Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
In cloud we trust

Frédéric DELMEULLE




MNÉMOS
Dépôt légal : mars 2015
Première édition
Roman, 272 pages, catégorie / prix : 19 €
ISBN : 978-2-35408-297-0   



    Quatrième de couverture    
     Vous aimez vibrer devant un écran et sur NoLife ?
     Vous êtes déjà has been.
     Car l’industrie du jeu virtuel explose et avec elle, la course à l’extraordinaire. Exit les parcs à thème et les jeux vidéo ! Les joueurs se pressent dans des décors grandeur nature où ils rejouent en immersion totale la mort du général Custer ou la poursuite de Moby Dick.
     Mais lorsque des joueurs disparaissent, comme rayés du scénario, les autorités de contrôle s’alarment. Défaut technique ? Mauvaise blague ? Attentat ? Les consommateurs sont sur les nerfs, et la psychose monte d’un cran lorsque les disparitions se multiplient.
     Confrontée à une crise sans précédent, la Major américaine du Gaming virtuel décide de contre-attaquer en tirant profit de la confusion générale : geeks, bandits, maris infidèles, dépressifs et opportunistes s’enrôlent alors pour le grand saut de leur vie...
     In cloud we trust n’est pas le récit d’une bande de geeks futuristes. C’est une percée dans la société de loisir de demain, portée par une écriture cinématographique et exaltante (grisante/électrisante). Avec ce roman, Frédéric Delmeulle donne des nouvelles du présent, mais surtout le vertige, celui qui colle dans le dos et fait naître des « et si » au coin des lèvres.

     Frédéric Delmeulle sévit depuis « une grande maison de hippies, pleine de livres et de foutoir ». Professeur au lycée le jour, écrivain chaque fois qu’il le peut. Et dans ce foutoir esthétique, il travaille une écriture sans frontière,flirtant avec l’uchronie, le roman feuilleton, le thriller, le cinéma hollywoodien, à la recherche d’un « quelque chose » qu’il espère très visuel. In Cloud We Trust en est l’avatar, et se déguste le cul collé au siège, un glaçon à la main.
 
    Critiques    

            Oubliez les lendemains qui chantent. Les plus pessimistes prévisions se sont désormais réalisées, conduisant le monde au bord du gouffre. L’arrière-plan du nouveau roman de Frédéric Delmeulle n’incite guère à la légèreté. La pollution, le dérèglement climatique, la quasi-extinction de la faune et de la flore, l’épuisement des ressources composent un tableau défaitiste sur lequel les gouvernements n’ont plus aucune prise. Sous toutes les latitudes, des guerres endémiques ravagent désormais les terres aux marges de l’espace mondialisé. Elles aggravent la pauvreté, contribuant à renforcer les mouvements migratoires. Au sein du village global, consumérisme et loisirs se partagent le temps de cerveau disponible d’une humanité qui n’arrive plus à se projeter dans l’avenir. Tout va mal, sauf pour les sociétés transnationales, en particulier la firme Siegwart-Warner, dont le succès dans le domaine de la RealiSim attise la convoitise de la concurrence. Pourtant, l’inquiétude règne au sein du conseil d’administration de la société depuis la disparition inexplicable de quelques clients. Dans les parcs à thème où ils rejouent grandeur nature des scénarios puisés au meilleur de la fiction ou de l’Histoire, le phénomène semble même s’accroître. Sabotage, bogue informatique ou œuvre d’un fou ? Les hypothèses courent, mais moins vite que les opportunités de croissance qu’elles offrent.

            La science-fiction s’écrit au présent. In Cloud We Trust confirme l’assertion, car même si le propos de Frédéric Delmeulle ne se révèle guère original sur le fond, l’auteur démontre tout son savoir-faire en livrant un page-turner efficace qui lorgne du côté obscur de l’anticipation. L’auteur opte pour un point de vue omniscient, entrecoupé de chapitres intitulés « bruit ambiant » qui sont autant de pièces d’un puzzle. Le découpage resserré impulse au récit un rythme le rapprochant du thriller, même si le suspense tend à s’émousser aux deux tiers du roman. Car en dépit de l’habileté du dispositif narratif, Frédéric Delmeulle ne parvient pas vraiment à créer la surprise. Ses extrapolations ne font que recycler des thématiques abordées par d’autres auteurs. On pense notamment au Successeur de pierre de Jean-Michel Truong, aux nouvelles de Greg Egan, à la trilogie « Complex » de Denis Bretin et Laurent Bonzon, et à bien d’autres. Par ailleurs, l’intrigue abonde en clins d’œil à des films, des séries télévisées ou des romans de genre. De quoi réjouir le geek et entretenir avec lui un petit jeu intertextuel. De ce point de vue, In Cloud We Trust se révèle une réussite. Pour le reste, il faut se contenter d’un récit sans véritable éclat, volontiers caustique, mais au final assez convenu. Bref, de quoi prêcher des convertis.


Laurent LELEU
Première parution : 1/7/2015 dans Bifrost 79
Mise en ligne le : 1/6/2020


 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 70856 livres, 81142 photos de couvertures, 66038 quatrièmes.
8469 critiques, 38060 intervenant·e·s, 1487 photographies, 3724 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2020. Tous droits réservés.