que réussir la conclusion d’un texte n’a d’intérêt que si ce qui précède est du même tonneau.


Bruno PARA (lui écrire)
Première parution : 1/10/2014 dans Bifrost 76
Mise en ligne le : 19/4/2020


 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 70938 livres, 81358 photos de couvertures, 66133 quatrièmes.
8470 critiques, 38104 intervenant·e·s, 1487 photographies, 3724 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2020. Tous droits réservés.