Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
La Fleur de verre

George R. R. MARTIN


Traduction de Pierre-Paul DURASTANTI & Éric HOLSTEIN & Jacques SCHMITT
Illustration de Henrik SAHLSTROM

ActuSF , coll. Perles d'Épice
Dépôt légal : septembre 2014
Première édition
Recueil de nouvelles, 320 pages, catégorie / prix : 19 €
ISBN : 978-2-917689-69-1
Format : 14,0 x 20,0 cm  
Genre : Imaginaire



    Quatrième de couverture    
     Un mystérieux artefact qui permet de changer de corps... au prix d’un sacrifice terrible.
     Une étrange auberge où l’on croise de curieux voyageurs... mais où personne n’est ce qu’il prétend être.
     Des enlèvements inexpliqués...
     Une ancienne petite amie un peu trop envahissante...
     Une lutte entre le Bien et le Mal digne des meilleurs pulps des années 1950...

     Les nouvelles de George R. R. Martin sont autant de redoutables récits à l’écriture implacable, où se côtoient horreur, fantastique et science-fiction.
     Célèbre grâce à sa série au long cours Le Trône de fer (Game of Thrones), il excelle également dans le format court. Avec La Fleur de verre, cinquième titre de l’auteur aux éditions Actusf, découvrez l’autre facette de ce conteur hors pair.

     Contient « Le Régime du singe », prix Locus.

    Sommaire    
1 - Jérôme VINCENT, Note de l'éditeur, pages 9 à 12, notes
2 - Fleur de verre (The Glass Flower), pages 15 à 88, nouvelle, trad. Éric HOLSTEIN
3 - Une Nuit au Chalet du Lac (A Night at the Tarn House), pages 91 à 148, nouvelle, trad. Éric HOLSTEIN
4 - Cette bonne vieille Mélodie (Remembering Melody), pages 151 à 181, nouvelle, trad. Éric HOLSTEIN
5 - Le Régime du singe (The Monkey Treatment), pages 183 à 225, nouvelle, trad. Pierre-Paul DURASTANTI
6 - Les Hommes aux aiguilles (The Needle Men), pages 227 à 259, nouvelle, trad. Jacques SCHMITT
7 - Y a que les gosses qui ont peur du noir (Only Kids Are Afraid of the Dark), pages 261 à 285, nouvelle, trad. Éric HOLSTEIN
8 - On ferme ! (Closing Time), pages 287 à 306, nouvelle, trad. Éric HOLSTEIN
9 - (non mentionné), Interview, pages 309 à 315, entretien avec George R. R. MARTIN

    Prix obtenus    
Le Régime du singe : Locus, novelette, 1984
 
    Critiques    

            Voici donc le cinquième ouvrage et le troisième recueil de George R. R. Martin chez ActuSF. Point ne sert de se voiler la face : il faut bien admettre que ses meilleurs textes ont été traduits depuis longtemps, même si ce qui reste est encore très acceptable.

            Pourtant, ça commence franchement mal avec « La Fleur de verre », novella qui occupe un quart du volume (aïe) et qui est beaucoup trop longue bien qu’elle date de 1986, époque où l’auteur avait déjà donné nombre de chefs-d’œuvre. ActuSF ne fournit pas d’indication bibliographique, aussi ne sait-on pas quel fut le parcours du récit avant qu’il ne trouve preneur. Ce texte s’inscrit dans l’univers de space opera que Martin a créé pour L’Agonie de la lumière (J’ai Lu) et plusieurs autres nouvelles, souvent remarquables. Ici, Martin nous entraine hors de l’espace humain, sur Croan’dhenni, où Cyrain propose un jeu de vie et de mort à l’aide d’un très ancien artefact qui permet la transmigration d’un esprit dans un autre corps à conquérir de haute lutte. Certains jouent contraints et forcés, d’autres paient des fortunes pour ça. Sa rencontre avec l’immortel cyborg Kleronomas ne sera pas sans conséquences… Martin aime les personnages et il revient sur le passé de l’un et de l’autre longuement, beaucoup trop longuement.

