Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Corps variables

Marcel THEROUX

Titre original : Strange Bodies, 2013

Traduction de Stéphane ROQUES

PLON (Paris, France), coll. Feux Croisés
Dépôt légal : février 2015
Roman, 320 pages, catégorie / prix : 20,90 €
ISBN : 978-2-259-22279-2
Format : 14,0 x 22,5 cm  
Genre : Fantastique

Création graphique : V. Podevin (c) C. J. Burton / Corbis.



    Quatrième de couverture    
     Un homme enfermé dans un hôpital psychiatrique prétend être le professeur Nicholas Slopen, mari trompé et universitaire sans le sou, spécialiste de Samuel Johnson, grand auteur du XVIIIe siècle. Rien ne peut le faire changer d'avis, pas même le fait que Slopen soit mort depuis des mois.
     Quelque temps avant sa disparition, ce professeur avait été engagé par un collectionneur afin d'authentifier des lettres inédites de Johnson. Intrigué par ce qu'il découvre, sa détermination le conduit jusqu'à un étrange savant russe, faussaire de génie. Fasciné par le fraudeur autant que par le sujet, Slopen s'enlise dans les enjeux irréversibles d'un terrible complot. Des recherches scientifiques sont secrètement menées sur la possibilité de dupliquer les êtres humains à travers l'écriture : la Procédure Malevine est née.

    Prix obtenus    
John W. Campbell, Jr. Memorial, [sans catégorie], 2014
 
    Critiques    
     Un homme prétendant être Nicholas Slopen, professeur de littérature, réapparait plusieurs mois après sa mort. Problème : alors qu’il ne ressemble pas vraiment au véritable Slopen, son comportement aussi bien que ses souvenirs correspondent totalement au défunt. Interné à l’hôpital psychiatrique, Il raconte à son médecin ce qui lui est arrivé et qui a débuté par l’authentification de lettres attribuées à Samuel Johnson, un écrivain du XVIIIe dont il est spécialiste.

     Marcel Theroux nous avait déjà surpris avec Au Nord du monde, un roman post-apocalyptique à mi-chemin de Stalker, qui, s’il n’innovait pas par son thème, montrait une écriture fine et agile. Paru dans la collection de littérature générale feux croisés des éditions Plon, parmi laquelle on trouve notamment l’œuvre de Junot Diaz, un autre écrivain aux marges de la science-fiction, Corps variables pourrait passer inaperçu du lectorat SF, ce qui serait dommage : ce récit mêlant des savants soviétiques fous, un idiot génial, une boiteuse mystérieuse et un universitaire largué est un authentique roman de genre.

     Maniant une plume vive, un humour léger et un sens de la narration menant le lecteur jusqu’au bout sans effets clinquants, Theroux ne s’attarde pas sur les détails scientifiques de son intrigue, les contournant pour se pencher sur son étrange narrateur et ses rencontres abracadabrantes. A la limite du réalisme magique, Corps variables se déguste avec plaisir d’un bout à l’autre, cachant sous sa facilité une grande maitrise de l’écrivain.



René-Marc DOLHEN
Première parution : 22/4/2015 nooSFere


            Marcel Theroux est un homme de télévision et un romancier britannique. Sur ses cinq romans publiés, trois ont été traduits : Jeu de pistes (qui parle d’un roman inédit sur Mycroft Holmes), Au nord du monde (qui lorgnait du côté du post-apo’ et de Stalker), et donc Corps variables dont il est question ici.

            L’histoire commence alors qu’un homme prétend s’appeler Nicholas Slopen. Or, ledit Slopen est mort dans un accident de la route quelques mois auparavant. L’inconnu agresse la femme de Slopen : il est arrêté et envoyé dans un hôpital psychiatrique (celui qui a succédé au célèbre Bedlam). Quelle est donc l’identité réelle de cet homme ? S’il n’est pas Slopen, comment peut-il connaître autant de détails intimes sur la vie de ce dernier ?

            Le roman prend la forme de la confession de l’inconnu ; il y raconte la succession d’événements qui ont conduit à la situation présente. Tout a commencé lorsque Nicholas Slopen, le vrai, un érudit, a été commissionné pour authentifier des lettres de Samuel Johnson, le célèbre écrivain britannique. Il s’aperçoit bientôt qu’il s’agit de faux ayant en réalité été écrits par un homme, Jack Telauga, lequel n’a visiblement plus toute sa tête…

            Difficile de parler davantage de ce roman sans trop en dire, et par là même dévoiler la subtile alchimie qui en fait une franche réussite. Marcel Theroux s’amuse à semer le lecteur, lui proposant tout d’abord un début de roman policier avant de bifurquer vers le Pérez-Reverte du Club Dumas, alors que son propos, comme on va le voir plus tard, est tout autre et lorgne du côté des savants fous. Le lecteur ne sait jamais où Theroux va l’emmener, et cette indétermination fait tout le sel de l’ouvrage. Pourtant, tous les éléments ont été distillés par l’auteur, il nous appartient de les relier. Le lecteur habitué aux ouvrages de SF ne mettra pas très longtemps à comprendre le fin mot de l’histoire ; l’intérêt de Theroux n’est d'ailleurs pas dans la description du processus. Il ne s’embarrasse aucunement de descriptions scientifiques plausibles, quand bien même un substrat informatique imprègne tout le roman, préférant se concentrer sur les conséquences des expérimentations décrites ici. Roman d’une érudition impressionnante (nombre de théoriciens, d’écrivains, de scientifiques sont convoqués), Corps variables s’intéresse alors à ce qui fait l’identité d’une personne, son existence, sa mémoire : que se passerait-il si les souvenirs qu’on croit avoir n’ont pas tous été personnellement vécus ? Theroux apporte des éléments de réponse tantôt ludiques (chacun, dans ces pages, tente en effet de cacher sa réelle personnalité, qu’il appartient donc au lecteur de découvrir), tantôt inquiétants (car on ne manipule pas impunément le cerveau), mais toujours intéressants en diable et propices à la réflexion.

            Livre d’une grande finesse psychologique, abordant une thématique somme toute assez classique, mais avec une classe folle, Corps variables s’impose comme un récit à même de combler le plus exigeant des publics par ses digressions philosophiques et scientifiques, sans pour autant rebuter le lecteur occasionnel tant sa thématique est universelle. Un roman qui, après Au nord du monde, achève d’installer Marcel Theroux parmi les auteurs les plus passionnants du moment.


Bruno PARA (lui écrire)
Première parution : 1/7/2015 dans Bifrost 79
Mise en ligne le : 1/6/2020


 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 69411 livres, 77749 photos de couvertures, 64502 quatrièmes.
8384 critiques, 36812 intervenant·e·s, 1476 photographies, 3710 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2020. Tous droits réservés.