            Bien plus récent puisque daté de 2009, « Une nuit au chalet du lac » est un hommage à Jack Vance et au monde de la « Terre Mourante ». C’est aussi une des rares incursions que Martin s’autorise encore dans la forme (relativement) courte, tout occupé qu’il est par « Le Trône de Fer ». Ce texte, qui occupe un autre quart du volume, constitue lui aussi une variation sur le thème de la transmigration. En dépit de sa longueur, Martin y cultive l’art de la chute et un certain humour qui va de pair – un humour un peu sombre, faut-il le préciser. C’est un texte agréable mais certainement pas un chef-d’œuvre !

            Nettement plus court, « Cette bonne vieille Mélodie » ressemble longtemps à un texte de littérature générale. Quatre étudiants partageant un appartement nouent un pacte d’entraide à jamais un soir de cuite, et puis la vie les sépare, chacun vivant la sienne et faisant carrière… Sauf Mélodie ! Véritable musée à emmerdes qui ne cesse de se rappeler aux bons soins de ses ex-colocataires. La plaie, quoi ! Une nouvelle qui finira par basculer dans l’horreur et qui s’avère une réussite.

            Lauréat du prix Locus, « Le Régime du singe », que l’on avait pu lire dans Bifrost voici deux ans (n° 67), est un exemple tout à fait remarquable d’horreur sociale. Martin est lui-même assez corpulent, et l’on peut penser que cette situation lui a inspiré au moins deux textes très forts, pour ne pas dire exceptionnels : celui-ci et « L’Homme en forme de poire », également publié dans Bifrost (n ° 33) et tout autant repris par ActuSF (dans le recueil Dragon de glace). Son talent s’y exprime à pleine puissance et il sait comme peu vous remuer les tripes. Sans conteste le meilleur morceau de ce recueil, et l’occasion d’un rattrapage pour ceux qui l’ont manqué dans Bifrost.

            Traduit dans Fiction voici plus de trente ans, « L’Homme aux aiguilles », inspiré d’une légende urbaine, trouve aujourd’hui une nouvelle jeunesse. Ce récit ne déparerait aucune anthologie de polar contemporain, où le crime se pavane très volontiers revêtu des sombres atours de l’horrible. On saura en apprécier toute l’amère saveur.

            Texte d’un tout jeune Martin, datant de 1967, « Y a que les gosses qui ont peur du noir » croise thématique lovecraftienne et super-héros de comics. Il s’agit vraiment d’un récit de jeunesse perclus de défauts, et on aurait beaucoup gagné à une notice bibliographique expliquant le contexte de sa rédaction. Si la nouvelle n’est pas en soi d’un grand intérêt propre, elle montre cependant que Martin s’intéressait déjà aux thèmes des « Wild Cards » dont le premier tome vient de sortir chez J’ai Lu. On peut appeler ça avoir de la suite dans les idées…

            « On ferme », pochade sheckleyenne à l’humour ravageur, clôt le recueil sur un grand éclat de rire.

            Plusieurs textes valent ici encore le détour, et Martin a suffisamment de talent pour que même ses fonds de tiroir présentent autant – voire davantage – d’intérêt que les textes de bien d’autres. Nulle déception au final, donc, car on sait à quoi s’attendre. Mais La Fleur de verre ne sera certainement pas une priorité. Un tel recueil ne concerne désormais plus que le fan de l’auteur. Le fan hardcore…


Jean-Pierre LION
Première parution : 1/1/2015 dans Bifrost 77
Mise en ligne le : 3/5/2020


 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 70856 livres, 81143 photos de couvertures, 66038 quatrièmes.
8469 critiques, 38060 intervenant·e·s, 1487 photographies, 3724 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2020. Tous droits réservés.